SRI LANKA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique démocratique socialiste de Sri Lanka (LK)
Chef de l'État et du gouvernementGotabaya Rajapakse (depuis le 18 novembre 2019). Premier ministre: Mahinda Rajapakse (depuis le 21 novembre 2019)
CapitalesColombo (siège du pouvoir exécutif et judiciaire), Sri Jayewardenepura Kotte (dans la banlieue de Colombo, siège du pouvoir législatif)
Langues officiellessinghalais, tamoul 1
Note : L'anglais est la langue pivot officielle entre le singhalais et le tamoul.
Unité monétaireroupie de Sri Lanka (LKR)
Population22 072 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)65 610

Archéologie

Vers 1868, sous l'occupation britannique, un premier intérêt pour l'archéologie au Sri Lanka se manifeste. L'architecte James G. Smither publie alors un ouvrage important consacré aux ruines d'Anuradhapura. Ces travaux furent le point de départ des premières campagnes de conservation des monuments entreprises par Paul Goldsmidt et Edward Muller. Les premiers travaux conduisirent en 1880 à l'établissement d'une institution permanente, l'Archaeological Survey of Ceylon. H. C. P. Bell, qui en fut le premier commissaire, est le père de l'archéologie sri lankaise ; ses premières fouilles datent des années 1890. On peut certes critiquer les méthodes employées et l'esthétique des restaurations, Bell n'en a pas moins accompli une œuvre de pionnier alors qu'il n'avait aucune formation d'archéologie et qu'il dut faire face à de nombreux soucis financiers et à des conditions climatiques difficiles. A. M. Hocart, qui en 1921 succéda à E. R. Ayrton comme commissaire, était au contraire anthropologue de formation. Il recruta de jeunes spécialistes, notamment en épigraphie et en architecture. Puis les archéologues cinghalais ont assuré le relais à partir des années 1940. Parmi eux, il faut citer Senerat Paranavitana, qui, en 1940, a succédé à A. M. Hocart à la direction du Département d'archéologie. Il entreprit plusieurs fouilles, dont il assura scrupuleusement la restauration et la conservation. Les recherches archéologiques s'étendirent au-delà des sites bien connus d'Anuradhapura, de Polonnaruwa et de Sigiriya ; des centres archéologiques permanents furent établis à Tiriyaya, Medirigiriya, Yaphuwa, Panduvasnuwara et Dadigama. C. E. Godakubura, qui possédait une grande connaissance des langues orientales, succéda à Paranavitana à la tête du Département d'archéologie en 1959. Poursuivant l'œuvre de son prédécesseur, il mena à bien des travaux de conservation et de restauration de nombreux monuments privés et publics. Raja H. de Silva, directeur de la section de chimie et Sadhamangala Karunaratne, directeur de la section d'épigraphie, assumèrent successivement la direction du Département d'archéologie en 1967 et en 1979.

Sous l'autorité de Roland Silva, nommé commissaire archéologique en 1983, les activités archéologiques menées au Sri Lanka ont connu leur période la plus florissante. L'apport majeur a été le lancement du célèbre projet conjoint de l'U.N.E.S.C.O. et du Sri Lanka, « Triangle culturel », dont Silva fut le directeur général. Depuis les années 1980, ce projet a permis d'ouvrir de grands chantiers et d'entreprendre des fouilles extensives. Grâce à lui des recherches sont en cours à Anuradhapura, à Sigiriya, à Polonnaruwa et à Kandy. À Anuradhapura, la première capitale de l'île, le Triangle culturel a ouvert deux chantiers de fouilles, l'un à Abhyagiri Vihara, monastère fondé par le roi Vattagamini (89-77 avant notre ère), l'autre à Jetavanarama, monastère construit sous le règne de Mahasena (276-303). Bâti au ve siècle par le roi parricide Kassapa (477-495), le palais de Sigiriya se dresse au sommet et aux alentours d'une roche monolithique haute de 200 mètres. À Polonnaruwa, enfin, a été dégagé le monastère d'Alhana Parivena. Sous la direction de Roland Silva et de ses successeurs M. H. Sirisoma et S. U. Deraniyagala, le Département d'archéologie du Sri Lanka a pris l'initiative de lancer des projets menés en collaboration avec plusieurs missions étrangères, notamment française, allemande, suédoise, japonaise, britannique, américaine et australienne.

La préhistoire du Sri Lanka

La préhistoire du Sri Lanka est peu connue. Cette ignorance s'explique par le fait que les archéologues avaient d'innombrables monuments bouddhiques aux vestiges encore visibles à portée de main et que leur fouille, relativement aisée, présentait l'avantage supplémentaire d'offrir de nombreuses trouvailles épigraphiques. Les toutes premières investigations relatives à la préhistoire du pays datent de 1885. Les travaux entamés alors par E. E. Green et J. Pole ont été suivis, au début du xxe siècle, par des recherches approfondies de F. Sarasin, C. G. Seligman et C. Hartley. Le premier Sri Lankais intéressé par cette période fut P. E. P. Deraniyagala, mais c'est son fils, S. U. Deraniyagala, qui a le plus contribué à approfondir nos connaissances sur la préhistoire de l'île. Ses travaux de longue haleine aboutirent en 1992 à la publication d'un ouvrage monumental : The Prehistory of Sri Lanka.

Les recherches archéologiques préhistoriques ont été menées sur trois types de sites. D'abord sur les hauts plateaux : le site de Balangoda a livré des microlithes géométriques ; celui de Horton, exploré par S. U. Deraniyagala à partir de 1972, a permis de découvrir plus de vingt-sept sites mésolithiques. Les sondages exécutés depuis 1968 par ce même archéologue dans la citadelle d'Anuradhapura ont permis de proposer des datations calibrées assez précises pour la préhistoire. Plusieurs grottes ont été soigneusement fouillées afin de mieux fixer la chronologie relative des diverses phases d'occupation. Parmi ces grottes, il faut citer celle de Batadomba (près de Kuruwita), fouillée depuis 1945, celle de Beli-Galge, fouillée entre 1911 et 1945 par J. Parsons, C. Hartley et P. E. P. Deraniyagala, celle de Beli-Lena près de Kitulgala, fouillée de 1978 à 1983 par S. U. Deraniyagala et W. Wijeyapala.

Quelques-uns des dépôts les plus anciens du quaternaire se trouvent dans les gisements de Ratnapura. Ces sédiments alluviaux composés de sable, de limon et d'argile épais de 30 mètres alternent avec plusieurs couches de graviers dans lesquels sont parfois découverts des outils de quartz, qui appartiennent à « l'industrie de Ratnapura ». Cette période allant du pléistocène moyen à l'holocène représente ainsi les activités humaines les plus anciennes de l'île. Ces couches de graviers ont fourni des outils taillés et débités, ainsi que quelques objets non identifiés qui montrent que la chasse et la cueillette constituaient les principales activités de l'homme de cette période. La chronologie du paléolithique et du mésolithique du Sri Lanka est fixée approximativement entre 130000 et 1800 avant notre ère.

La protohistoire

Au Sri Lanka, l'Âge du fer succède directement au mésolithique. D'après S. U. Deraniyagala, l'absence du néolithique ou du chalcolithique pourrait s'expliquer par la densité des forêts de la zone humide qui n'a guère favorisé l'agriculture. L'invention de nouvelles technologies fondées sur le fer permit à l'homme protohistorique de maîtriser un environnement hostile. L'Âge du fer est alors caractérisé par l'introduction de la culture de riz et d'autres céréales, ainsi que par l'élevage qui remplaça progressivement la chasse. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 33 pages

Médias de l’article

Sri Lanka : carte physique

Sri Lanka : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Sri Lanka : drapeau

Sri Lanka : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Bouddhisme (Sri Lanka)

Bouddhisme (Sri Lanka)
Crédits : David Hiser/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Sri Lanka : répartition des communautés

Sri Lanka : répartition des communautés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 16 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., directeur de la Mission française de coopération archéologique au Sri Lanka
  • : docteur en géographie, post-doctorant au Centre d'études et de recherche sur l'Inde, l'Asie du sud et sa diaspora de l'université du Québec à Montréal
  • : professeur d'histoire et civilisation de l'Asie du Sud à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : maître de conférences (histoire de l'art indien) à l'université de Paris-IV

Classification

Autres références

«  SRI LANKA  » est également traité dans :

SRI LANKA, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le croisement des colonialismes, des impérialismes et des nationalismes »  : […] L'histoire spatiale de l'Asie est marquée par de multiples croisements. Plusieurs colonialismes et impérialismes s'y sont déployés, les uns occidentaux (portugais, espagnol, hollandais, britannique, français, russe, américain...), les autres eux-mêmes asiatiques (japonais, chinois). Ils ont concerné différentes époques (pré-moderne, moderne, contemporaine). Leur territorialisation est variée : ci […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Asie du Sud  »  : […] En tant qu'ensemble régional, l'Asie du Sud comprend sept États qui correspondent à ce qu'on appelait autrefois le sous-continent indien. L'Inde en occupe le cœur géographique, et s'impose tant par sa taille (3,2 millions de km 2 ) que par sa population (1,7 milliard d'habitants en 2009). Elle en est aussi, à maints égards, la matrice de la civilisation, le berceau de l'hindouisme et celui du bou […] Lire la suite

BANDARANAIKE SIRIMAVO (1916-2000)

  • Écrit par 
  • Nira WICKRAMASINGHE
  •  • 621 mots

Sirimavo Ratwatte Dias Bandaranaike est née le 17 avril 1916 à Ratnapura, dans le sud de l'île de Ceylan. À la tête du Parti de la liberté de Sri Lanka (S.L.F.P.), elle devient en 1960 la première femme au monde chef de gouvernement. Elle occupe ce poste jusqu'en 1965 et, de nouveau, de 1970 à 1977 puis de 1994 à 2000. Issue d'une famille cinghalaise aristocratique du Haut Pays, elle épouse en 1 […] Lire la suite

BANDARANAIKE SOLOMON WEST RIDGEWAY DIAS (1899-1959)

  • Écrit par 
  • Éric MEYER
  •  • 589 mots
  •  • 1 média

Issu d'une des familles entrée tôt au service des colonisateurs britanniques et enrichie par cette collaboration, par des contrats publics et par les profits de vastes cocoteraies, S. W. R. D. Bandaranaïke est le pur produit d'un milieu anglicisé où l'on dédaignait la culture cingalaise et le bouddhisme au profit de la civilisation des conquérants et d'un anglicanisme de convenances. Envoyé en Ang […] Lire la suite

BANDARANAIKE KUMARATUNGA CHANDRIKA (1945- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 670 mots

Membre d'une famille politique influente au Sri Lanka, Chandrika Bandaranaike Kumaratunga fut la première femme à présider le pays, de 1994 à 2005. Née le 29 juin 1945 à Colombo, dans l'île de Ceylan (auj. Sri Lanka), Chandrika Bandaranaike est la fille de deux anciens Premiers ministres. Son père, S.W.R.D. Bandaranaike, fondateur du Parti de la liberté de Sri Lanka (socialiste) dirigea le gouver […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le renouveau contemporain

  • Écrit par 
  • Heinz BECHERT
  •  • 1 915 mots

Dans le chapitre « Modernisme et tradition »  : […] Le Sri Lanka, où le bouddhisme avait survécu à une confrontation au christianisme qui durait depuis le xvi e  siècle, joua un rôle clé dans cette évolution. Dès 1865, plusieurs disputes publiques opposèrent moines bouddhistes et prêtres chrétiens, la plus célèbre étant la « Grande Dispute de P̄anadur̄a » en 1873. Les travaux scientifiques du xix e siècle sur le domaine indien jouèrent également u […] Lire la suite

CHRYSOBÉRYL

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 062 mots
  •  • 1 média

Oxyde de béryllium et d'aluminium, le chrysobéryl (« béryl d'or », du grec chrusos , or, et bêrullos , béryl) est une pierre fine présentant à l'état naturel des cristaux prismatiques ou tabulaires, striés, de couleur jaune verdâtre, grise, brune, vert bleuté. Il est souvent maclé à deux individus, formant un « V » caractéristique, ou à trois individus, prenant alors une forme pseudo-hexagonale. f […] Lire la suite

COLOMBO

  • Écrit par 
  • Delon MADAVAN
  •  • 858 mots
  •  • 1 média

Localisée sur la côte ouest de Sri Lanka , au sud de l'embouchure de la rivière Kelani, Colombo s'est développée autour du port, qui joue un rôle considérable dans l'écoulement des produits issus de l'économie de plantation vers le marché mondial. La capitale économique de Sri Lanka et son agglomération dominent le reste de l'île par leur prédominance aussi bien démographique (647 100 hab. pour […] Lire la suite

LE DOMAINE (L. Peries)

  • Écrit par 
  • Hubert NIOGRET
  •  • 935 mots

Avec la guerre d'insurrection opposant les Tigres de Libération de l'Eelam tamoul au pouvoir de Colombo, le Sri Lanka n'a longtemps revêtu aucune autre actualité pour le reste du monde. Pourtant, dans un pays de dimension modeste, aux prises avec de grandes difficultés économiques, et qui n'a jamais pu briser sa dépendance culturelle avec le continent indien qui le domine de sa gigantesque statur […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-12 juillet 2021 Finances mondiales. Suspension du projet européen de taxe numérique.

Seuls s’opposent au projet la Barbade, l’Estonie, la Hongrie, l’Irlande, le Kenya, le Nigeria, le Pérou, Saint-Vincent-et-les-Grenadines et le Sri Lanka. Le 10, le G20 réuni à Venise approuve, après le G7 en juin, l’accord sur la taxation des multinationales. La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen déclare que cet accord « invite les pays à accepter de démanteler les taxes numériques existantes, que les États-Unis considèrent comme discriminatoires, et à s’abstenir d’instaurer des mesures similaires à l’avenir ». […] Lire la suite

5 août 2020 Sri Lanka. Élections législatives.

Les élections législatives se tiennent de façon anticipée, à la suite de la dissolution du Parlement par le président Gotabaya Rajapakse en mars. Élu en novembre 2019, ce dernier ne disposait pas de majorité parlementaire. L’alliance du Front du peuple (centre), la formation du Premier ministre Mahinda Rajapakse, frère du président, remporte la majorité absolue avec 59,1 p. […] Lire la suite

16-21 novembre 2019 Sri Lanka. Élection de Gotabaya Rajapakse à la présidence.

Le 16, Gotabaya Rajapakse, candidat bouddhiste de l’Alliance de la liberté du peuple uni remporte l’élection présidentielle avec 52,3 p. 100 des suffrages. Son principal adversaire Sajith Premadasa, candidat du Nouveau Front démocratique, soutenu par les minorités tamoule et musulmane, obtient 42 p. 100 des voix. Le président sortant Maithripala Sirisena (Nouveau Front démocratique), discrédité après les attentats islamistes d’avril, ne se représentait pas. […] Lire la suite

3 juin 2019 Sri Lanka. Démission des ministres musulmans.

Les neuf ministres musulmans, ainsi que les gouverneurs des provinces de l’Est et de l’Ouest, de même confession, annoncent leur démission. Cette décision fait suite à la grève de la faim observée par un moine bouddhiste, également député d’un parti ultranationaliste, Rathana Thero, pour obtenir la démission d’un ministre et des deux gouverneurs qu’il accuse de liens avec les auteurs des attentats islamistes perpétrés en avril contre des églises et des hôtels de luxe. […] Lire la suite

21-23 avril 2019 Sri Lanka. Attentats meurtriers contre la communauté chrétienne.

Le 21, huit attaques-suicides coordonnées visent des églises catholiques où se déroulait la messe de Pâques, ainsi que des hôtels de luxe dans tout le pays, principalement à Colombo, faisant au moins deux cent cinquante-trois morts. Il s’agit des attentats les plus meurtriers jamais perpétrés dans le pays qui allait commémorer en mai les dix ans de la fin du conflit entre les rebelles tamouls et l’armée. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Osmund BOPEARACHCHI, Delon MADAVAN, Éric MEYER, Édith PARLIER-RENAULT, « SRI LANKA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sri-lanka/