SPORTL'année 2015

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Julius Yego

Julius Yego
Crédits : Wang Lili/ xh/ Xinhua Press/ Corbis

photographie

Dafne Schippers

Dafne Schippers
Crédits : Franck Robichon/ epa/ Corbis

photographie

Christopher Froome

Christopher Froome
Crédits : Kim Ludbrook/ EPA/ Corbis

photographie

Nikola et Luka Karabatic

Nikola et Luka Karabatic
Crédits : Christina Pahnke/ Sampics/ Corbis

photographie

Tous les médias


Cyclisme : le présent victime du passé

Le cyclisme retrouvera-t-il un jour sa crédibilité ? Difficile de répondre par l’affirmative à cette question. Ce sport connaît une situation paradoxale, comme on a pu le voir à l’occasion du Tour de France 2015 : d’un côté, la popularité de la Grande Boucle et du vélo ne se dément pas, la foule se massant toujours le long des routes pour voir le peloton en un court instant de fête ; d’un autre côté, une partie de ce public n’a pas hésité à insulter gravement le Britannique Christopher Froome, vainqueur pour la seconde fois de l’épreuve, voire à le prendre à partie (durant la course, des spectateurs stupides lui jetèrent de l’urine et de la bière au visage), alors que certains représentants des médias mettaient en cause sans preuves ses performances, évoquant à mot couvert le dopage. Si le nom de Lance Armstrong a été rayé des palmarès, la trace de l’Américain demeure vive, et les exploits des champions du présent sont analysés à l’aune des errements de coureurs d’un passé récent.

Christopher Froome

Christopher Froome

Photographie

Le Britannique Christopher Froome (maillot jaune), ici à la peine dans la montée de L’Alpe-d’Huez, a pu compter sur le travail de son coéquipier Richie Porte (en tête du groupe) pour préserver une victoire dans le Tour de France 2015 que le Colombien Nairo Quintana tenta vainement de lui... 

Crédits : Kim Ludbrook/ EPA/ Corbis

Afficher

Ainsi, après une dizaine de jours d’une course attrayante, le Tour de France a basculé brutalement, sur les plans sportif, médiatique et populaire, un 14 juillet, dans les six derniers kilomètres du col du Soudet menant à La Pierre-Saint-Martin, lieu d’arrivée de la première étape montagneuse. Au départ d’Utrecht, on pensait vivre un Tour grandiose, au rythme d’un combat féroce entre ceux que les chroniqueurs baptisaient les « quatre fantastiques » : l’Italien Vincenzo Nibali, vainqueur en 2014 ; le Britannique Christopher Froome, lauréat en 2013 ; l’Espagnol Alberto Contador, vainqueur en 2007 et en 2009, qui venait de gagner le Tour d’Italie ; et le Colombien Nairo Quintana, le meilleur grimpeur du peloton. Or, dans ce col du Soudet, Christopher Froome a mis à mal tous ses rivaux : Contador rejeté à plus de 3 minutes, Nibali, à plus de 4 minutes ; Quintana lui-même dépas [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages


Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « SPORT - L'année 2015 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-l-annee-2015/