SPORTL'année 2014

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Natation : questionnements

Les résultats des Français aux Championnats d’Europe de natation de Berlin doivent conduire les dirigeants à s’interroger et certains nageurs à se remettre en cause, et ce malgré les remarquables performances de Florent Manaudou, qui s’est adjugé 4 médailles d’or en 4 épreuves de sprint (50 m, 100 m, 50 m papillon, relais 4 fois 100 m), lequel a confirmé en fin d’année son statut en remportant 6 médailles, dont 3 en or, assorties de 2 records du monde, aux Championnats du monde en petit bassin. En effet, alors que la délégation française s’était hissée à la première place du bilan des nations en 2010 aux Championnats d’Europe de Budapest (8 médailles d’or, 21 médailles au total), elle chute brutalement à la cinquième place à Berlin (4 médailles d’or, 10 médailles au total). Cet échec, en fait prévisible et attendu, marque une rupture dans la progression constante des résultats de l’équipe de France depuis 2010. Plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, la délégation féminine, privée de Camille Muffat qui a brusquement mis fin à sa carrière en juillet 2014, a perdu sa tête d’affiche. Ainsi, depuis 2002, les Françaises avaient obtenu des médailles dans toutes les grandes compétitions internationales : elles repartent bredouilles de Berlin ; plus inquiétant, seules trois d’entre elles ont réussi à atteindre la finale. Ensuite, en supprimant les critères de sélection sévères appliqués de manière drastique depuis près de vingt ans, l’encadrement souhaitait permettre à de jeunes nageurs de découvrir le niveau international. Or l’échec est total : sur les quarante-deux nageurs et nageuses engagés dans les épreuves individuelles, seulement dix-huit ont atteint les demi-finales et neuf la finale ; en outre, plus de la moitié (23 sur 42) ont nagé moins vite aux Championnats d’Europe qu’aux Championnats de France de Chartres en avril, et très rares sont ceux qui ont établi leur meilleure performance chronométrique. Néanmoins, chacun a loué l’esprit d’équipe, ce qui a sans doute permis au relais 4 fois 100 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Agnès Raharolahy, Floria Gueï, Muriel Hurtis et Marie Gayot (de gauche à droite)

Agnès Raharolahy, Floria Gueï, Muriel Hurtis et Marie Gayot (de gauche à droite)
Crédits : Steffen Schmidt/ EPA

photographie

Podium du Tour de France 2014

Podium du Tour de France 2014
Crédits : Jerome Prevost/ POOL/ EPA

photographie

Martin Fourcade

Martin Fourcade
Crédits : Sampics/ CORBIS/ Corbis Sport/ Getty Images

photographie

Viktor Ahn

Viktor Ahn
Crédits : Hoch Zwei/ CORBIS/ Corbis Sport/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « SPORT - L'année 2014 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-l-annee-2014/