SPORTL'année 2001

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Athlétisme : interrogations, espoirs, craintes

Lors de son congrès d'Edmonton, au début d'août 2001, l'I.A.A.F. a modifié son nom : l'International Amateur Athletic Federation est devenue l'International Association of Athletic Federations. Certes, la notion d'amateurisme avait été officiellement abandonnée en 1982, et la suppression du mot « amateur » dans l'intitulé de l'instance dirigeante de l'athlétisme mondial allait de soi. Mais, si les athlètes sont de véritables professionnels depuis longtemps, les dirigeants semblent encore avoir de grands progrès à accomplir dans cette voie. Décrivons l'activité de l'I.A.A.F. en 2001.

Elle s'est d'abord penchée sur les règlements. Dans le but de raccourcir la durée de certaines épreuves, et cela essentiellement pour contenter les chaînes de télévision, l'I.A.A.F. était prête à modifier radicalement les règlements : en sprint, tout faux départ deviendrait éliminatoire ; lors des concours de saut en hauteur et à la perche, le nombre d'essais autorisés à chaque barre serait ramené de trois à deux ; pour les autres concours, le nombre d'essais passerait de six à quatre. Ce projet a fait l'unanimité contre lui chez les athlètes qui, dès le 4 juin 2001, à l'occasion du meeting d'Hengelo (Pays-Bas), ont menacé de faire grève. Ils considéraient, à juste raison, que cette réforme dénaturerait leur sport. Faudrait-il annuler tous les records du monde, établis avec les « anciennes » règles ? Autre argument, plus intéressé mais tout aussi justifié : comment réagirait un organisateur de meeting qui, après avoir déboursé 100 000 dollars pour s'assurer de la participation d'un Maurice Greene, verrait celui-ci disqualifié pour cause de faux départ ? Et les spectateurs ? Pourraient-ils se satisfaire d'un concours de saut à la perche au cours duquel de nombreux concurrents seraient éliminés dès les premières montées de barre ? Finalement, l'I.A.A.F. a apporté une seule modification aux règlements lors de son congrès d'Edmonton : à partir du 1er janvier 2003, un unique faux départ (au lieu d'un par concurrent) sera autorisé lors d'une course, le second (quel que soit le concurrent) étant éliminatoire. En ce qui concerne le nombre d'essais des concours, les organisateurs de meeting seront libres d'en prévoir quatre ou six. En définitive, beaucoup de bruit pour rien.

Pour ce qui est de la question du dopage, l'I.A.A.F., déjà critiquée pour son laxisme, a confirmé son manque de détermination dans la lutte contre ce fléau. Pour la première fois, une athlète, la Russe Olga Yegorova, a été contrôlée positive à l'EPO. Le contrôle a eu lieu le 6 juillet 2001 à l'issue du meeting de Saint-Denis, selon la méthode française d'analyse d'urine validée par le C.I.O. Or, en raison d'un vice de forme dans la procédure concernant la contre-expertise, l'I.A.A.F. n'a pas suspendu la Russe, et l'a autorisée à participer aux Championnats du monde, au cours desquels elle a remporté le 5 000 mètres, sous les huées du public. Plutôt que de marquer sa volonté de lutter contre le dopage, l'I.A.A.F. a préféré s'abriter derrière un point de règlement pour s'éviter un éventuel procès. Un manque de courage grave pour l'avenir de ce sport, qui pose les jalons de nombre d'interrogations.

Le sommet de la saison athlétique a eu lieu du 3 au 12 août à Edmonton (Canada), à l'occasion des huitièmes Championnats du monde. Quels en furent les points forts ? En ce qui concerne les courses, on note un recul des performances par rapport aux temps enregistrés en 1999 à Séville. Doit-on s'en montrer déçu ? Faut-il au contraire entrevoir là l'espoir que la lutte antidopage porte ses premiers fruits, malgré l'affaire Yegorova ? A contrario, dans les lancers, les performances se sont considérablement améliorées, le niveau se rapprochant de celui des années 1980. Une nouvelle crainte se fait jour : l'hormone de croissance y serait-elle pour quelque chose ?

Sur le plan des résultats, États-Unis (8 médailles d'or, 18 médailles au total) demeurent en tête des bilans, talonnés par la Russie (6 médailles d'or, 19 médailles au total). L'Europe de l'Ouest (29 médailles) est en régression. Les Caraïbes (18 médailles) confirment leur bonne santé. L'Afrique (24 médailles) affirme sa progression : toujours maîtres du demi-fond, les athlètes de ce continent ont aussi obtenu des résultats probants dans d'autres épreuves, en parti [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « SPORT - L'année 2001 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-l-annee-2001/