SPECTROSCOPIE, astronomie

ASTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • David FOSSÉ, 
  • Maryvonne GERIN
  •  • 4 379 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les hydrocarbures aromatiques polycycliques »  : […] Ces processus sont d'autant plus nécessaires qu'une classe importante de molécules interstellaires, celle des PAH, n'a pas encore complètement trouvé sa place dans les réseaux de chimie. Les PAH sont des molécules fascinantes : chacune de ces molécules contient typiquement de 20 à 100 atomes de carbone, et l'on pense qu'ensemble elles recèlent de 10 à 20 p. 100 du carbone cosmique. Pourtant, aucun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrochimie/#i_20690

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Du triomphe de la mécanique céleste à l'astrophysique »  : […] L'œuvre de Newton, d’abord incomprise en dehors de l’Angleterre où les efforts d’Edmond Halley (1656-1742) ont conduit à l’adopter, va passionner les cercles intellectuels du xviii e  siècle. En témoigne, par exemple, l'intérêt actif de Voltaire (1694-1778) et de la marquise Émilie du Châtelet (1706-1749), cette dernière ayant traduit les travaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_20690

CANNON ANNIE JUMP (1863-1941)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 590 mots

L' astronome américaine Annie Cannon apporta une contribution fondamentale à la classification des spectres stellaires. Née le 11 décembre 1863 à Dover, dans le Delaware, Annie Jump Cannon est la fille aînée du sénateur Wilson Cannon et de Mary Jump. Elle étudie la physique et l'astronomie au Wellesley College, réservé au jeunes filles, et en sort diplômée en 1884. Elle voyage ensuite pendant plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annie-cannon/#i_20690

COSMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 9 326 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le décalage vers le rouge »  : […] Comment se manifeste cette expansion ? Les techniques d'observation nous permettent de mesurer la vitesse d'une galaxie par rapport à nous, ou du moins la composante radiale de cette vitesse, c'est-à-dire l'éloignement (éventuellement le rapprochement) dans la direction nous joignant à cette galaxie. En effet, les lois de propagation des ondes énoncent qu'un rayonnement (en astronomie, il s'agit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cosmologie/#i_20690

DÉCOUVERTE DES QUASARS

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 295 mots

Les premières cartes radio du ciel, élaborées dans les années 1950 et 1960, montrent que, en dehors des sources radio appartenant à notre Galaxie et d'objets identifiés à d'autres galaxies, il existe des sources de petit diamètre apparent qui coïncident avec des objets d'apparence stellaire. Les spectres de deux de ces objets – 3C 48 et 3C 273 (48 e et 273 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-des-quasars/#i_20690

ÉTOILES

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • Jean-Pierre CHIÈZE
  •  • 13 466 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Les étoiles doubles »  : […] Une forte proportion d'étoiles (probablement plus de 30 p. 100) ne sont pas formées d'un seul astre, comme le Soleil, mais de plusieurs, reliés physiquement, c'est-à-dire gravitant les uns autour des autres. Il est souvent possible, en effet, de distinguer directement à l'aide de nos instruments les composantes d'une étoile double (étoiles doubles visuelles), principalement lorsqu'elles sont tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etoiles/#i_20690

EXOPLANÈTES ou PLANÈTES EXTRASOLAIRES

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LAGRANGE, 
  • Pierre LÉNA
  •  • 6 340 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Atmosphères, océans et surfaces des exoplanètes »  : […] Si la masse et les propriétés orbitales des exoplanètes détectées commencent à être bien précisées, les propriétés physiques (atmosphère, océans, structure interne) le sont beaucoup moins, car les observations y donnent bien moins directement accès. Deux méthodes sont possibles, l’une fondée sur la combinaison des mesures issues de la vélocimétrie et du transit, l’autre sur l’étude spectroscopique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exoplanetes-ou-planetes-extrasolaires/#i_20690

FLEMING WILLIAMINA (1857-1911)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 371 mots

L'astronome américaine Williamina Fleming fut une pionnière de la classification des spectres stellaires. Williamina Paton Stevens naît le 15 mai 1857, à Dundee, en Écosse. La jeune Mina fréquente une public school et, dès l'âge de quatorze ans, endosse tour à tour les rôles d'élève et d'enseignante. Le 26 mai 1877, elle épouse James O. Fleming, avec lequel elle émigre aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/williamina-fleming/#i_20690

GALAXIE LA ou VOIE LACTÉE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 6 029 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La raie à 21 centimètres et la structure spirale »  : […] Notre connaissance de la structure de la Galaxie a fait d'importants progrès depuis la découverte de ses émissions radioélectriques, en particulier de l'émission à 21 centimètres de l'hydrogène neutre (cf. radioastronomie ). L'hydrogène neutre atomique est, avec l'hydrogène moléculaire, le principal constituant du gaz interstellaire : sa masse totale représente environ 5 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galaxie-voie-lactee/#i_20690

GALAXIES

  • Écrit par 
  • Danielle ALLOIN, 
  • André BOISCHOT, 
  • François HAMMER
  •  • 10 079 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La loi de Hubble »  : […] Une fois décomposé, le rayonnement émis par une galaxie montre l'ensemble des raies, en absorption et en émission, des étoiles et du gaz qui composent cette galaxie. En absorption, on y observe, par exemple, les raies H et K du calcium, le triplet vert du magnésium et les raies D du sodium (spectre solaire) ; en émission, on retrouve souvent les raies de l'hydrogène ionisé, de l'oxygène une ou de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galaxies/#i_20690

INTERSTELLAIRE MILIEU

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 3 689 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les nébuleuses gazeuses »  : […] Les nébuleuses gazeuses ionisées se développent le plus souvent au voisinage immédiat et à partir même des nuages moléculaires, ce qui n'a rien d'étonnant puisque les étoiles O massives et productrices d' ultraviolet ionisant se forment justement dans ces nuages . Le spectre des nébuleuses gazeuses s'étend de l'ultraviolet aux ondes radio et comprend un continuum auquel se superposent des raies d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-interstellaire/#i_20690

JANSSEN PIERRE JULES CÉSAR (1824-1907)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 351 mots

Physicien et astronome français, Pierre Jules César Janssen est né à Paris le 22 février 1824 et mort à Meudon le 23 décembre 1907. Après des études de mathématiques et de physique à l'université de Paris, il devient professeur à l'école d'architecture où il enseigne un cours de sciences générales. Voyageur infatigable, il participe à de nombreuses expéditions d'observation à travers le monde : en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-jules-cesar-janssen/#i_20690

MERCURE, planète

  • Écrit par 
  • Pierre THOMAS
  •  • 4 683 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Arguments spectroscopiques »  : […] Le spectre de réflexion de Mercure contient des bandes spectrales caractéristiques de certains minéraux volcaniques. En particulier, la bande des 950 nanomètres que l'on observe sur Mercure caractérise l'ion fer dans les pyroxènes. Des études spectrales plus précises ont été menées en comparant les spectres de Mercure et ceux d'échantillons lunaires. Ces comparaisons montrent des similitudes impor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mercure-planete/#i_20690

NAINES BLANCHES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 400 mots
  •  • 1 média

Les naines blanches sont des étoiles vieillissantes dont la masse est de l'ordre de celle du Soleil et la taille proche de celle de la Terre. Leur grande densité rend gigantesques les forces gravitationnelles qui y règnent . Ce sont des astres assez communs dans l'Univers ; la plus proche naine blanche est à une distance de 8,6 années-lumière et on estime que le Soleil en deviendra une dans quelq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naines-blanches/#i_20690

NAINES BRUNES

  • Écrit par 
  • Isabelle BARAFFE
  •  • 3 119 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Autres caractéristiques des naines brunes »  : […] Grâce aux observations et à l'élaboration de modèles atmosphériques, une séquence d'évolution spectrale s'est dessinée, caractérisant les propriétés atmosphériques de ces objets en fonction de leur température de surface. Les surfaces des naines brunes jeunes et suffisamment massives peuvent atteindre des températures supérieures à 2 000 K, où sont présentes de nombreuses molécules, comme l'oxyd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naines-brunes/#i_20690

PLANÈTES

  • Écrit par 
  • Thérèse ENCRENAZ
  •  • 3 739 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L’exploration des planètes »  : […] À la suite des découvertes de Galilée, l’observation des planètes avec les télescopes a permis d’étudier la morphologie de leur atmosphère ou de leur surface et certains phénomènes comme celui de la Grande Tache rouge, vaste tourbillon présent dans l’atmosphère de Jupiter depuis plus de trois siècles. Plus tard, au début du xx e  siècle, avec l’ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/planetes/#i_20690

PLANÉTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Thérèse ENCRENAZ
  •  • 1 516 mots

Dans le chapitre « Histoire de la planétologie »  : […] Jusqu’aux travaux de Nicolas Copernic (1473-1543), qui révolutionneront notre vision du monde, l’étude des planètes s’est limitée à celle de leur orbite, le débat portant alors sur la place de la Terre dans l’Univers, entre géocentrisme (Terre au centre de l’Univers et immobile) et héliocentrisme (Soleil au centre de l’Univers et autour duquel les planètes sont en mouvement). Les planètes ne sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/planetologie/#i_20690

QUASARS

  • Écrit par 
  • Philippe VÉRON
  •  • 5 606 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les galaxies de Seyfert »  : […] En 1943, l'astronome américain Carl K. Seyfert isolait une classe de galaxies qui désormais portent son nom. Ces galaxies sont caractérisées par un noyau compact et brillant dont le spectre présente des raies en émission intenses et larges, ce qui indique que le gaz responsable de cette émission est animé de mouvements rapides pouvant atteindre plusieurs milliers de kilomètres par seconde. Ces ga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quasars/#i_20690

RADIOASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • James LEQUEUX
  •  • 9 771 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le spectre de raies en radioastronomie »  : […] En plus du rayonnement continu, on observe des émissions radio à des fréquences discrètes, que l'on nomme raies, par analogie avec l'optique. Le spectre de raies est considérablement plus riche dans le domaine radio que dans le domaine visible. Les raies radio correspondent à des transitions de très faible énergie qui seront soit des transitions entre états très excités des atomes, soit des trans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioastronomie/#i_20690

RADIOSOURCES

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 3 084 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sources de raies et sources de rayonnement radio continu »  : […] Certains objets de la Galaxie émettent des « raies » dans le domaine radioélectrique, c'est-à-dire des émissions à des longueurs d'onde bien définies. La première raie radio découverte (1951) est due à l'hydrogène atomique, et sa longueur d'onde est de 21 centimètres. Sont venues s'y ajouter, depuis 1963, de très nombreuses raies produites par plus de 140 molécules différentes, raies qui se trouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radiosources/#i_20690

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons X cosmiques

  • Écrit par 
  • Monique ARNAUD, 
  • Robert ROCCHIA, 
  • Robert ROTHENFLUG
  •  • 6 545 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les restes de supernovae »  : […] La première source X identifiée a été un reste de supernova, la nébuleuse du Crabe, dont l'explosion de l'étoile qui lui a donné naissance remonte à l'an 1054. Depuis cette première identification, l'émission X de très nombreux autres restes de supernovae a été observée dans notre Galaxie tout comme dans les galaxies extérieures et en particulier dans les Nuages de Magellan. Pour ce type d'objet, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-x-cosmiques/#i_20690

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons gamma cosmiques

  • Écrit par 
  • François LEBRUN, 
  • Robert MOCHKOVITCH, 
  • Jacques PAUL
  •  • 8 031 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La découverte des contreparties optiques »  : […] La mauvaise résolution des observations constitue un des problèmes principaux de l'astronomie gamma : quand un sursaut est détecté, sa position sur le ciel ne peut être déterminée au mieux qu'à quelques degrés près, ce qui représente un très grand domaine à explorer pour un télescope optique. Dans une « boîte » de plusieurs degrés, le nombre de sources est si important que l'éventuelle contrepart […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-gamma-cosmiques/#i_20690

SOLEIL

  • Écrit par 
  • Pierre LANTOS
  •  • 5 471 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Photosphère »  : […] La photosphère pourrait être définie comme la surface du Soleil telle que l'œil la voit, mais cette définition n'est que très approximative car l'atmosphère d'une étoile est continue, et chaque longueur d'onde y pénètre à une profondeur différente. La température effective de la photosphère, de 5 780 kelvins, explique la couleur blanc-jaune perçue par l'œil. Outre les taches solaires, l'observati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soleil/#i_20690

TRAPPIST-1, système planétaire

  • Écrit par 
  • Franck SELSIS
  •  • 1 773 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « … autour de naines ultrafroides »  : […] Le transit d’une exoterre devant une étoile similaire au Soleil produit une diminution de la luminosité apparente de 0,008 p. 100, variation très difficile à mesurer. Les transits sont bien plus accessibles autour d’astres plus petits et plus froids appelés naines ultrafroides. Ce terme regroupe les étoiles et naines brunes – nom donné aux astres dont la masse, inférieure à 0,07 masse du Soleil,  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trappist-1-systeme-planetaire/#i_20690

ZODIACALE LUMIÈRE

  • Écrit par 
  • René DUMONT
  •  • 3 658 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Spectre et couleur »  : […] On retrouve les raies d'absorption de Fraunhofer dans le spectre de la lumière zodiacale. Bien que fort délicate, leur spectrométrie à l'aide d'étalons Pérot-Fabry, réalisée par N. K. Reay et ses collaborateurs, ou par la méthode de Griffin, utilisée par J. W. Fried, permet de remonter à la vitesse radiale des grains. Ces derniers ont le même sens de révolution que les planètes, mais, pour une fr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumiere-zodiacale/#i_20690


Affichage 

Galaxie de Seyfert : spectre

graphique

Spectre de la galaxie de Seyfert 1 Markarian 704 obtenu avec le télescope de 1,50 m de l'ESO Les raies en émission caractéristiques des atomes d'hydrogène sont beaucoup plus larges que les raies produites par les autres éléments, en particulier celles de l'oxygène, indiquant que les nuages... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Spectroscope

photographie

Le spectroscope à prismes construit par l'opticien et astronome allemand Joseph von Fraunhofer (1787-1826), l'un des fondateurs de la spectroscopie 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Galaxie de Seyfert : spectre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Spectroscope
Crédits : Hulton Getty

photographie