SPECTACULAIRE SECOND EMPIRE 1852-1870 (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fastes et célébrations

Le second Empire a en effet mauvaise réputation : la défaite de 1870 contre la Prusse, qui ouvre les grands conflits du xxe siècle, y est sans doute pour beaucoup, de même que la dénonciation par Victor Hugo en exil du coup d’État de « Napoléon le Petit » dans Les Châtiments ou la description par Zola, dans Les Rougon-Macquart, d’une société corrompue par les divertissements, les vices et l’argent. Or il faut reconnaître que le second Empire fut une période de prospérité et, au moins dans les années 1850-1860, de grande stabilité, propice aux avancées sociales : ainsi, à partir de 1863, des efforts de Victor Duruy pour instaurer une instruction gratuite et obligatoire. La « fête impériale », avec son cortège de célébrations politiques, militaires (les victoires remportées en Crimée, 1856, en Italie, 1859), économiques, religieuses et artistiques, semble la marque d’un temps de progrès, de richesse et d’euphorie, préparant la « France moderne », plutôt que le présage d’une catastrophe.

L’art constitue un élément essentiel de la mise en scène du pouvoir. Les événements dynastiques, tels le mariage des souverains (1853) puis le baptême du prince impérial (1856), célébrés à Notre-Dame de Paris, sont autant d’occasions de susciter l’adhésion des Français à un régime encore fragile et qui se veut digne du premier Empire. Dessiné par Baltard, le somptueux berceau du petit prince (1856, musée Carnavalet), chef-d’œuvre des arts décoratifs, est offert par la Ville de Paris en vertu d’un usage immémorial. L’installation des souverains dans les anciennes demeures des rois (Tuileries, Fontainebleau, Saint-Cloud, Compiègne...) et la poursuite des travaux du Louvre s’inscrivent dans la tradition napoléonienne et manifestent l’attachement de Napoléon III à la continuité monarchique. Le même souci se devine dans l’admiration de l’impératrice Eugénie pour la reine Marie-Antoinette et l’imitation de son goût, à l’origine du style « Louis XVI-Impératrice » qui s’impose aux meilleurs ébénistes (Fourdinois) comme aux fournisseurs des intérieurs bourgeois. Les fêtes de la cour impériale, jeune et brillante, font revivre les fastes de la monarchie française et éblouissent l’Europe.

Réception des ambassadeurs du Siam à Fontainebleau, J. L. Gérôme

Photographie : Réception des ambassadeurs du Siam à Fontainebleau, J. L. Gérôme

Alors que le second Empire poursuit son expansion coloniale en Extrême-Orient, les ambassadeurs du Siam, royaume indépendant lié à la France par un traité d'amitié, de commerce et de navigation signé en 1856, sont reçus avec tous les honneurs par Napoléon III au château de... 

Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Madame Moitessier, J. A. D. Ingres

Madame Moitessier, J. A. D. Ingres
Crédits : Universal History Archive/ Getty Images

photographie

Réception des ambassadeurs du Siam à Fontainebleau, J. L. Gérôme

Réception des ambassadeurs du Siam à Fontainebleau, J. L. Gérôme
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert FOHR, « SPECTACULAIRE SECOND EMPIRE 1852-1870 (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/spectaculaire-second-empire-1852-1870/