SPARTAKISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Rosa Luxemburg

Rosa Luxemburg
Crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

photographie

Révolution spartakiste, Allemagne, 1919

Révolution spartakiste, Allemagne, 1919
Crédits : Hulton Getty

photographie


Objectifs et méthodes, influence

Que voulaient les spartakistes ? D'abord mettre fin à la guerre par la révolution, c'est-à-dire en s'attaquant au système capitaliste qu'ils voulaient remplacer par le socialisme. Contre la passivité des dirigeants social-démocrates, ils ont préconisé l'action des masses ; mais ils n'ont réussi à mobiliser celles-ci qu'à partir de novembre 1918 et presque exclusivement dans les grandes villes. Contre le nationalisme du S.P.D., ils s'affirment résolument internationalistes. Contre l'« appareil » social-démocrate, ils font appel et confiance aux masses, laissent la plus grande autonomie aux groupes locaux, se refusent à toute organisation centralisatrice. Leurs partisans, souvent jeunes et impatients, n'ont pas toujours mesuré exactement la puissance de l'adversaire, de cette société bourgeoise qu'ils se proposaient d'abattre. Ils se veulent radicaux, contre les demi-mesures. Leurs adversaires les accuseront d'avoir un faible pour la « gesticulation révolutionnaire ».

Au congrès de fondation du K.P.D., la majorité des spartakistes décide de ne pas participer aux élections générales de janvier 1919 et n'a que méfiance envers les syndicats, dont les dirigeants se sont alignés sur les positions de la direction social-démocrate. Le mot d'ordre des spartakistes demeure : « Tout le pouvoir aux conseils d'ouvriers et de soldats », même si ceux-ci sont dominés momentanément par la social-démocratie majoritaire.

On discute beaucoup aujourd'hui de l'importance réelle des spartakistes. Le mouvement, qui s'est constitué dans les conditions très difficiles de l'état de siège et dont les dirigeants ont passé une bonne partie des quatre années de guerre en prison, demeure clandestin et ne regroupe, jusqu'en novembre 1918, que quelques milliers de militants. À partir de la révolution, son audience s'accroît vite. À Berlin et dans quelques centres industriels (Saxe, Ruhr), il réussit à entraîner sur ses mots d'ordre des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de manifestants, ouvriers pour la plupart. Mais le temps lui a manqué pour dévelo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : chargé d'enseignement à l'université de Paris-VIII

Classification


Autres références

«  SPARTAKISME  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « L'Allemagne en guerre »  : […] Comme la plupart des belligérants, l'Allemagne aborde le conflit de 1914 dans un esprit d'« union sacrée » auquel s'associent, dès le 3 août, les sociaux-démocrates. L'occupation d'une vaste étendue de territoire français, en 1914, le succès de l'offensive contre la Russie, en 1915, la relative facilité du ravitaillement maintiennent le moral des Allemands. Ce n'est qu'en 1916 que la prolongation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_24776

COMMUNISME DANS LE MONDE JUSQU'À LA CHUTE DE L'URSS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 720 mots

1848 Karl Marx et Friedrich Engels font paraître le Manifeste du parti communiste , dans lequel ils en appellent à une union internationale des travailleurs contre la bourgeoisie capitaliste. Septembre 1864 Création à Londres de la I re  Internationale, qui est dissoute dès 1876 au terme de nombr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-dans-le-monde-jusqu-a-la-chute-de-l-urss-reperes-chronologiques/#i_24776

EBERT FRIEDRICH (1871-1925)

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 438 mots
  •  • 1 média

Bourrelier de son état, Ebert milite de bonne heure dans les rangs des syndicats et du Parti social-démocrate (S.P.D.), collabore au journal socialiste de Brême puis devient secrétaire du S.P.D. dans cette ville. En 1905, Ebert appartient à la direction nationale du S.P.D., où il est particulièrement chargé de la jeunesse socialiste. En 1912, il est élu député au Reichstag. En 1913, à la mort de B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-ebert/#i_24776

FIGURE MODERNE DE SPARTACUS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 163 mots

1850 Première de la pièce Toussaint-Louverture . Lamartine y utilise le personnage emblématique de Spartacus pour incarner la révolte des esclaves noirs des Antilles. 1916 Publication par les Allemands Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg d'un journal d'extrême gauche intitulé Spartakus ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/figure-moderne-de-spartacus-reperes-chronologiques/#i_24776

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

  • Écrit par 
  • Marc FERRO
  •  • 12 422 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « Le pacifisme »  : […] Au début des hostilités, l'élan patriotique avait emporté les pacifistes et, avec eux, l'Internationale : les militants révolutionnaires avaient couru à l'ennemi, comme tout le monde. Peu d'entre eux eurent conscience qu'ils étaient parjures à leurs serments ; quelques émigrés russes, par exemple, qui avaient rompu tous les liens avec la société. Encore certains d'entre eux, tel Plekhanov, jugeaie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere/#i_24776

LIEBKNECHT KARL (1871-1919)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 856 mots

Né à Leipzig, Karl Liebknecht est le fils d'un des fondateurs du Parti social-démocrate allemand, Wilhelm Liebknecht. Bachelier à dix-neuf ans, docteur en droit et en sciences politiques en 1897, il ouvre un cabinet d'avocat à Berlin avec son frère Theodor. C'est à cette époque qu'il commence à militer dans le parti socialiste. Élu au conseil municipal de Berlin en 1901, Liebknecht se fait surtout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-liebknecht/#i_24776

LUXEMBURG ROSA (1870-1919)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 1 164 mots
  •  • 1 média

Née près de Lublin, en Pologne sous domination russe, Rosa Luxemburg est issue d'une famille de commerçants juifs de tradition libérale. Après des études au lycée de Varsovie, elle entre dès 1887 en relation avec des militants socialistes polonais. Obligée de passer à l'étranger à cause de son activité politique, elle s'installe à Zurich, où elle étudie l'économie politique et devient marxiste. Av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosa-luxemburg/#i_24776

MARCHLEWSKI JULIAN (1866-1925)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 344 mots

Né d'un père polonais et d'une mère allemande, Julian Marchlewski suit des études secondaires, puis, frappé par la misère des masses polonaises, décide d'aller au peuple et se fait ouvrier teinturier. Après l'échec de son expérience populiste, il reprend des études de philosophie et il adhère au marxisme. Militant clandestin, il participe avec Rosa Luxemburg à la fondation du Parti social-démocrat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julian-marchlewski/#i_24776

MEHRING FRANZ (1846-1919)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 290 mots

Né dans un milieu bourgeois, Franz Mehring est un écrivain et un journaliste libéral qui évolue vers le socialisme entre 1870 et 1880. Se consacrant à l'histoire et à la critique littéraire, il adhère au Parti social-démocrate allemand dont il devient un publiciste renommé. En 1897, il fait paraître L'Histoire de la social-démocratie . Marxiste convaincu, il se lie avec Karl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-mehring/#i_24776

NOVEMBRE 1918 et BERLIN ALEXANDERPLATZ (A. Döblin)

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 1 051 mots

Le nom d'Alfred Döblin (1878-1957) évoque spontanément son roman Berlin Alexanderplatz (1929), dont il faut saluer la nouvelle traduction fort réussie qu'en donne Olivier Le Lay (Gallimard, Paris, 2009). Tout comme il convient de saluer l'heureuse initiative des éditions Agone qui viennent de publier la traduction intégrale – tout aussi réussie – de l'une des œuvres capitales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/novembre-1918-berlin-alexanderplatz/#i_24776

SOCIALISME - Social-démocratie

  • Écrit par 
  • Philippe MARLIÈRE
  •  • 10 049 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du mot à la réalité »  : […] D'obédience sociale-démocrate, la I re  Internationale (1864-1876), première organisation politique du mouvement ouvrier, revendique la conquête du pouvoir politique. La classe ouvrière se dote pour la première fois de structures de masse nationales, révolutionnaires car fortement influencées par le marxisme. Elle devient ainsi un acteur politique à part entière. L'enfanc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisme-social-democratie/#i_24776

ZETKIN CLARA (1857-1933)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 733 mots

Née à Wiederau dans une famille d'instituteurs polonais, Clara Eisner (devenue, après son mariage, Clara Zetkin) est élève au collège d'enseignement pour jeunes filles de Leipzig, où elle subit l'influence du féministe August Schmidt. Dès cette époque, elle établit des contacts avec le Parti social-démocrate allemand qui vient de se constituer, et elle s'y inscrit en 1881. Institutrice elle-même, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clara-zetkin/#i_24776

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert BADIA, « SPARTAKISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/spartakisme/