SPARTACUS (mort en 71 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'apogée de l'esclavage et les grandes révoltes

L'esclavage antique était le fruit normal de la guerre, car le prisonnier de guerre devenait le plus souvent esclave. À partir du iie siècle avant J.-C., le nombre des esclaves augmenta considérablement en Italie, à cause des guerres de conquête. Les sources évoquent un immense bétail humain : 150 000 Épirotes asservis par Paul Émile en 167, 50 000 Carthaginois mis à l'encan par Scipion Émilien en 146. Les razzias des pirates alimentaient également le marché. Ces masses serviles étaient acquises par des propriétaires fonciers qui les utilisaient comme ouvriers agricoles, bergers ou ouvriers dans les ateliers. Les plus favorisés étaient domestiques dans les demeures urbaines. Seule la terreur et une implacable discipline pouvaient maintenir dans la soumission et la résignation ces masses d'étrangers asservis et transplantés. L'extrême diversité de leurs origines ethniques explique également leur peu d'aptitude à s'unir dans des révoltes. Il y en eut cependant, en 198 et en 185, mais elles furent aisément écrasées dans le sang.

La concentration de très nombreux esclaves sur les immenses latifundia qui se constituaient en Sicile et en Italie du Sud allait permettre cependant de grands mouvements de révolte. Dans la seconde moitié du iie siècle avant J.-C., la Sicile fut agitée de façon endémique par des mutineries serviles. En 135, ce fut une véritable guerre qui éclata : l'esclave Eunous le Syrien souleva et arma des milliers de ses compagnons et prit le titre de roi. Il fallut de longues opérations militaires pour en venir à bout en 132. En 104, une seconde guerre servile eut lieu en Sicile : Salvius Tryphon et Athenion armèrent 40 000 esclaves et ravagèrent toute l'île ; ce n'est qu'en 101 que les Romains purent mater les dernières bandes et envoyer les survivants nourrir les fauves aux jeux de la Ville.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SPARTACUS (mort en 71 av. J.-C.)  » est également traité dans :

FIGURE MODERNE DE SPARTACUS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 163 mots

1850 Première de la pièce Toussaint-Louverture. Lamartine y utilise le personnage emblématique de Spartacus pour incarner la révolte des esclaves noirs des Antilles.1916 Publication par les Allemands Karl Liebknecht et […] Lire la suite

GUERRE DE SPARTACUS, en bref

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 252 mots

La guerre de Spartacus constitue, avec les deux révoltes de Sicile qui l'ont précédée, la plus importante insurrection servile de toute l'Antiquité. Déclenchée en — 73 par l'évasion de soixante-dix esclaves d'une école de gladiateurs de Capo […] Lire la suite

ESCLAVAGE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE, 
  • Maurice LENGELLÉ, 
  • Claude NICOLET
  •  • 8 798 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Justification théorique et réalités concrètes »  : […] Cette appréciation générale de l'origine et du développement de l'esclavage ne rend cependant pas compte de la réalité concrète. Il est tout à fait inexact, en effet, d'imaginer un partage des tâches, disons une division du travail, entre les hommes libres et les esclaves. Un tel partage se rencontre davantage dans les justifications théoriques de l'esclavage tel que le concevaient les Anciens que […] Lire la suite

RÉVOLTES SERVILES DANS L'ANTIQUITÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 302 mots

— 501 À Rome, des esclaves révoltés occupent le Capitole ; ils sont crucifiés. — 139-— 132 Première guerre servile de Sicile durant laquelle, sous la conduite du Syrien Eunous, les insurgés battent successivement quatre préteurs romains et forment un État sur le modèle des monarchies hellénistiques ; ils sont finalement écrasés. — 104-— 100 Deuxième guerre servile de Sicile, dirigée par Salvius […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 921 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Pompée et César »  : […] Une série de révoltes extérieures entraînent de nouvelles expéditions militaires, et les généraux vont se disputer la gloire du succès pour acquérir le prestige nécessaire à l'instauration de leur pouvoir et de leur domination. Un partisan de Marius, Sertorius, organise un pseudo-gouvernement et s'appuie sur le mécontentement des populations guerrières d'Espagne. Une révolte servile, dirigée par […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude LEPELLEY, « SPARTACUS (mort en 71 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/spartacus/