SPALTUNG, psychanalyse

Traduit en français, suivant les usages qu'on en fait, par « séparation », « clivage » ou « dissociation », le terme allemand Spaltung n'est lui-même que la traduction par Freud d'une expression fréquente dans la psychiatrie française du xixe siècle, celle de « double conscience », utilisée en particulier par Pierre Janet. Pour celui-ci, le clivage de la conscience est « un trait primaire de l'affection hystérique. Il repose sur une faiblesse innée de la capacité de synthèse psychique [...], signant la dégénérescence des individus hystériques » (cité par Freud dans Les Psychonévroses de défense, 1894). De leur côté, Josef Breuer et Sigmund Freud considèrent d'abord que l'hystérie est marquée par l'apparition d'états de conscience particuliers qu'ils définissent comme des « états hypnoïdes », proches de l'état de rêve et caractérisés par une difficulté à associer ; le clivage de conscience est donc secondaire ; il provient du fait que les représentations qui émergent sont coupées de la communication associative avec le reste du contenu de la conscience (Sur le mécanisme psychique des phénomènes hystériques, 1893, repris in Études sur l'hystérie, 1895). Mais cette notion de conscience hypnoïde reste bien vague... On pourrait alors s'arrêter à la définition que Eugen Bleuler donne de la Spaltung comme trouble fondamental de la pensée schizophrénique : la dissociation intrapsychique, selon lui, rend le sujet incapable d'organiser un discours suivant les voies de la signifiance et de l'association traditionnelles.

Reprenant cette perspective, mais en donnant à la notion de clivage un sens radicalement différent, Freud va, en 1924, étendre celle-ci au champ de la psychose, dans laquelle, à ses yeux, le moi se laisse emporter par le ça et se détache d'un morceau de la réalité (« La Perte de la réalité dans la névr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  SPALTUNG, psychanalyse  » est également traité dans :

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 550 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Autobiographie et psychanalyse »  : […] ? Dans les stéréotypes et les objectivations de discours s'officialisent davantage les clivages du sujet que ne s'annonce le retour d'un « langage premier » : au moins conviendra-t-il de ne pas s'en tenir « à l'idée que le moi du sujet est identique à la présence qui vous parle » (Lacan). En définissant la psychanalyse comme « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_35252

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 469 mots

Dans le chapitre « La psychanalyse comme « science des mirages » »  : […] et cherche à unifier ce qui, pour Freud, est justement division. De ce point de vue, la psychanalyse apparaît comme une théorie du clivage dans le sujet : clivage qui se retrouve d'un bout à l'autre de la pensée de Freud, dont le dernier texte inachevé portait le titre de Ichspaltung (clivage du moi). Lacan fait reposer tout l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi/#i_35252

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 814 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fichte »  : […] (Problèmes cruciaux pour la psychanalyse, 1964-1965). Le terme de Spaltung se retrouve chez Feuerbach pour désigner la séparation où se trouvent, dans la conscience humaine, l'homme réel comme individu limité et son être générique comme espèce illimitée. Freud aurait très bien pu l'identifier dans ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_35252

PERVERSIONS

  • Écrit par 
  • Jean CLAVREUL
  •  • 2 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Désaveu de la différence des sexes (Verleugnung) et division du Moi (Spaltung) »  : […] Freud nous dit que tout se passe comme si le fétichiste gardait pour une part l'ancienne croyance infantile concernant l'existence d'un pénis chez la mère, tandis que pour une autre part il se résigne aux conséquences de cette différence des sexes. Ainsi est-il partagé ; son Moi se trouve divisé (Spaltung) entre les deux croyances contradictoires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perversions/#i_35252

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Couples d'opposés et polarités dans la genèse du moi »  : […] Freud, selon « une relation simple ». En particulier, « ils ne sont pas dérivés du clivage d'une réalité originaire commune, mais ils ont des origines différentes et ont suivi chacun leur développement propre avant de se constituer en opposés sous l'influence de la relation plaisir-déplaisir ». Au-delà même de leur préhistoire au niveau du moi- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_35252

PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 030 mots

Dans le chapitre « Déconstruction et reconstruction de la réalité »  : […] (libido du moi et libido d'objet) et dans la perspective du clivage : « Empruntant une voie purement spéculative, j'ai dernièrement trouvé que la névrose et la psychose diffèrent essentiellement en ce que, dans la première, le moi, au service de la réalité, réprime un morceau du ça, tandis que, dans la psychose, il se laisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose/#i_35252

SCHIZOPHRÉNIE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT, 
  • Gilles DELEUZE
  •  • 6 973 mots

Dans le chapitre « Le groupe des schizophrénies de Bleuler »  : […] perdent leur cohésion. Intelligence, affectivité, comportement sont « dissociés » (Spaltung), ce qui entraîne rupture de contact avec l'ambiance et inadaptation progressive au milieu. Tel est le sens du terme schizophrénie (du grec σχ́ιζω, « scinder », « fendre », « déchirer », et ϕρ́ην, « esprit »), créé par Bleuler, en 1911, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schizophrenie/#i_35252

Pour citer l’article

Charles BALADIER, « SPALTUNG, psychanalyse », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/spaltung-psychanalyse/