SOUS LE SOLEIL DE SATAN, Georges BernanosFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « désir du néant »

« Le mal est un fait d'expérience qu'il n'est pas facile de nier », écrira Bernanos dans Le Crépuscule des vieux : l'omniprésence du mal est, selon lui, sensible dans le travail de sape que le Malin opère contre l'espérance et la joie de l'homme. Bernanos fait ici une place essentielle au dogme de la communion des saints, au rachat réciproque des fautes. Habité par une conscience aiguë de l'action dévastatrice du démon sur les âmes, Donissan combat la lumière illusoire du soleil de Satan qui enveloppe la planète et s'attaque à tous sans exception. C'est Dieu lui-même que Satan cherche à atteindre à travers la créature. C'est pourquoi l'abbé Donissan s'est persuadé qu'il avait un combat personnel à mener contre cet unique ennemi. Après avoir tenté de ressusciter un enfant, Donnissan devenu curé de Lumbres, assailli par des foules de pénitents, mourra d'une crise cardiaque, le jour où un académicien, « illustre vieillard qui exerce la magistrature de l'ironie » était venu le visiter. Il est aisé de reconnaître Anatole France sous les traits de Saint-Marin, le grand écrivain incarnant avec André Gide un contre-modèle. Bernanos s'attache avec virulence et infiniment de conviction à souligner la puissance du mal à tout déliter, compromettre, travestir ; le saint lui-même n'est pas à l'abri de « la séduction du désespoir ». Dans la première partie du roman, la séduction deviendra tentation ; cette soif de connaissance est désir de se perdre.

Inspiré par la mystique de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, Bernanos comprend que la sainteté de l'homme n'est jamais que la sainteté de Dieu, que seule l'expérience intérieure d'un individu est sainte, dans la mesure où son combat se résout en une adhésion totale du cœur à dire « oui » même à l'inexplicable. Au cinéma, le roman de Bernanos a inspiré deux œuvres d'esthétique très différente : Mouchette (1967) de Robert Bresson, et Sous le soleil de Satan (1987), de Maurice Pialat.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de la philosophie, critique littéraire à Études, poète et traducteur

Classification

Autres références

«  SOUS LE SOLEIL DE SATAN, Georges Bernanos  » est également traité dans :

BERNANOS GEORGES (1888-1948)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 2 872 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expérience de l'enfance »  : […] Georges Bernanos naît à Paris, le 20 février 1888, au cœur de la « République opportuniste » (1879-1899), qui avait progressivement établi un régime républicain et promulgué une législation anticléricale opposée aux valeurs de l'Ancien régime, monarchiste et catholique, auxquelles adhéraient ses parents. Son ascendance – espagnole et lorraine par son père (tapissier-décorateur à Paris), berrichonn […] Lire la suite

SOUS LE SOLEIL DE SATAN, film de Maurice Pialat

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 990 mots

Dans le chapitre « Une foi vécue physiquement »  : […] Admirablement servi par l'image de Willy Kurant, qui utilise la lumière pâle de l'Artois et capte de magnifiques paysages vallonnés sous des ciels immenses, Pialat situe discrètement le film dans une France d'hier, mais qui paraît proche, sans automobile, sans radio, en même temps qu'il fuit tout pittoresque d'époque. Une France qu'on voit rarement au cinéma, celle des champs, où le langage des pe […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude-Henry du BORD, « SOUS LE SOLEIL DE SATAN, Georges Bernanos - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sous-le-soleil-de-satan-georges-bernanos/