LIE SOPHUS (1842-1899)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre de Lie

La vocation mathématique de Sophus Lie, né à Nordfjordeid en 1842, ne se révéla qu'assez tard, à la lecture en 1865 des travaux de Julius Plücker sur les complexes de droites. Sa rencontre à Berlin avec le jeune Félix Klein (1849-1925), en 1869, allait être le début d'une longue et fructueuse amitié. Les deux mathématiciens viennent à Paris et découvrent les travaux de Galois et de Jordan qui allaient profondément les influencer ; ils travaillent ensemble sur la théorie des invariants en analyse et en géométrie différentielle, et c'est de cette époque, d'après son propre témoignage, que datent les premières idées de Lie sur les groupes de transformations. Dans un mémoire de 1870, écrit en commun, Lie et Klein étudient systématiquement les sous-groupes à un paramètre du groupe projectif du plan et les orbites de ces sous-groupes, les « courbes W » et retrouvent ainsi, dans le cadre de la théorie des groupes, de nombreuses propriétés des courbes classiques (y = cxm, spirale logarithmique, etc.).

À la déclaration de guerre entre la France et la Prusse, Klein repart en Allemagne tandis que Lie part (à pied !) pour l'Italie. Arrêté par erreur comme espion allemand, il restera une semaine en prison à Fontainebleau jusqu'à l'intervention du mathématicien Gaston Darboux qui dissipera cette méprise.

En 1872, Lie soutient sa thèse de doctorat à l'université de Christiania ; c'est à cette époque qu'il édifie sa théorie des transformations de contact qui généralisent à la fois les transformations géométriques ponctuelles et la transformation par polaires réciproques. Il restera professeur à Christiania jusqu'en 1886. Dès 1873, il commence à élaborer la « grande » théorie des groupes de Lie.

De 1886 à 1898, Lie occupe la chaire de Klein à Leipzig, et c'est alors qu'il rédige, en collaboration avec Ernst Engel, les théorèmes fondamentaux de sa théorie ; nommé professeur extraordinaire à Christiania, il y meurt en 1899 quelques moi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  LIE SOPHUS (1842-1899)  » est également traité dans :

LIE GROUPES DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 176 mots

La publication des trois volumes du traité intitulé Theorie der Transformationsgruppen, de 1888 à 1893, synthétise l'apport fondamental du mathématicien norvégien Sophus Lie (1842-1899) à la théorie des groupes. Écrit en collaboration avec Friedrich Engel, cet ouvrage rassemble les nombreux résultats obtenus à partir de 1873 sur les gr […] Lire la suite

GROUPES (mathématiques) - Groupes de Lie

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 10 813 mots
  •  • 2 médias

La théorie des groupes de Lie, fondée dans la période de 1870-1880 par le mathématicien norvégien Sophus Lie, a d'abord été considérée comme une partie assez marginale des mathématiques, liée à des problèmes touchant les équations différentielles, les équations aux dérivées partielles et la géométrie différentielle. Leur étude générale a mis plus tard en évidence un certain nombre d'objets mathém […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Luc VERLEY, « LIE SOPHUS - (1842-1899) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophus-lie/