SOPHOCLE (495-406 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un moment d'épanouissement

La vie de Sophocle coïncide avec le déploiement de la grandeur d'Athènes. Il est né à Colone, juste avant les guerres médiques, et conduisit, dit-on, le chœur des jeunes garçons qui célébra la victoire d'Athènes. Il connut l'empire athénien et la démocratie de Périclès, avec qui il fut lié. Lui-même, dans cette cité à son apogée, eut toujours une vie heureuse. Il eut beaucoup d'amis, dont Hérodote. Il joua un rôle public. Enfin, il fut, jusqu'au moment où il mourut à Athènes, âgé de quatre-vingt-dix ans, un auteur aimé et souvent couronné.

Le moment où il se place est loin d'être indifférent ; et bien des mérites de son œuvre semblent être liés à l'épanouissement intellectuel et politique d'alors.

Un genre à son apogée

Tout d'abord, si l'histoire du genre tragique coïncide, à Athènes, avec celle de la grandeur nationale, comment ne pas penser que Sophocle se situait à une position propice dans l'histoire de ce genre ? Eschyle avait été, en quelque sorte, le créateur de la tragédie. Désormais, elle existait. Il ne restait plus à Sophocle qu'à assouplir, à alléger, à perfectionner. Et il n'eut pas de mal à le faire.

C'est lui, dit Aristote, qui aurait porté à trois le nombre des acteurs : trois, au lieu de deux ; c'est dire qu'il sentait déjà le besoin d'une action plus animée et de caractères plus nuancés.

Il faut le reconnaître, l'action, chez Eschyle, était simple, presque figée : déjà le théâtre de Sophocle connaît les progressions savantes et les brusques revirements, qui font se succéder, en surprise, la confiance et le désespoir. Dans Œdipe roi, où l'on recherche l'auteur d'un crime ancien, et où l'on avance pas à pas vers une vérité qui donnera l'enquêteur lui-même pour le coupable, Sophocle n'a rien à envier aux modernes auteurs de romans policiers. Ailleurs, d'une façon qui surprend davantage, il use de la même liberté pour composer des piè [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, membre de l'Institut, professeur au Collège de France

Classification


Autres références

«  SOPHOCLE (495-406 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ANTIGONE, Sophocle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 042 mots

Rares sont les œuvres, créées dans la Grèce classique, qui aient connu une postérité semblable à celle d'Antigone et un foisonnement aussi vigoureux d'adaptations que celui suscité par la pièce la plus célèbre de Sophocle : Hölderlin la traduit en 1804, Anouilh en propose une version audacieuse et moderne en 1946, Brecht l'adapte en 1947, en s'appuyant sur le texte de Hölderlin […] Lire la suite

ŒDIPE ROI, Sophocle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 196 mots

Vers 430 avant J.-C, lorsque Sophocle (495-406 av. J.-C.) s'attaque à la légende d'Œdipe, celle-ci appartient depuis longtemps à l'univers culturel grec. Déjà évoqué par Homère, Hésiode et Pindare, le roi de Thèbes coupable d'avoir tué son père et épousé sa mère a fait l'objet de […] Lire la suite

ANTIGONE

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 672 mots

Issue de l'union maudite, parce qu'incestueuse, d'Œdipe et de Jocaste, elle porte bien son nom (du grec Antigonê ), celle que sa piété familiale condamnera à une mort atroce sans époux ni descendance, au terme d'une courte vie toute de malheur, d'errance et de déréliction. Être intermédiaire, déraciné, abandonné de tous, être mort-vivant, c'est-à-dire aussi bien ni mort ni vivant, telle se présent […] Lire la suite

ÉLECTRE

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 645 mots

Celle en qui des psychanalystes épris de symétrie ont voulu voir la petite sœur d'Œdipe est en réalité la sœur d'Oreste, et la fille d'Agamemnon et de Clytemnestre. Dans L'Iliade , son père ne l'évoque que sous le nom de Laodice, entre ses deux sœurs, Chrysothémis et Iphianassa (Iphigénie). Si ce nom disparaît complètement chez les poètes tragiques au profit de celui sous lequel elle est restée da […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Essor de la religion civique »  : […] La Grèce sort paradoxalement victorieuse de la crise des guerres médiques : la ferveur envers les dieux ne laisse pas d'en être considérablement renforcée dans toutes les cités qui ont participé à la gigantesque mêlée. C'est le cas notamment à Athènes. Les dieux et les héros de l'Attique ont lutté aux côtés des Athéniens, à Marathon comme à Salamine ; Athéna a fait repousser l'olivier sacré de l' […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 250 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Issu des traditions populaires en relation avec le culte de Dionysos, le théâtre athénien naît et se développe à travers tout le v e  siècle, illustré d'abord par la tragédie, puis par la comédie dont l'évolution ne s'achèvera qu'à la fin du siècle suivant. Les représentations étaient organisées par la ville sous forme de concours, à l'occasion des dionysies – grandes et petites – et des lénéenne […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 724 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le corpus »  : […] Sept tragédies d'Eschyle, sept de Sophocle, vingt et une pièces d' Euripide (dont un drame satyrique, Le Cyclope , et une tragédie d'authenticité contestée, Le Rhésos ) : c'est tout ce que le temps a conservé d'une production qui lui est presque dix fois supérieure. Trente-trois tragédies, trois noms pour représenter des dizaines d'auteurs et les quelque quinze cents drames représentés à Athènes a […] Lire la suite

LACARRIÈRE JACQUES (1925-2005)

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 900 mots

Né à Limoges en 1925, Jacques Lacarrière passe son enfance à Orléans « dans un tilleul au milieu d'un jardin », écrit des poèmes et étudie le grec au lycée. Il parcourt à pied la Sologne, pays du Grand Meaulnes . Alain-Fournier sera le seul auteur français auquel il consacrera un essai (1991). Son existence est très vite marquée par deux passions : l'errance, qui vise à « s'enraciner dans l'éphémè […] Lire la suite

TYRANNIE, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER
  •  • 6 005 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La figure du tyran »  : […] Même dans la courte période pendant laquelle la tyrannie a disparu de la réalité politique grecque, la figure du tyran occupe une place centrale dans la pensée et la littérature, comme le montre en particulier la tragédie attique du v e  siècle. Dans le Prométhée enchaîné , Eschyle présente Zeus comme un « jeune tyran » qui vient d'imposer son pouvoir et l'exerce par la violence : le thème de la t […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacqueline de ROMILLY, « SOPHOCLE (495-406 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophocle/