CALLE SOPHIE (1953- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Miroirs du « je »

La relation de Sophie Calle à son histoire, à ses histoires, à ses quêtes et contre-enquêtes, à ses identités, se joue au cœur de l'être, dans la fabrique de l'intime, sujet-objet d'un moi narrateur, d'un moi fabuliste, engagé dans une aventure doublement piégée. C'est le roman, ou le « polar » d'une femme qui métamorphose sa vie en œuvre d'art.

L'artiste Sophie Calle est née à Paris en 1953. Tour à tour photographe clandestine, strip-teaseuse dans une baraque foraine de Pigalle, femme de chambre dans un hôtel vénitien, espionne scrutant des inconnus, fétichiste conservant ses cadeaux d'anniversaire, cinéaste éperdue filmant un road movie sur son désenchantement conjugal (No Sex Last Night, coréalisé et co-interprété avec son ex-mari, Greg Shepard, en 1995)... Sophie Calle est une étrange héroïne, qui déplace la question de l'auteur – la représentation du « je » –, qui trouble les différents codes de « textualité » à l'intérieur desquels s'instaure spéculairement la notion d'un « jeu », strictement réglé.

Sophie Calle livre ses travaux comme des thérapies personnelles. « Contre l'inquiétude, la peur de l'abandon, des absents, contre ma propre fragilité devant la vie normale », confie-t-elle. « Le fait que ce soit de l'art me protège – c'est une façon d'avoir le droit de faire de telles choses. » « Faire de l'art », d'abord pour plaire à son père, médecin, mais aussi collectionneur, puis par désir irréductible, après un passé de jeune militante, d'activiste pure et dure (maoïsme, féminisme, Gauche prolétarienne, lutte pro-palestinienne au Sud-Liban...) et de grande amoureuse. De retour à Paris, dans les années 1980, un peu déboussolée, elle entreprend ses premières « filatures indiscrètes » et se fait d'emblée remarquer sur la scène de l'art contemporain par une série consacrée aux aveugles, leur posant une question surprenante « Quelle est pour vous l'image de la beauté ? » Elle illustre les réponses et les expose à côté des photographies de ses interlocuteurs, comme des ex-voto.

Elle poursuivra à part [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : historienne de la photographie, département de la recherche bibliographique, Bibliothèque nationale de France

Classification


Autres références

«  CALLE SOPHIE (1953- )  » est également traité dans :

JOURNAL INTIME, notion de

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 993 mots

Un journal intime est composé des notes qu'un narrateur prend quotidiennement (ou du moins régulièrement) sur lui-même, qu'il s'agisse de sa vie courante ou de sa vie intérieure. Il relève donc d'une écriture de l'intime. Sans que l'on puisse parler de « journaux », Michel Eyquem de Montaigne et Jean-Jacques Rousseau sont peut-être les plus illustres ancêtres de l'écriture de soi. Montaigne, dans […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La fiction ou l'instantané scénarisé »  : […] Héritière de la scène de genre visitée par la photographie dès sa période pictorialiste, la fiction intéresse bon nombre de photographes contemporains qui s'essaient à la mise en scène des situations de la vie courante voire du fait-divers, où les modèles tiennent rang d'acteurs sinon de statues de musée de cire. Avec ces séquences imaginaires, fréquemment érotiques, Duane Michals crée un monde p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Elvire PEREGO, « CALLE SOPHIE (1953- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophie-calle/