SONSBruit

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les effets du bruit : physiopathologie et clinique

L'effet de masque produit par des sons de basse fréquence suffisamment intenses sur les sons de fréquence plus élevée s'accompagne d'une gêne dans la localisation des bruits. Ainsi le bruit industriel, qui est en général riche en sons de basse fréquence, tend à masquer l'intelligibilité de la parole et à perturber l'orientation stéréophonique du travailleur, l'exposant ainsi au danger.

La fatigue auditive est une diminution passagère et réversible de l'audition consécutive à une stimulation sonore (fig. 2). Cette fatigue est due à une vasoconstriction ralentissant les processus métaboliques et provoquant une anoxie transitoire des organes récepteurs de l'oreille interne. La fatigue perstimulatoire apparaît au cours même de la stimulation sonore ; indépendante de l'intensité elle se confond avec l'adaptation, processus physiologique de protection de la cochlée (limaçon) de courte durée (une minute environ) qui porte sur la fréquence correspondant au stimulus et ne s'accompagne pas de recrutement. La fatigue auditive post-stimulatoire, plus durable, se situe à une demi-octave ou une octave au-dessus de la fréquence stimulante ; elle n'apparaît qu'à partir d'un stimulus de l'ordre de 60 décibels (dB) et se prolonge considérablement pour des bruits au-delà de 90 dB. Elle est plus forte pour un son pur et une fréquence élevée.

Audition : fatigue auditive

Dessin : Audition : fatigue auditive

Fatigue auditive poststimulatoire et temps de récupération (d'après Stevens). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La fatigue auditive s'accompagne de bourdonnements, sifflements et tintements ainsi que de modifications de la sensation auditive qui prend un caractère ouaté ou métallique.

La fatigue auditive peut être appréciée à l'aide de divers tests audiométriques (Peyser, Wilson, Wheeler...) après action de sons purs ou de bruits blancs d'une intensité de 80 à 100 dB. La fatigue auditive, phénomène spécifique qui siège au niveau de l'oreille et du ganglion de Corti (premiers neurones de la voie auditive principale), doit être distinguée de la fatigue générale due au bruit, de nature non spécifique et qui tient à l'essaimage des influx hors des voies proprement auditives au niveau des troisième et quatrième neurones, vers des structures douées de fonctions végétatives ou émotionnelles.

La surdité professionnelle fait suite à des traumatismes auditifs prolongés qui provoquent des spasmes des fines ramifications de l'artère auditive interne. Il en résulte une hypoxie, des altérations du métabolisme et, finalement, une destruction des cellules sensorielles de la cochlée. L'action traumatique du bruit sur l'audition se fait insidieusement et lentement, et elle intervient surtout quand le processus physiologique de réparation consécutif à la fatigue se ralentit. L'intervalle entre l'intensité du son qui produit une fatigue prolongée de l'ouïe et une lésion est très étroit et variable selon les sujets. Le seuil critique moyen d'action traumatique du bruit se situe entre 80 et 90 dB. Dès le début du travail dans le bruit intense, la fatigue cause un déficit temporaire dans l'aigu qui peut atteindre 50 dB et qui se répare en trois ou quatre semaines. L'évolution très variable de la surdité traumatique d'un sujet à l'autre se vérifie à l'audiomètre et se fait en trois stades (fig. 3) :

Perte auditive et niveaux de bruit

Dessin : Perte auditive et niveaux de bruit

Perte auditive moyenne en fonction de la durée d'exposition à divers niveaux de bruit (d'après D.W. Robinson). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– Un déficit léger mais permanent de l'audition s'établit dans la zone des sons aigus entre 3 000 et 6 000 Hz, prenant en général la forme d'un « V » à la fréquence 4 000.

– Au stade moyen, le scotome en « V » dépasse 40 dB et s'élargit vers les sons aigus et graves, empiétant sur la zone de la conversation où le déficit peut atteindre 35 dB, ce qui correspond déjà à une gêne importante.

– Le stade grave consiste en une surdité manifeste avec abaissement du seuil jusqu'à 80 dB pour les sons aigus et plus de 35 dB pour la conversation. La surdité est complète pour une perte globale supérieure à 82 dB. Cette surdité n'est pas évolutive par elle-même et elle ne s'aggrave que si le sujet atteint reste dans une ambiance bruyante. Les modifications associées de l'audition déjà observées dans la fatigue prennent ici un caractère plus intense : sifflements, bourdonnements, acouphènes ou bruits parasites. La surdité professionnelle est une surdité de perception accompagnée du phénomène de recrutement, ce qui signe son origine cochléaire.

L'action traumatique du bruit est d'autant plus forte que le bruit est intense, prolongé, ou qu'il s'agit d'un son pur et de haute fréquence ; ainsi les bandes de basse fréquence (de 75 à 150 Hz) sont moins nocives que les hautes fréquences (de 600 à 1 200 Hz) et leur int [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Spectres de bruits

Spectres de bruits
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Audition : fatigue auditive

Audition : fatigue auditive
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Perte auditive et niveaux de bruit

Perte auditive et niveaux de bruit
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Isolement acoustique

Isolement acoustique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : médecin en chef du Service de santé des armées (marine), ancien attaché à l'hôpital Laennec et au Centre psychiatrique Sainte-Anne, Paris, ancien conseiller à la S.N.E.C.M.A., à la Communauté européenne du charbon et de l'acier et au Comité de l'énergie atomique
  • : professeur des Universités
  • : professeur des Universités

Classification

Autres références

«  SONS  » est également traité dans :

SONS - Production et propagation des sons

  • Écrit par 
  • Michel BRUNEAU, 
  • André DIDIER, 
  • Jean-Claude RISSET
  •  • 13 392 mots
  •  • 15 médias

La notion de son n'est pas attachée uniquement aux phénomènes aériens responsables de la sensation auditive, mais aussi à tous les autres phénomènes qui sont gouvernés par des principes physiques analogues. C'est ainsi que les perturbations trop « graves » (infrasons) ou trop « aiguës » (ultrasons) pour être perçues par l'oreille humaine sont elles aussi appelées « sons » et que l'on parle de prop […] Lire la suite

SONS - Audiométrie

  • Écrit par 
  • André DIDIER
  •  • 3 401 mots
  •  • 7 médias

Il est facile de constater que la sensation sonore dépend des caractéristiques physiques des sons et des bruits. Un son trop faible n'est pas perçu. Un son trop fort provoque une gêne, voire une douleur. Il existe donc des limites d'intensité du stimulus physique hors desquelles l'écoute est impossible. Il en est de même quant à la hauteur ou fréquence des s […] Lire la suite

ACOUSMATIQUE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • François BAYLE
  •  • 7 829 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Écouter sans voir »  : […] Si l'obscurité surgit, on ressent que le monde sonore est d'abord naturellement perçu comme une irruption, une alerte, comme une question posée. Puis, par stabilité, il perd rapidement son caractère d'anomalie pour s'intégrer et concourir à un équilibre normal entre les sensations de l'environnement. Les événements sont reconnus comme une conséquence logique des actions qui surviennent et dont ils […] Lire la suite

ACOUSTIQUE ARCHITECTURALE

  • Écrit par 
  • Michel BRUNEAU, 
  • André DIDIER
  •  • 3 163 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Acoustique des salles »  : […] L'acoustique des salles est un domaine d'activité où concourent la science, l'art, l'architecture et la psychologie. C'est le champ d'étude de prédilection de l'interaction entre l'homme et son environnement sonore. Dès la plus lointaine antiquité, les esprits curieux ont porté leur attention sur les phénomènes de réflexion, simples ou multiples, et sur les phénomènes de réverbération. Des exemple […] Lire la suite

AMUSIE

  • Écrit par 
  • Séverine SAMSON
  •  • 325 mots

L’amusie est un trouble neurologique qui affecte à des degrés variables la perception et la production musicales. Celui-ci ne s’explique pas par une baisse de l’acuité auditive (surdité), une déficience intellectuelle ou motrice. Cette perte sélective de la fonction musicale contraste avec des compétences de langage qui peuvent demeurer intactes tout comme la reconnaissance des voix humaines et d […] Lire la suite

ANTHEIL GEORGE (1900-1959)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 774 mots

Arnold Schönberg écrivit le 21 novembre 1920 : « Si nous vivions à une époque normale – aussi normale que la période antérieure à 1914 –, la musique de notre temps se trouverait dans une situation différente. » Le début du xx e  siècle est en effet marqué par de nombreuses ruptures, au premier rang desquelles la suppression de la tonalité (Schönberg) et une nouvelle conception du temps musical int […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE VISUELLE

  • Écrit par 
  • Damien MOTTIER
  •  • 4 464 mots

L’anthropologie visuelle se propose de faire du visuel une pratique et un objet théorique de la recherche anthropologique. S’appuyant sur la multiplicité des usages des images fixes et animées en anthropologie depuis la fin du xix e  siècle et sur un certain âge d’or du cinéma ethnographique dans les années 1960, elle s’est constituée en domaine spécialisé de l’anthropologie à la suite du IX e  Co […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DES LANGUES ÉTRANGÈRES

  • Écrit par 
  • Daniel GAONAC'H
  •  • 1 239 mots

Les recherches sur l’apprentissage des langues étrangères ont d’abord été liées au domaine de la psycholinguistique, puis à celui du bilinguisme. Elles prennent actuellement davantage en compte les concepts de la psychologie cognitive : modalités d’apprentissage, automatisation, coût cognitif. En lien avec la psycholinguistique, on a montré que la structuration progressive du système de la langue […] Lire la suite

AUDITION - Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 771 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Réponse aux sons complexes »  : […] Dans le cas de sons complexes, on peut imaginer que, chaque fréquence correspondant à une région particulière de la membrane basilaire, les mouvements résultants pourront être eux-mêmes assez complexes. On a surtout étudié la situation la plus simple dans laquelle deux sons seulement sont associés. On peut, par exemple, constater qu'une fibre qui répond à un son continu est transitoirement inhibé […] Lire la suite

AUDITION - Psycho-acoustique

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BOTTE, 
  • Christel SORIN
  •  • 4 470 mots
  •  • 3 médias

La psycho-acoustique, branche de la psychophysique, a pour objet l'étude expérimentale des relations quantitatives entre les stimulus acoustiques mesurables physiquement et les réponses de l'ensemble du système auditif : sensations et perceptions auditives. Après avoir établi ces relations, le psycho-acousticien recherche dans le fonctionnement du système neurosensoriel de l'audition des mécanis […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BUGARD, Claude CARLES, Gérard MANGIANTE, « SONS - Bruit », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sons-bruit/