SONNETS SPIRITUELS, Juan Ramón JiménezFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Sonnets intérieurs »

Le recueil comprend 55 sonnets, composés d'hendécasyllabes (vers de 11 syllabes), mètre classique venu d'Italie, introduit en Espagne au xvie siècle par les poètes Boscán et Garcilaso de la Vega. Un sonnet liminaire, « Au sonnet avec mon âme », donne le ton de la pure ferveur qui ne se démentira plus dans les poèmes suivants, distribués en trois groupes : I. Amour (19 sonnets) ; II. Amitié (18 sonnets) ; III. Recueillement (17 sonnets). L'image de la bien-aimée évoque, sous ses métamorphoses imaginaires (moments du jour, éléments de la nature), celle de Zenobia Camprubí que Jiménez avait connue en 1913, et qu'il épousa en 1916. Ici, le personnage réel est toujours transmué en une vision spirituelle, qui le déprend de tout signe distinctif pour l'exalter dans sa réalité secrète, perçue avec une acuité extrême.

Les tourments du cœur ou les éblouissements de l'esprit, alternant souvent de façon violente, sont les motifs majeurs de ce recueil, auquel le poète avait aussi pensé donner le titre de Sonnets intérieurs. L'acuité douloureuse des émotions ou les élans d'un désir toujours à vif s'exacerbent sous la contrainte qu'impose le sonnet. Le poète joue en virtuose de cette opposition pour exprimer les rythmes incessants de ses émotions, ou de ses sensations, comme dans « Marine nocturne » (II, 32), où « une houle de douleurs » vient se confondre avec le mouvement des vagues : « Ô mer, reçois, en cette fin de jour,/ Longue et seule, mon cœur, et donne à sa souffrance/ Ton vaste et calme crépuscule !// Qu'il ressente une fois, comme toi, dans l'amer/ Infini battement de ses échos sanglants,/ La couleur uniforme de l'oubli ! »


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  SONNETS SPIRITUELS, Juan Ramón Jiménez  » est également traité dans :

JIMÉNEZ JUAN RAMÓN (1881-1958)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 645 mots

Dans le chapitre « Le romantisme idéaliste »  : […] J. R. Jiménez distinguait lui-même trois époques dans son œuvre lyrique : une première étape « romantique idéaliste » ; une deuxième d'un « spiritualisme symboliste » ; une troisième « métaphysique, d'exaltation de l'intelligence, savante, de type goethéen ». La première période est celle d'une inspiration souvent douloureuse, intimiste, raffinée. Ninfeas et Almas de violeta ( Âmes de violette ), […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « SONNETS SPIRITUELS, Juan Ramón Jiménez - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonnets-spirituels/