SOLIDARITÉ SOCIALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La solidarité organique

A contrario, le droit restitutif n'exige pas forcément une souffrance de l'agent, mais consiste dans la remise des choses en l'état, dans le rétablissement sous leur forme normale des rapports qui ont été troublés. Tandis que le droit répressif se trouve diffus partout dans la société, le droit restitutif se crée des organes spéciaux (tribunaux, conseils de prud'hommes, etc.). Dans ce cas, les règles que déterminent les sanctions restitutives n'atteignent pas tout le monde, mais concernent des parties restreintes de la société qu'elles relient entre elles (le paiement de dommages et intérêts par exemple).

Ce type de droit révèle une autre forme de lien social dans lequel les individus sont solidaires grâce à un système de fonctions différentes et spéciales qu'unissent des rapports définis, et notamment la division du travail. Caractéristique des sociétés modernes, cette solidarité est dite « organique » parce que l'individu dépend d'autant plus étroitement de la société que les tâches sont divisées. Par ailleurs, l'activité de chacun y est d'autant plus personnelle qu'elle est plus spécialisée. Cette solidarité sociale est semblable à celle que l'on observe chez les animaux supérieurs où chaque organe a sa physionomie spéciale et son autonomie, mais où l'unité de l'organisme est d'autant plus grande que l'individualisation des parties est plus marquée.

La solidarité organique résulte de l'effacement de l'individualité des segments tribaux du fait de l'accroissement de la population et de sa densité. Les rapports sociaux deviennent plus nombreux ; les groupes deviennent plus perméables les uns aux autres car ils ne sont plus dispersés en une multitude de petits foyers distincts, mais rassemblés dans des centres urbains reliés par des voies de communication plus rapides et nombreuses. Chacun est susceptible d'y croiser d'autres personnes venant d'autres horizons et peut ainsi relativiser les règles et coutumes qui lui viennent de ses groupes d'appartenance. Bref, l'accroissement du volume et de la densité de la société va de pair avec les progrès de la division du travail, de telle sorte que la lutte pour la vie soit supportable : Durkheim note que « dans une même ville les professions différentes peuvent coexister sans être obligées de se nuire réciproquement, car elles poursuivent des objectifs différents » ; au contraire, il est inévitable que des organes similaires s'atteignent, entrent en lutte et s'efforcent de se substituer les uns aux autres. La division du travail est donc un « dénouement adouci » de la lutte pour la vie. En ce sens, c'est une loi de l'histoire que la solidarité mécanique perde progressivement du terrain au profit de la solidarité organique.

Dans une société à solidarité organique, enfin, la force de la tradition s'affaiblit dans les consciences, car l'individu a beaucoup plus de chances de quitter le village de ses ancêtres. Si bien qu'à mesure que la société se segmente, les contraintes sociales pesant sur les individus tendent à se relâcher. La conscience collective perd alors de sa force et de sa prépondérance au détriment de la variabilité individuelle. Une vie psychique d'un genre nouveau apparaît, qui transforme en représentations des choses qui auparavant restaient en dehors des consciences parce qu'elles n'affectaient pas l'être collectif. En un mot, on assiste à un phénomène d'individualisation (« individuation », selon le mot de Durkheim).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SOLIDARITÉ SOCIALE  » est également traité dans :

ABBÉ PIERRE HENRI GROUÈS dit L' (1912-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PETIT
  •  • 1 087 mots

L'abbé Pierre, de son vrai nom Henri Grouès, voit le jour à Lyon le 5 août 1912. Il est le cinquième d'une famille de huit enfants qu'il qualifie lui-même de bourgeoise. Cette famille nombreuse lui vaudra d'avoir cent vingt-trois neveux et nièces, tous âges, tous degrés et toutes conditions confondus, qui lui demanderont de répondre à leurs questions à l'occasion du cinquantième anniversaire de s […] Lire la suite

ANOMIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 989 mots

Dans le chapitre « Anomie et division du travail »  : […] Dans De la division du travail social , Durkheim consacre son livre troisième aux formes anormales de la division du travail et le premier chapitre de ce livre à la division du travail anomique. L'idée générale de la théorie de Durkheim consiste dans l'affirmation que les sociétés évoluent d'un type de solidarité mécanique à un type de solidarité organique. Dans le premier cas, les éléments qui c […] Lire la suite

ASSIMILATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Shmuel Noah EISENSTADT
  •  • 9 369 mots

Dans le chapitre « Quelques types caractéristiques de groupes de candidats à l'assimilation »  : […] Le processus de transformation des groupes de candidats à l'assimilation va donner naissance dans la société d'accueil à bien des types différents. Il serait évidemment impossible d'analyser ici tous les types qui ont été décrits dans les études consacrées à ce sujet. On s'est limité ici aux plus intéressants, à ceux qui ont une valeur exemplaire. On les distingue généralement selon que le groupe […] Lire la suite

CHANGEMENT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 5 803 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dimension endogène »  : […] Ainsi l'importance des facteurs endogènes dans le changement est-elle soulignée. Schumpeter voyait dans l'innovation une solution à la fois non nécessaire et non optimale, mais proprement créatrice, affectant les séries historiques d'une forte discontinuité et d'une irréversibilité plus ou moins marquée. Reste évidemment à se demander ce qu'il y a de proprement endogène dans l'innovation, sous pei […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Classe ouvrière

  • Écrit par 
  • Julian MISCHI, 
  • Nicolas RENAHY
  •  • 4 408 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une existence courte dans un temps long »  : […] En France, le processus de formation de la classe ouvrière, entamé pendant la période révolutionnaire s'inscrit dans le temps long, sur un siècle et demi, et prolonge l'histoire des corporations. Sa genèse, au cours du long xix e  siècle, est inséparable des luttes sociales pour l'autonomie ouvrière (sans-culottisme, journées révolutionnaires de 1830) mais également du processus d'homogénéisation […] Lire la suite

COMMUNAUTÉ

  • Écrit par 
  • Stéphanie MOREL
  •  • 1 424 mots

Dans le chapitre « Typologie »  : […] L'historien allemand Ferdinand Tönnies a, le premier, proposé une analyse des formes d'appartenance aux groupes et de leurs fondements dans son ouvrage au titre évocateur, Communauté et société (1887). Fondant sa réflexion sur la distinction entre société traditionnelle et société moderne, il oppose la Gemeinschaft à la Gesellschaft. La Gemeinschaft (« communauté ») décrit tout groupement « nat […] Lire la suite

CONSENSUS

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 2 712 mots

Dans le chapitre « Solidarité et individualisme »  : […] Le consensus se dessine entre deux types limites de société, entre deux fantasmes inhérents à la sociabilité : celui d'une part, de la société conçue comme communauté indivise, corps-Un ; celui, d'autre part, de la désagrégation du corps social par l'individualisation absolue de ses membres, et qui dit la hantise du corps morcelé. C'est entre ces deux extrêmes que se situe la réalité du consensus, […] Lire la suite

COOPÉRATIVES

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 10 053 mots

Dans le chapitre « La coopération et son esprit »  : […] L'inspiration des coopératives puise à plusieurs sources. Pour certains, il s'agissait de créer une autre société, de type socialiste, dont la coopérative, avec ses principes égalitaristes, serait la cellule de base. Jean-Baptiste Godin légua ainsi, à sa mort, son entreprise au personnel, ainsi que le Familistère , un immeuble d'habitation inspiré des principes de Charles Fourier, au sein duquel t […] Lire la suite

DIVISION DU TRAVAIL SOCIAL

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 286 mots

La division du travail est l'un des concepts les plus anciens des sciences du social. Il concerne toute organisation stable ayant pour effet de coordonner des individus ou des groupes se livrant à des activités différentes, mais intégrées les unes par rapport aux autres. Selon l'économie politique classique, la division du travail productif augmente considérablement, pour une société donnée, s […] Lire la suite

DROIT - Sociologie

  • Écrit par 
  • Jacques COMMAILLE
  •  • 3 920 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les traditions sociologiques et le droit »  : […] Les grandes figures historiques de la sociologie n'ont en fait pas attendu la nomination et l'institutionnalisation d'une sociologie du droit pour s'intéresser au droit comme objet d'étude de la discipline et même lui accorder une place centrale dans leurs efforts pour construire des théories de la société. Ces auteurs étaient conscients du rôle important du droit et des professionnels du droit da […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

30 mai 2021 Chypre. Élections législatives.

Le Mouvement solidarité (nationaliste conservateur), troisième membre de la coalition sortante, n’est plus représenté. La coalition sortante perd ainsi la majorité. Les petites formations progressent, tels le Front national populaire (extrême droite) – 6,8 % des suffrages et 4 sièges –, le Mouvement pour la démocratie sociale (social-démocrate) – 6,7 % des voix et 4 élus – et le nouveau Front démocratique (centre), scission du Parti démocrate, qui fait son entrée au Parlement avec 6,1 % des suffrages et 4 députés. […] Lire la suite

23-26 mai 2019 Union européenne. Élection du Parlement européen.

– Slovaquie, 14 sièges : Slovaquie progressiste-Ensemble-Démocratie civique (libéral), 4 ; Direction-Démocratie sociale (Smer-SD), 3 ; Parti populaire Notre Slovaquie (extrême droite), 2 ; Mouvement chrétien-démocrate, 2 ; Liberté et Solidarité (libéral-conservateur), 2 ; Les Gens ordinaires et personnalités indépendantes (chrétien-démocrate), 1. Le 26, les autres États membres désignent leurs députés européens. […] Lire la suite

5-16 mars 2016 Slovaquie. Victoire électorale en demi-teinte du Premier ministre Robert Fico.

Le 5, à l’issue d’une campagne axée sur la crise migratoire en Europe, le parti social-démocrate Smer-SD (Direction-Démocratie sociale) du Premier ministre Robert Fico arrive en tête à l’issue des élections législatives, mais enregistre un important recul et perd la majorité absolue, avec 28,3 p. 100 des suffrages et 49 sièges sur 150. Le parti Liberté et Solidarité (libéral) de Richard Sulik progresse avec 12,1 p. […] Lire la suite

13 novembre 2012 France. Première conférence de presse du président François Hollande

Enfin, concernant l'Union européenne, il affirme que « c'est par la solidarité et non par l'austérité sans fin que seront atteints les objectifs de réduction des déficits publics ».  […] Lire la suite

5-23 avril 2012 France. Premier tour de l'élection présidentielle

100 par rapport au score d'Arlette Laguiller); Jacques Cheminade (Solidarité et progrès), 0,25 p. 100. Le taux de participation est de 79,48 p. 100. Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly appellent aussitôt leurs électeurs à se reporter sur le candidat de gauche au second tour. Le 23, Nicolas Sarkozy annonce sa volonté d'organiser, le 1er mai, à Paris, « la fête du vrai travail ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Christophe MARCEL, « SOLIDARITÉ SOCIALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/solidarite-sociale/