SOLAR ORBITER, mission

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Complémentarité avec la mission américaine Parker Solar Probe

Lancée le 12 août 2018, la sonde de la NASA Parker Solar Probe (PSP) – appelée ainsi en l’honneur d’Eugene Parker, astrophysicien américain spécialiste du Soleil et du vent solaire – est en quelque sorte la cousine de Solar Orbiter. Bien que leurs genèse et parcours programmatiques soient indépendants, elles sont fortement complémentaires. En fin de mission, vers 2025, PSP s’approchera bien plus près que SO du Soleil, à dix rayons solaires, soit environ 6 millions de kilomètres seulement de sa surface. À cette distance, il n’est pas question de faire d’images de notre étoile, en raison du flux de photons bien trop important. PSP effectuera essentiellement des mesures in situ et, lorsque les deux sondes seront alignées, PSP analysera le plasma des éjections coronales de masse entre le Soleil et SO. Une dizaine d’alignements de ce type est prévue d’ici à 2025. Ces configurations seront très intéressantes car elles permettront de mesurer la même perturbation solaire en trois endroits de l’espace : dans la couronne par imagerie obtenue par SO, puis in situ par PSP et enfin à nouveau in situ par SO.

Les premières observations et images obtenues de la couronne de notre étoile le 30 mai 2020 – pour la première fois à une distance de 0,5 UA – par Solar Orbiter révèlent l’existence probable d’une grande quantité de toutes petites éruptions solaires, de faible intensité. Ces microéruptions pourraient jouer un rôle important dans les processus de chauffage de la couronne. La moisson de résultats attendus avec cette mission permettra, sans aucun doute, d’améliorer nos connaissances sur le Soleil et son fonctionnement.

Extrait de la première image à haute résolution angulaire de la couronne solaire par la mission Solar Orbiter

Photographie : Extrait de la première image à haute résolution angulaire de la couronne solaire par la mission Solar Orbiter

Sur ce document, pris par l'instrument EUI (Extreme Ultraviolet Imager) le 30 mai 2020, les zones sombres correspondent aux régions où la température et la densité du plasma constituant la couronne solaire sont plus faibles. Inversement, les zones brillantes représentent les régions... 

Crédits : Solar Orbiter/ EUI Team /ESA & NASA; CSL, IAS, MPS, PMOD/WRC, ROB, UCL/MSSL

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Satellite Solar Orbiter

Satellite Solar Orbiter
Crédits : ESA

photographie

Les instruments embarqués sur Solar Orbiter

Les instruments embarqués sur Solar Orbiter
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Extrait de la première image à haute résolution angulaire de la couronne solaire par la mission Solar Orbiter

Extrait de la première image à haute résolution angulaire de la couronne solaire par la mission Solar Orbiter
Crédits : Solar Orbiter/ EUI Team /ESA & NASA; CSL, IAS, MPS, PMOD/WRC, ROB, UCL/MSSL

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, astrophysicien à l'Observatoire de Paris

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Milan MAKSIMOVIC, « SOLAR ORBITER, mission », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/solar-orbiter-mission/