SOLAR IMPULSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier vol de Solar Impulse-1

Le 26 juin 2009, Bertrand Piccard et André Borschberg dévoilent leur premier avion à propulsion électrique alimenté uniquement par l'énergie solaire : le prototype HB-SIA (HB désigne l’immatriculation d’un avion helvétique, SI les initiales de Solar Impulse et le A pour le premier prototype), appelé couramment Solar Impulse-1 ou SI-1. Celui-ci présente une envergure gigantesque de 63,4 mètres, correspondant à celle d’un Airbus A340, pour un poids de seulement 1 600 kilogrammes, équivalent à celui d’une voiture.

Solar Impulse-1

Photographie : Solar Impulse-1

Photographie

Avec sa voilure de 63,4 mètres d'envergure et ses 11 628 cellules photovoltaïques, l'avion expérimental Solar Impulse-1 a effectué, en juillet 2010, un vol continu de plus de 26 heures (dont une nuit entière). Un pas important pour l'aviation solaire a alors été franchi : il montre la... 

Crédits : Jean Revillard - HB-SIA

Afficher

Solar Impulse-1

Tableau : Solar Impulse-1

Tableau

Caractéristiques techniques de l'avion solaire monoplace Solar Impulse-1 conçu à l'initiative de Bertrand Piccard et André Borschberg. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Pour développer un tel engin, les efforts de recherche et d’innovation ont porté notamment sur l’aérodynamisme, ainsi que sur les matériaux, à la fois résistants pour affronter les conditions régnant en haute altitude et d’une extrême légèreté. Le Solar Impulse-1 a ainsi été conçu en matériaux composites (fibres de carbone et nids d’abeilles assemblés en sandwich). Pour assurer sa propulsion et l’alimentation des instruments de bord, la partie supérieure de l’avion a été recouverte de cellules photovoltaïques : 10 748 sont localisées sur le dessus de l’aile (extrados) et 880 sur le stabilisateur horizontal. La partie inférieure de l’aile (intrados) est revêtue d’un film flexible léger. Entre ces deux surfaces, 120 nervures en fibre de carbone, réparties tous les cinquante centimètres, lui donnent son profil aérodynamique.

Sous l’aile, quatre nacelles ont été fixées. Chacune d’entre elles est équipée d’un moteur électrique d’une puissance de pointe de 10 chevaux, d’une batterie au lithium comprenant soixante-dix accumulateurs et d’un système de gestion qui permet de contrôler cette batterie (seuil de charge et température). L’isolation thermique des nacelles permet de conserver la chaleur dégagée par les batteries pour que celles-ci puissent fonctionner malgré une température de l’ordre de – 40 0C régnant à 8 500 mètres d’altitude.

L'informatique embarquée permet d'analyser des centaines de paramètres utiles à la gestion du vol et de fournir aux moteurs la puissance optimale en fonction de la configuration du vol et de l’état d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Solar Impulse-1

Solar Impulse-1
Crédits : Jean Revillard - HB-SIA

photographie

Solar Impulse-1

Solar Impulse-1
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Solar Impulse-2

Solar Impulse-2
Crédits : Jean Revillard - HB-SIA

photographie

Dates clés du projet Solar Impulse

Dates clés du projet Solar Impulse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Voir aussi

Pour citer l’article

Magali REBEAUD, « SOLAR IMPULSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/solar-impulse/