SOIF

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Prise d'eau après privation

Prise d'eau après privation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Stimuli internes

Stimuli internes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Régulation et comportement

Régulation et comportement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Effets du NaCl sur la réponse dipsique

Effets du NaCl sur la réponse dipsique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tous les médias


Le système périphérique directeur du comportement dipsique

Lorsque la soif est éveillée, les stimuli externes représentés par l'eau deviennent capables de déclencher et de soutenir le comportement de prise orale de liquide. Grâce aux récepteurs gustatifs linguaux, l'eau peut être distinguée des solutions salines de NaCl (jusqu'à une dilution de ces solutions à 0,002 M chez le rat). Cette différenciation gustative de l'eau et des solutions salines est à l'origine de réponses de préférence qui varient selon que la soif est engendrée par le stimulus osmotique ou le stimulus hypovolémique. Dans le premier cas, l'eau pure, à la pression osmotique nulle, est préférée aux solutions salines hypertoniques. Dans le second cas, la préférence pour les solutions salines est au contraire augmentée ; l'ingestion de NaCl est en effet nécessaire à la réparation de la baisse du volume extracellulaire qui, sans apport de sel, s'accompagnerait d'une baisse de la pression osmotique sanguine. Lorsque la déshydratation est accompagnée d'une perte de NaCl, comme c'est le cas à la chaleur, la soif n'est restauratrice que par l'apport simultané d'eau et d'électrolytes.

L'existence d'un mécanisme orosensoriel responsable de la satiété hydrique est controversée. Rien ne permet de démontrer qu'il y a un stimulus interne actif d'inhibition. Les hyperhydratations intracellulaire et extracellulaire ne sont pas des stimuli humoraux de satiété. Dans ces conditions, on doit concevoir qu'après ingestion des liquides aptes à corriger le déséquilibre la prise d'eau est arrêtée soit par la levée du déficit initiateur après absorption intestinale de l'eau, soit de façon anticipée par le jeu d'un contrôle volumétrique oral et gastrique. Ce dernier mécanisme est bien démontré chez le chien, buveur rapide. Quelle que soit l'importance du déficit, le chien boit en quelques minutes un volume d'eau strictement égal à sa perte de poids ; compte tenu du délai de transit gastro-intestinal, ce temps exclut une absorption substantielle du liquide bu. Ce mécanisme de satiété orogastrique, ajusté au besoin de la régul [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de laboratoire à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  SOIF  » est également traité dans :

DIABÈTE

  • Écrit par 
  • Éric RENARD
  •  • 8 158 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Diabète de type 1 »  : […] Le diabète de type 1 se révèle le plus souvent sur un mode aigu. Il affecte surtout l'enfant et l'adulte de moins de quarante ans. Le syndrome cardinal typique comprend l'apparition d'une polyurie diurne et nocturne associée à une soif intense, chiffrée à plusieurs litres par vingt-quatre heures. Une polyphagie avec un attrait pour les sucres est souvent notée. Paradoxalement, un amaigrissement r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diabete/#i_44563

HYPOTHALAMUS

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 5 696 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Contrôle de l'hypothalamus sur les régulations osmotiques et hydrominérales et sur le comportement de soif »  : […] Sans entrer dans le détail des mécanismes extrêmement complexes qui président au maintien d'une composition saline stable des compartiments liquidiens extracellulaires et intracellulaires, ainsi que de leurs échanges, nous rappellerons cependant qu'une des nécessités les plus critiques de l'homéostasie réside dans la conservation de l'iso-osmolarité entre ces deux compartiments. Tout déficit ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothalamus/#i_44563

NEUROVÉGÉTATIF SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Paul DELL
  •  • 15 353 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Régulations osmotiques et besoins hydrominéraux »  : […] Les mouvements d'eau dans l'organisme, le maintien d'une osmolarité normale, le contrôle des déperditions d'eau rénales par la réabsorption tubulaire dépendent essentiellement de l'hormone antidiurétique posthypophysaire (ADH). Une double intervention de l'hypothalamus – son rôle dans le contrôle de la sécrétion de l'ADH et dans l'ingestion d'eau – assure une pression osmotique ainsi qu'une ten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-neurovegetatif/#i_44563

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LE MAGNEN, « SOIF », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/soif/