SOIF

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Prise d'eau après privation

Prise d'eau après privation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Stimuli internes

Stimuli internes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Régulation et comportement

Régulation et comportement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Effets du NaCl sur la réponse dipsique

Effets du NaCl sur la réponse dipsique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tous les médias


Les récepteurs internes et les centres dipsiques

L'existence du stimulus osmotique de la soif implique qu'il existe, quelque part dans l'organisme, des cellules spécialisées, les « osmocepteurs », qui répondent soit à la réduction de leur propre volume, soit à l'élévation de la pression osmotique effective de leur environnement, et transmettent cette information au système nerveux central. La présence de récepteurs internes répondant à l'élévation de pression osmotique plasmatique était également postulée pour rendre compte des décharges posthypophysaires d'hormone antidiurétique et du contrôle de la réabsorption rénale d'eau. L'administration intracarotidienne ou intrahypothalamique de solutions hypertoniques de NaCl a permis de démontrer, par les réponses de prises d'eau déclenchées, que les osmocepteurs de la soif sont localisés dans l'hypothalamus (B. Andersson, E. M. Blass et A. N. Epstein, 1970 ; ). Ainsi, après injection dans l'hypothalamus médian de 0,01 ml d'une solution de NaCl à 2 p. 100, une chèvre, préalablement rassasiée, boit jusqu'à 6 litres d'eau en une heure (Andersson, 1953, 1955). Le recueil des décharges de neurones hypothalamiques en réponse à de telles injections a confirmé cette localisation (B. A. Cross et J. D. Green, 1959 ; D. Novin, 1962 ; C. McBrooks, S. Nicolaïdis, 1969).

Les variations du volume sanguin (volémie) sont enregistrées par des récepteurs qui permettent la régulation de la pression artérielle. Les agents humoraux impliqués dans le contrôle de celle-ci (facteur atrial natriurétique, angiotensine, aldostérone) interviennent également dans l'induction de l'éveil central de soif. L'angiotensine, à très faible dose dans l'hypothalamus, déclenche le comportement de soif (Epstein et Fitzsimons, 1970).

Des expériences de lésions localisées et de stimulations électriques ou chimiques dans le système nerveux central ont permis d'identifier les circuits neuronaux mis en action par les systèmes détecteurs. Il a été confirmé, après une étude initiale de D. G. Montemurro et J. A. F. Stevenson (1 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de laboratoire à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  SOIF  » est également traité dans :

DIABÈTE

  • Écrit par 
  • Éric RENARD
  •  • 8 158 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Diabète de type 1 »  : […] Le diabète de type 1 se révèle le plus souvent sur un mode aigu. Il affecte surtout l'enfant et l'adulte de moins de quarante ans. Le syndrome cardinal typique comprend l'apparition d'une polyurie diurne et nocturne associée à une soif intense, chiffrée à plusieurs litres par vingt-quatre heures. Une polyphagie avec un attrait pour les sucres est souvent notée. Paradoxalement, un amaigrissement r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diabete/#i_44563

HYPOTHALAMUS

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 5 696 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Contrôle de l'hypothalamus sur les régulations osmotiques et hydrominérales et sur le comportement de soif »  : […] Sans entrer dans le détail des mécanismes extrêmement complexes qui président au maintien d'une composition saline stable des compartiments liquidiens extracellulaires et intracellulaires, ainsi que de leurs échanges, nous rappellerons cependant qu'une des nécessités les plus critiques de l'homéostasie réside dans la conservation de l'iso-osmolarité entre ces deux compartiments. Tout déficit ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothalamus/#i_44563

NEUROVÉGÉTATIF SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Paul DELL
  •  • 15 353 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Régulations osmotiques et besoins hydrominéraux »  : […] Les mouvements d'eau dans l'organisme, le maintien d'une osmolarité normale, le contrôle des déperditions d'eau rénales par la réabsorption tubulaire dépendent essentiellement de l'hormone antidiurétique posthypophysaire (ADH). Une double intervention de l'hypothalamus – son rôle dans le contrôle de la sécrétion de l'ADH et dans l'ingestion d'eau – assure une pression osmotique ainsi qu'une ten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-neurovegetatif/#i_44563

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LE MAGNEN, « SOIF », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/soif/