SOI ET NON-SOI, immunologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naissance des anticorps

Selon la théorie de la sélection naturelle de la formation des anticorps, proposée par Niels Jerne en 1955, les anticorps préexistaient à l'inoculation de la substance étrangère, appelée antigène. Mais, en l'absence d'antigène, ils étaient présents en faible quantité. L'antigène induirait non pas la formation des anticorps, mais seulement l'augmentation de la quantité des anticorps les plus efficaces. À l'époque, ce modèle fut vivement critiqué. En effet, il supposait l'existence préalable dans l'organisme de tous les anticorps possibles. En 1957, Frank MacFarlane Burnet et David Talmage proposèrent une modification de la théorie de Jerne, qui comprend deux étapes. La première étape (génération de diversité) consiste en un mélange aléatoire des gènes qui permettent la synthèse des anticorps. De cette façon, le génome n'a pas à contenir l'ensemble des anticorps. Il contient un nombre limité d'éléments de base qui, en s'associant au hasard selon toutes les combinaisons possibles, génèrent un nombre très élevé d'anticorps. La seconde étape (sélection) consiste en une multiplication préférentielle de certaines cellules, celles qui portent les anticorps, qui se fixent avec l'affinité la plus élevée à l'antigène considéré. Cette multiplication augmente la quantité d'anticorps spécifiques produits, ce qui explique leur efficacité et notre capacité à les détecter. Initialement établi pour les anticorps et les lymphocytes B, ce modèle a pu être étendu aux autres lymphocytes (cellules T) selon le même principe. Mais il engendre une question difficile : comment le système immunitaire est-il capable de distinguer les substances appartenant à l'organisme (définissant le « soi ») afin de les épargner des substances provenant de l'extérieur (greffes, micro-organismes, etc., définissant le « non-soi ») afin de les attaquer ? En effet, si les anticorps sont générés au hasard, certains d'entre eux doivent se fixer sur les composants de l'organisme et déclencher ce qu'on appelle une maladie auto-immune.

Pour résoudre ce point, il a été fait appel une seconde fo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SOI ET NON-SOI, immunologie  » est également traité dans :

ANTIGÈNES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 7 370 mots
  •  • 5 médias

Dans son acception la plus générale, le terme antigène désigne toute espèce moléculaire d'origine biologique ou synthétique qui, au contact de cellules appropriées du système immunitaire d'un organisme animal donné, appelé hôte ou receveur, est reconnue par ces cellules et provoque un processus impliquant leur activation, connue sous le nom de réaction immunitaire , caractérisée par la synthèse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antigenes/#i_41524

HISTOCOMPATIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Jean DAUSSET, 
  • David GRAUSZ
  •  • 4 807 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Classe II »  : […] Codée par les gènes DR, DP et DQ, ces protéines sont seulement présentes à la surface de certains types cellulaires, surtout les macrophages, les lymphocytes B et une minorité de lymphocytes T, les T h 2 (cf. infra ). Leur existence a été démontrée par une réaction entre lymphocytes, dite cellulaire. Bien que les antigènes de classe II puissent produire une réaction sérique, les anticorps restent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histocompatibilite/#i_41524

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 516 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Mécanismes de la tolérance »  : […] Les théories n'ont pas manqué depuis cinquante ans pour expliquer ce phénomène fondamental dont on sait actuellement, grâce aux progrès réalisés à partir de 1986, qu'il implique plusieurs processus non exclusifs les uns des autres, mais dont les mécanismes fins et leur régulation sont loin d'être élucidés. Selon la théorie dite de la délétion clonale (formulée par M. F. Burnet et F. Fenner dès 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunite-biologie/#i_41524

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre SONIGO, « SOI ET NON-SOI, immunologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/soi-et-non-soi-immunologie/