TRAVAIL SOCIOLOGIE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la question sociale à l'organisation scientifique du travail

La question du travail et la genèse de la pensée sociologique

La sociologie s'est toujours préoccupée de la question du travail. La mutation profonde, au xixe siècle, des formes techniques et du statut social du travail participe à la genèse même de la sociologie, en rupture avec l'économie politique. Au xviiie siècle, les penseurs du progrès, philosophes et économistes, étaient convaincus que la libéralisation des échanges et la suppression du despotisme suffiraient à garantir la prospérité publique et l'ordre social. Dès le début du xixe siècle, cette pensée libérale fut mise à l'épreuve de la révolution industrielle, qui générait de nouvelles classes pauvres urbaines, perçues comme mettant en péril l'équilibre général de la société. Pour nombre de penseurs sociaux de la première moitié du xixe siècle, l'économie politique se révélait donc incapable de réaliser ses promesses. Les auteurs contre-révolutionnaires furent les premiers à tenir un tel discours ; au rationalisme individualiste du xviiie siècle, ils opposèrent une conception de la société comme un être en propre, un corps organique, dont il fallait connaître les lois, sous peine de voir la Terreur révolutionnaire faire retour. De Comte à Durkheim, en passant par l'organicisme social, la sociologie naissante doit beaucoup à cette pensée contre-révolutionnaire, qui rendait possible une science holiste du social.

Le nouvel ordre social qui succède à la Révolution française fait apparaître une dissociation entre les notions de « propriété » et de « travail » que les penseurs révolutionnaires auraient voulues inséparables. Le projet idéal d'une société de petits propriétaires échangeant librement les produits de leur travail se dissolvait au moment même où les conditions politiques semblaient enfin réunies pour l'accomplir. Avec la naissance de la grande industrie, les observateurs sociaux sont amenés à reconnaître un nouveau principe d'organisation sociale : celui du « salariat », forme de sujétion limitée dans le temps et l'espace du travail. Les économistes libéraux résistèrent pourtant tout au long du xixe siècle à la reconnaissance de ce principe social qui leur rappelait l'Ancien Régime. La présence de cette thématique permet, à rebours, de repérer les précurseurs de la sociologie : Tocqueville, qui, tout en s'inquiétant du risque de l'émergence d'une « nouvelle aristocratie », identifiait l'originalité historique de la sujétion salariale : son caractère limité et impersonnel ; les saint-simoniens, qui, en mettant au fondement du social l'« organisation » – et non, comme les révolutionnaires, le contrat – ont tant contribué théoriquement mais aussi pratiquement à la genèse de la conception moderne de l'entreprise comme corps social ; Marx enfin, qui a fait du salariat le fondement de toute sa théorie, celle de l'exploitation capitaliste.

Alexis de Tocqueville (1805-1859)

Photographie : Alexis de Tocqueville (1805-1859)

Théodore Chassériau, Alexis Charles Henri Clérel de Tocqueville. 1850. Huile sur toile. 163 cm X 130 cm. Musée national du Château et des Trianons, Versailles. 

Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

Saint-Simon

Photographie : Saint-Simon

Grand prêtre d'un «nouveau christianisme», Saint-Simon fut surtout le chantre de l'industrialisme. Pour avoir prédit, au début du XIXe siècle, tous les développements de la société industrielle et le rôle croissant des «producteurs», il peut à juste titre passer pour le père de la... 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les enquêtes sociales

Cette réflexion théorique a un pendant empirique : les « enquêtes sociales », dont les premières sont mises en œuvre en Angleterre dès la fin du xviiie siècle, alors que l'industrialisation et l'exode rural font apparaître un paupérisme urbain. En France, l'essor des enquêtes sociales doit beaucoup à l'Académie des sciences morales et politiques, créée par François Guizot en 1832 pour fournir au régime né de la monarchie de Juillet un corps intellectuel officiel. Comme en Angleterre, les médecins hygiénistes jouent un rôle majeur dans le développement de ces enquêtes, dont la plus célèbre reste celle de Louis-René Villermé sur les ouvriers du textile, laquelle suscita la première loi sociale française : celle de 1841 limitant le travail des enfants. Mais les économistes y ont aussi leur part. Ils se déclarent alors souvent en France opposés à la pensée anglaise « manchestérienne » (celle de Ricardo et de ses disciples) et expriment leurs convictions « humanitaires ». Outre Tocqueville, on peut citer Eugène Buret, mais aussi Adolphe Blanqui, disciple direct du fondateur de l'école économique libérale française : Jean-Baptiste Say et frère du révolutionnaire Auguste. C'est seulement après le coup d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Alexis de Tocqueville (1805-1859)

Alexis de Tocqueville (1805-1859)
Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Saint-Simon

Saint-Simon
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Grève des métallurgistes au Creusot, 1870

Grève des métallurgistes au Creusot, 1870
Crédits : AKG

photographie

Frederick-Winslow Taylor

Frederick-Winslow Taylor
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TRAVAIL SOCIOLOGIE DU  » est également traité dans :

CARRIÈRE, sociologie

  • Écrit par 
  • Mathilde SEMPÉ
  •  • 1 129 mots

Le terme de carrière, issu du sens commun pour désigner les étapes de la vie professionnelle, est par ailleurs envisagé, dans sa construction savante, comme un outil de recherche. Objet d’appropriations méthodologiques différenciées au sein du champ scientifique, la notion constitue dès lors un enjeu de luttes pour sa définition légitime. C’est pourquoi rendre compte du travail d’objectivation d’u […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Classe ouvrière

  • Écrit par 
  • Julian MISCHI, 
  • Nicolas RENAHY
  •  • 4 408 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une existence courte dans un temps long »  : […] En France, le processus de formation de la classe ouvrière, entamé pendant la période révolutionnaire s'inscrit dans le temps long, sur un siècle et demi, et prolonge l'histoire des corporations. Sa genèse, au cours du long xix e  siècle, est inséparable des luttes sociales pour l'autonomie ouvrière (sans-culottisme, journées révolutionnaires de 1830) mais également du processus d'homogénéisation […] Lire la suite

CROZIER MICHEL (1922-2013)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 875 mots

Dans le chapitre « Une sociologie de la bureaucratie »  : […] Alors que ses premiers travaux sont encore principalement consacrés à l'histoire du mouvement ouvrier et à l'action des syndicats, Crozier s'est intéressé à partir de son entrée au C.N.R.S., en 1952, au rôle des employés et des petits fonctionnaires dans la structure sociale française. Il aborde cet univers sous les angles des phénomènes de la conscience de classe et de la participation sociale. […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 4 580 mots

Dans le chapitre «  Mort et résurrection d'une sociologie de l'économie »  : […] La sociologie économique ainsi conçue s'efface ensuite assez rapidement de l'horizon intellectuel des sciences sociales. En économie, le succès de l'économie mathématique et de l'économétrie, qui s'affirment à partir des années 1930 dans le prolongement de la « révolution néoclassique », ne laisse guère de place à une problématique sociologique (autre que « résiduelle »), malgré les travaux quan […] Lire la suite

ETHNOMÉTHODOLOGIE

  • Écrit par 
  • Louis QUÉRÉ
  •  • 2 353 mots

Dans le chapitre « L'étude du travail et de la science »  : […] À partir des années 1970, une partie des recherches ethnométhodologiques s'est orientée vers l'étude du travail, notamment du travail scientifique. L'argument de départ est que quelque chose manque dans les recherches habituelles en sciences sociales sur le travail : on ne sait pas comment celui-ci est concrètement accompli, en tant que cours d'action sériel, organisé de manière coopérative par l […] Lire la suite

FRIEDMANN GEORGES (1902-1977)

  • Écrit par 
  • Jean-Daniel REYNAUD
  •  • 978 mots

Par son œuvre, par son enseignement, par son exemple, Georges Friedmann a été l'un des principaux responsables de la renaissance des sciences sociales en France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Le jeune intellectuel des années 1930 est d'abord un philosophe : entré, après de premières études de chimie, à l'École normale supérieure, agrégé de philosophie (1926), il interroge la société e […] Lire la suite

GRÈVE

  • Écrit par 
  • Hélène SINAY
  • , Universalis
  •  • 12 478 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Sociologie des grèves modernes »  : […] Le monde salarié s'est approprié les principaux éléments qui caractérisent la civilisation industrielle au xx e  siècle et les a appliqués aux grèves. Parmi eux, on peut noter : la rationalisation scientifique, d'où l'effort pour rationaliser et planifier tout l'ensemble des grèves dont les formes ont profondément changé ; la primauté dévolue à l'économique, d'où l'assignation d'objectifs économiq […] Lire la suite

OBSERVATION (sciences sociales)

  • Écrit par 
  • Laurent WILLEMEZ
  •  • 1 075 mots

L’observation, qu’elle soit ou non participante, fait désormais partie des méthodes canoniques des sciences sociales, transmises aux étudiants dans les enseignements de sociologie et d’anthropologie et utilisées dans un grand nombre de recherches et sur une multiplicité de terrains. En France, cette généralisation des usages de l’observation renvoie à ce que l’on pourrait appeler un « tournant et […] Lire la suite

PROFESSIONS SOCIOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel EYMERI-DOUZANS
  •  • 3 417 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La sociologie française et les professions »  : […] En dépit des raisonnements précurseurs de Durkheim, la notion de profession a ensuite été délaissée par notre tradition sociologique, tandis que l'I.N.S.E.E. organisait cette singularité française d'une mise en cases, en ordre et en sens de notre population dans et par une nomenclature des « catégories socioprofessionnelles » (C.S.P.) , devenues « professions et catégories sociales » (P.C.S.). I […] Lire la suite

RECONNAISSANCE, sociologie

  • Écrit par 
  • Wenceslas LIZÉ
  •  • 1 058 mots

La notion de reconnaissance doit une part de son succès à l’omniprésence des phénomènes qu’elle désigne dans le fonctionnement du monde social. Pour saisir simplement cette notion particulièrement labile, on peut dire que la reconnaissance a lieu à chaque fois qu’un individu, un groupe ou une institution valide une identité revendiquée par autrui (celle d’« artiste », par exemple) ou le crédite d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François VATIN, « TRAVAIL SOCIOLOGIE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-du-travail/