RURAUX SOCIOLOGIE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La diffusion des modèles urbains

Depuis les années 1960, les distances physiques et culturelles entre les villes et les campagnes se sont considérablement réduites. La civilisation paysanne s'est définitivement effacée sous la poussée de l'urbanisation, l'essor des échanges économiques, l'extension des moyens de transport et des réseaux de communication. L'agriculteur, qui revendiquait sa part de progrès, en en appelant à la parité pour que « l'eau sur l'évier, la machine à laver, une habitation confortable, les vacances deviennent des objectifs communs » (Michel Debatisse, La Révolution silencieuse), a eu gain de cause : les lois de 1960-1962 ont fixé les modalités de la modernisation, promu un modèle d'exploitation spécialisée et intensive, et fait de l'exode rural une des conditions de la prospérité agricole. À l'orée des années 1970, un nouveau phénomène s'est ajouté à cette dynamique : les citadins ont « redécouvert » les vertus d'une vie à la campagne, et la « rurbanisation » a partiellement compensé l'érosion démographique qui rongeait le tissu rural. Minoritaires dans la société globale, les agriculteurs le sont ainsi bientôt devenus dans leurs propres communes, au point que le fameux seuil des « deux mille habitants agglomérés au chef-lieu » ne permettait plus de saisir les configurations sociales et culturelles du monde paysan.

Si, aujourd'hui, la consommation des ménages peut laisser croire que l'urbanisation des modes de vie s'est généralisée, il reste à s'assurer que, compte tenu des particularités de leur métier, les agriculteurs sont bel et bien parvenus à se défaire des contraintes qui, hier encore, pesaient sur leur univers quotidien. En forgeant des indicateurs plus synthétiques de la ruralité, de façon à contourner la faiblesse inhérente à l'énoncé d'un seuil numérique, l'I.N.S.E.E. a récemment renouvelé sa typologie communale et redonné au monde agricole la place qui lui revenait dans l'espace géographique et la dynamique socio-économique qui anime la société globale. Mais les abstractions statistiques ont l'inconvénient de dresser des frontières étanches entre catégories ; si bien que, entre l'illusion du « tout-est-urbain » et l'arbitraire d'un classement qui confère à des groupes nominaux l'apparence d'identités collectives réelles, les modes de vie des exploitants agricoles ne s'offrent pas facilement à l'analyse.

Jusqu'à la fin des années 1960, l'acquisition d'un poste de télévision, d'un réfrigérateur, d'un aspirateur ou d'une machine à laver n'était pas chose courante pour le paysan. Celui-ci n'était pas davantage consommateur de biens culturels ou de loisirs, et il était rare qu'il partît en week-end ou en vacances. Au-delà des contraintes proprement économiques qui limitaient objectivement ses choix, et par-delà l'argument qui lui servait à justifier ses pratiques (« les servitudes de la profession »), le paysan semblait prisonnier de son éthos de classe : méfiant à l'égard de tout ce qui symbolise la culture citadine, il préférait affecter ses dépenses à l'exploitation familiale. Pierre Bourdieu pouvait alors voir dans la paysannerie une « classe objet », dominée et manipulée par la société bourgeoise urbaine.

Le diagnostic résiste mal à l'épreuve des faits. La société paysanne paraît douter de ses propres valeurs, puisqu'elle ne semble plus en mesure d'imposer à ses membres les normes de conformité qui anéantissent la « tentation de se différencier par l'imitation du citadin ». Les agriculteurs sont en effet quatre fois plus nombreux que par le passé à partir en vacances ; et, s'ils se montrent toujours plus économes que les autres catégories sociales, l'équipement ménager et l'agencement interne de leur maison suffisent à prouver leur très large accès à la société du confort.

Les chiffres, il est vrai, sont parfois trompeurs : l'achat d'un congélateur doit souvent être lu comme l'indice d'un retour à l'autosubsistance ancienne. Il n'empêche que la diminution des petits commerces de village a contraint les agriculteurs à s'approvisionner dans les grandes surfaces périurbaines ; et que, si le « style paysan d'alimentation » est une réalité difficilement contestable, nombre de jeunes exploitants optent aujourd'hui pour le rythme et la composition des repas citadins.

Les sorties au cinéma, au théâtre ou au concert gardent, e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences de sociologie à l'université de Bordeaux-II.
  • : directeur de recherche émérite au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  RURAUX SOCIOLOGIE DES  » est également traité dans :

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 394 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Conflit et concurrence »  : […] En deuxième lieu, le conflit interne à une société peut renforcer celle-ci en faisant apparaître les adversaires comme des concurrents plutôt que comme des étrangers. Telle est l'image qu'on donne souvent des sociétés industrielles et urbaines, à forte mobilité sociale, en les opposant aux sociétés dont l'ordre était plus stable. Une population paysanne, assurée de rester enfermée pendant plusieur […] Lire la suite

CRIMINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques LÉAUTÉ
  •  • 8 832 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'urbanisation »  : […] Le passage des sociétés agricoles aux sociétés industrielles modernes entraîne un changement de la criminalité, et, semble-t-il, un accroissement de celle-ci. Le changement de structure des sociétés exerce une influence dès qu'il commence. Des zones rurales demeurent dont la criminalité constitue un vestige de l'ancienne criminalité dominante, caractéristique des sociétés agricoles. Les infracti […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Sociologie

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 6 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les inégalités du monde rural sous-développé »  : […] Dans des sociétés à large majorité paysanne, la terre est le principal facteur de production, et c'est en fonction du rapport à la terre que s'organise d'abord le système des inégalités. Insuffisante mise en valeur (au Brésil, moins de 5 p. 100 des surfaces sont exploitées), mauvaise répartition des exploitations (en Amérique latine, 75 p. 100 des espaces cultivés appartiennent à 10 p. 100 des pr […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question

  • Écrit par 
  • Theodore ZELDIN
  •  • 12 309 mots

Dans le chapitre « Postface »  : […] Les observations qui précèdent, qui esquissaient un portrait des Français du milieu des années 1980, nous invitent à reconsidérer le sens que pourrait prendre la civilisation française, désormais entrée dans le xxi e  siècle. Aujourd'hui, ni le président Nicolas Sarkozy, pour qui « la République est un projet toujours inachevé », ni aucun parti politique ne veut préserver le statu quo, tous consid […] Lire la suite

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Loyauté et distance »  : […] La meilleure manière de saisir les phénomènes de loyauté, c'est de les traiter comme des relations de dévouement et d'attachement entre des individus situés à la périphérie et des individus placés au centre , sous la condition de ne pas oublier les relations de ces deux catégories avec celles qui sont situées au sommet de l'organisation sociale. La distance entre ces personnes affecte évidemment […] Lire la suite

OUVRIER-PAYSAN

  • Écrit par 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 989 mots

L'irruption des manufactures, puis des usines, à partir de la seconde moitié du xviii e  siècle, mais surtout au xix e  siècle, rompit fondamentalement la symbiose millénaire entre la ville et la campagne. L'industrie tentaculaire, dévoreuse de main-d'œuvre, suscita de grosses concentrations ouvrières, captant un sous-prolétariat rural abondant et bon marché. Elle imposa de lourds horaires de trav […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrice MANN, Henri MENDRAS, « RURAUX SOCIOLOGIE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-des-ruraux/