PAUVRETÉ SOCIOLOGIE DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Genèse de la sociologie de la pauvreté

La pauvreté a sans doute constitué la condition de l'immense majorité de la population jusqu'à la révolution industrielle, la diffusion de biens et de soins de différentes sortes ayant occasionné également une révolution (permanente) des conditions matérielles de l'existence sociale. Cependant, la signification de la pauvreté reste, dans les pays occidentaux, profondément marquée par le christianisme. En effet, celui-ci repose sur une morale du retournement qui exalte la pauvreté comme une vertu. Le franciscanisme a symbolisé cet endossement de la pauvreté comme seule manière d'accéder au salut par la dépossession de ses biens. Plus profondément, la pauvreté, ainsi valorisée de manière très paradoxale, a été à l'origine d'un mode de gouvernement de la société, caractérisé à juste titre comme pastoral par Michel Foucault.

Les recherches historiques ont montré que, si la pauvreté volontaire pouvait être valorisée, les pauvres « réels » étaient quant à eux sujets à un traitement beaucoup plus ambivalent. Bronisław Geremek l’a montré, à partir de la manière dont les mendiants parisiens étaient traités dans une oscillation permanente et structurelle entre La Potence et la pitié (1987). Dans le monde de l'âge classique, la pauvreté reste sujette à une évaluation morale sinon positive, à tout le moins compassionnelle, mais à celle-ci s'adjoint un traitement plus punitif. La laïcisation des institutions sociales verra une réincorporation par le pouvoir politique des prérogatives religieuses : avec un fort mimétisme, la Révolution française fait de la lutte contre la mendicité un « devoir sacré » de la Nation et une recherche de mise au travail des pauvres « valides » dans le cadre du libéralisme économique. Le volet répressif l'emportera, notamment au Royaume-Uni [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences en sociologie au Centre de recherche sur les liens sociaux, université de Paris-V-René-Descartes-Sorbonne

Classification


Autres références

«  PAUVRETÉ SOCIOLOGIE DE LA  » est également traité dans :

CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 8 266 mots

Dans le chapitre « Politisation de la misère »  : […] Certes, ce n'est pas d'aujourd'hui que les hommes ont découvert qu'il y avait des riches et des pauvres. Ni que cette différence n'était pas sans effet sur la loi qui ordonne la communauté des hommes. Après tout, Aristote avait déjà souligné le rôle des riches dans l'établissement des pouvoirs oligarchiques et le rôle des pauvres dans celui des gouvernements démocratiques. De même, toute la philos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-la-theorie-de-la-lutte-de-classes/#i_56497

GHETTO

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 4 208 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Physionomie du ghetto : Rome et Prague au XVIIe siècle »  : […] Le voyageur français François Deseine décrit ainsi le ghetto de Rome : « On appelle il gheto le quartier des juifs, qui est entouré de murailles et fermé de portes, afin que la nuit cette perfide nation n'ait aucune communication avec les chrétiens ; et, comme ils ne peuvent habiter ailleurs ni étendre leur quartier, qui est bordé d'un côté par le Tibre et de l'autre côté pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ghetto/#i_56497

PARIAS URBAINS. GHETTO, BANLIEUES, ÉTAT (L. Wacquant)

  • Écrit par 
  • Stéphanie WOJCIK
  •  • 936 mots

Dans Parias urbains. Ghetto, banlieues, État (traduit de l'anglais par Sébastien Chauvin, La Découverte, 2006), Loïc Wacquant se propose d'expliciter les mécanismes génériques et les formes spécifiques de la marginalité urbaine à travers une comparaison du ghetto noir américain et des banlieues françaises. Structuré en trois parties et neuf chapitres, l'ouvrage a pour obj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parias-urbains-ghetto-banlieues-etat/#i_56497

PAUPÉRISATION

  • Écrit par 
  • Gérard DESTANNE DE BERNIS
  •  • 665 mots

Pour Marx, la paupérisation revêt deux formes différentes : la paupérisation relative et la paupérisation absolue. La première est le résultat de l'accroissement de productivité dans les industries produisant les biens de consommation ouvrière ( wage goods ) : la valeur de la force de travail s'en trouve diminuée et donc le taux de salaire (sans que la condition du salarié s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pauperisation/#i_56497

PAUVRES LOIS DES

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 830 mots

Le miséreux, dans l'Angleterre d'Élisabeth I re comme dans celle de Victoria trois siècles plus tard, n'est pas seulement une victime qui mérite la charité de cœurs chrétiens ; c'est aussi un marginal dangereux pour l'ordre social. Organiser par un code de lois une série de mesures protectrices de la société plus que de l'individu secouru est devenu une mission permanente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lois-des-pauvres/#i_56497

PAUVRETÉ ET REVENUS MINIMA

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 6 588 mots

La question de la pauvreté est une écharde dans la chair des sociétés riches. Comment tolérer que certains, faute de revenus suffisants, puissent manquer de l'essentiel – logement, nourriture ou vêtements – tandis que la société dans son ensemble regorge de tout ? Longtemps, on a cru que la croissance économique suffirait à régler le problème : produire davantage de richesses permettrait, pensait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pauvrete-et-revenus-minima/#i_56497

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas DUVOUX, « PAUVRETÉ SOCIOLOGIE DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-de-la-pauvrete/