SOCIOLOGIE CLINIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les enjeux

Les questions abordées par la sociologie clinique ne sont pas nouvelles. Depuis les fondations de la sociologie, les relations entre psychique et social, affectivité et socialité, individu et collectif, subjectivité et objectivité ont fait l'objet de nombreux débats. Pour autant, beaucoup de sociologues ne savent pas comment prendre en compte les dimensions psychiques, affectives, subjectives et émotionnelles des rapports sociaux, comme si les psychologues et les psychanalystes détenaient le monopole du traitement de ces registres, comme s'ils n'étaient pas pleinement des faits sociaux.

La célèbre règle de la méthode sociologique – « traiter les faits sociaux comme des choses » (Durkheim, 1895) – encourage les sociologues à produire une représentation « froide » de la société, sans âme, sans sentiment et sans passion. La dimension psychique est renvoyée à l'étude des comportements individuels, la quête « d'objectivité » du sociologue devant se traduire par la disparition de tout intérêt pour les émotions et les affects. Cependant, cette démarche, majoritaire en sociologie, a toujours été contestée par certains sociologues qui, bien que peu nombreux, ne sont pas les moins talentueux, à commencer par Durkheim lui-même. Cette situation est paradoxale dans la mesure où tous les sociologues ou presque se réclament du fondateur de la sociologie française pour justifier leur rejet de la dimension psychique, alors même que celui-ci écrivait « l’étude des phénomènes psychiques-sociologiques n’est pas une simple annexe de la sociologie : elle en est la substance même » (Durkheim, 1895).

Les faits sociaux sont aussi des faits psychiques. Durkheim le reconnaît explicitement dans Les Règles de la méthode sociologique (1895) : « Il est incontestable que les faits sociaux sont produits par une élaboration sui generis de faits psychiques […] une culture psychologique plus encore qu’une culture biologique, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du Laboratoire de changement social, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  SOCIOLOGIE CLINIQUE  » est également traité dans :

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 716 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sociologies cliniques »  : […] Sous cette appellation un peu obscure, se cache une branche récente et en construction de la sociologie. Elle vise à « réintégrer le vécu dans la sociologie », à relier les processus sociaux aux expériences existentielles, à étudier les articulations entre les déterminations sociologiques et les mécanismes psychiques, à utiliser conjointement les ressources de l'explication sociologique et de la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Vincent DE GAULEJAC, « SOCIOLOGIE CLINIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-clinique/