SOCIO-HISTOIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Socio-histoire et échelle d'analyse

L'échelle d'observation privilégiée par la socio-histoire est partagée par d'autres courants (comme la micro-histoire ou la sociologie des interactions) : elle consiste à saisir les pratiques des individus par un travail empirique sur des documents de première main. Fidèle aux enseignements des fondateurs de la sociologie (Émile Durkheim et Max Weber), la démarche socio-historienne consiste à interpréter les pratiques individuelles en les rapportant à leurs conditions sociales et historiques de possibilité et de déroulement. Elle considère les mondes sociaux comme des mondes de relations entre individus et surtout entre groupes. Une telle démarche ne cherche pas à saisir l'essence ou la nature des groupes sociaux, mais plutôt à préciser les contours de la configuration qui, pour un temps, établit les frontières entre ceux-ci. Ainsi, pour Noiriel, les Français ne sont pas tant un groupe fondé sur un sentiment d'appartenance, un engagement intime envers une identité, que des individus réunis par des modalités complexes d'identification à distance, essentiellement à travers l'octroi de papiers séparant les ayants-droit aux prestations garanties par l'État (les « nationaux ») de ceux qui en sont privés (les étrangers).

La socio-histoire ne se demande pas (ou pas seulement) « ce qui se joue » dans nos sociétés, mais veut plutôt comprendre « comment les choses marchent » et, revendiquant en cela l'objectivisme de ses analyses, comment elles se cristallisent et s'incorporent dans des manières de penser, des dispositifs matériels ou des rôles sociaux. Historiciser signifie dès lors contextualiser, non pas en invoquant le « contexte » comme facteur explicatif prêt à l'emploi, mais en procédant à l'opération qui consiste à relier un fait ou un comportement aux domaines du pensable et du possible de son moment historique.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : chargé de recherche au CNRS, Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie
  • : chargé de recherche au CNRS, Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie

Classification


Autres références

«  SOCIO-HISTOIRE  » est également traité dans :

ÉLECTIONS - Sociologie électorale

  • Écrit par 
  • Patrick LEHINGUE
  •  • 5 417 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La socio-histoire comme détour de production »  : […] Dans le concert international des études sur le vote, un pays comme la France se singularise moins par ce brillant prophète sans grand successeur qu'a été Siegfried que par l'inventivité et les apports des recherches socio-génétiques. À partir de « l'invention » et plus encore des « appropriations pratiques » des instruments du cérémonial électoral (l'urne, l'isoloir, le décompte des bulletins), c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elections-sociologie-electorale/#i_57388

SOCIOLOGIE HISTORIQUE

  • Écrit par 
  • Laurent WILLEMEZ
  •  • 3 042 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'autonomisation d'un sous-champ disciplinaire »  : […] Alors que le retour sur ces quelques grands noms de la sociologie a permis de souligner la pluralité des méthodes et des rapports à l'histoire de la sociologie historique, il faut maintenant en montrer l'actualité dans les sciences sociales d'aujourd'hui. Les sociologues et les politistes qui font de l'analyse des phénomènes historiques le centre de leurs recherches peuvent être distingués selon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-historique/#i_57388

Pour citer l’article

Nicolas MARIOT, François BUTON, « SOCIO-HISTOIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/socio-histoire/