SOCIÉTÉ DE MASSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractéristiques de la société de masse

Déclin des groupes primaires

La societé de masse se révèle tout d'abord par la disparition des groupes primaires, ou, tout du moins, par le fait que ceux-ci perdent leur pouvoir d'autorégulation. Dans Social Organization, Charles Horton Cooley, le premier, a défini ce concept de groupe primaire à l'aide des rapports « intimes » et « face à face » qui se réalisent en ce type de groupe. Pour Cooley, seuls ces liens profonds déterminent une socialisation véritable qui donne à chaque membre un « je » autonome grâce aux échanges constants avec les autres membres du groupe. Citant la famille, le groupe de voisinage ou le groupe de jeux, Cooley était conscient de leur fragilité dans les sociétés industrielles modernes : il craignait que leur disparition ne conduise précisément à une sorte de société de masse atomisée. La famille, par exemple, perd à notre époque une partie de ses fonctions de socialisation et se trouve menacée par la dispersion ; selon un processus identique, les traditionnelles relations de voisinage des communautés rurales font de plus en plus place aux relations souvent impersonnelles des grands ensembles.

Désintégration des communautés

À un niveau plus élevé, la société de masse s'exprime par une continuelle désintégration des communautés locales. Celles-ci abandonnent aujourd'hui une grande part de leur autonomie, alors que, pour Tocqueville, elles représentaient l'instrument d'autorégulation par excellence. L'école de Chicago, et notamment Robert Park (The City), a étudié les conséquences de l'industrialisation et de l'urbanisation à leur égard : elle a montré comment le sentiment d'intégration, comme l'idée d'appartenance ou d'identification, perdait toute réalité. Robert Nisbet (Quest for Community) met en évidence l'aspect pathologique des communautés d'aujourd'hui, en soulignant l'isolement dans lequel leur disparition laisse l'individu face à l'État. On a remarqué de même que ce tout organique que représente la cité s'érode d'autant plus que celle-ci participe au processus d'échange à l'échelon national. De même, les banlieues renforcent l'aspect impersonnel des relations sociales et empêchent la création d'une vie collective. Enfin, les organisations religieuses ou culturelles locales qui liaient entre eux les individus connaissent elles aussi un fort déclin : la solidarité ne s'exprime donc plus au niveau local, mais à celui, plus abstrait, de la société tout entière. On peut comprendre que, dans des sociétés où les communautés locales et leurs supports culturels se voient brusquement détruits par une industrialisation et une urbanisation rapides, les individus soient aisément mobilisables par des mouvements totalitaires. Seule la naissance de groupes intermédiaires (les syndicats par exemple) pourra freiner une telle tendance provoquée tant par l'atomisation que par l'anomie qui en résulte.

Bureaucratisation croissante

La destruction des groupes primaires, des communautés locales ou des groupes intermédiaires laisse l'individu isolé face à un État qui bénéficie de techniques modernes pour accroître sans cesse son pouvoir. Max Weber, après Tocqueville, a décrit la bureaucratisation de l'État, qui se développe grâce à une rationalisation impersonnelle et crée un sentiment de désenchantement chez les individus. Que ce soit au niveau de l'État ou à celui d'une organisation particulière, on assiste ainsi à la mise en place d'un fonctionnement rationnel qui tient peu compte des relations humaines. Dans ces structures bureaucratiques, comme l'a montré Robert Merton, les individus se sentent atteints jusque dans leur personnalité : cette forme d'aliénation paraît d'autant plus profonde qu'elle se trouve encore renforcée par d'autres aspects négatifs propres à la société de masse.

Égalisation et insécurité

L'égalisation relative des conditions sociales mène à une certaine unification des comportements économiques qui empêche souvent l'individu d'exprimer sa propre personnalité. Les communications de masse renforcent de plus l'unification culturelle. De tels processus rendent difficile toute différenciation personnelle et s'opposent au développement normal du « je » et du « moi » : comme l'ont remarqué Erich Fromm, Karen Horney ou David Riesman, l'i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SOCIÉTÉ DE MASSE  » est également traité dans :

ACTION COLLECTIVE

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 471 mots

Dans le chapitre « Penser les conditions de l'action collective »  : […] L'inspiration psychosociologique qui souffle sur l'ensemble de ces développements théoriques a également animé les recherches sur les conditions structurelles préalables à la formation de l'action collective. En rupture avec les schémas évolutionnistes opposant communauté et société, et avec la thèse de l'avènement d'une société de masse selon laquelle la mobilisation se réduirait à la propagande […] Lire la suite

COMMUNICATION - Communication de masse

  • Écrit par 
  • Olivier BURGELIN
  •  • 5 285 mots
  •  • 1 média

Par communication de masse, on entend l'ensemble des techniques contemporaines qui permettent à un acteur social de s'adresser à un public extrêmement nombreux. Les principaux moyens de communication de masse ou mass media sont la presse, l'affiche, le cinéma, la radiodiffusion et la télévision. Sous leur forme actuelle en tout cas, il s'agit de techniques caractéristiques du xx e  siècle et nées […] Lire la suite

CONSOMMATION - Critiques de la consommation

  • Écrit par 
  • Louis PINTO
  •  • 2 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La critique morale : pathologie du consommateur »  : […] Parmi les critiques de la consommation, on peut distinguer celles qui portent sur ce qui perturbe ou dénature les pratiques de consommation et celles qui concernent l'identité de ce personnage social qu'est le consommateur. Ces dernières critiques sont formulées plutôt par des individus qui, comme moralistes, essayistes, et parfois sociologues, adoptent une posture théorique sur un thème plus gén […] Lire la suite

CULTURE - Culture de masse

  • Écrit par 
  • Edgar MORIN
  •  • 7 499 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Culture et masse »  : […] Il importe tout d'abord de bien situer l'expression « culture de masse », constituée par le rapprochement de deux notions extrêmement équivoques : culture et masse. Le mot culture a ici un inévitable double sens : il renvoie d'une part à la notion de culture des ethnologues et sociologues, d'autre part à la notion de culture hiérarchique et normative qui définit l'élite ou l'intelligentsia (goût e […] Lire la suite

CULTURE - Le choc des cultures

  • Écrit par 
  • Jean-François MATTÉI
  •  • 6 367 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La fin de la culture »  : […] Avec la création de ce nouveau ministère, nommé successivement ministère de la Culture et de l'Environnement, de la Culture et de la Communication, de la Culture, des Grands Travaux et du Bicentenaire, de l'Éducation nationale et de la Culture, de la Culture et de la Francophonie, et finalement ministère de la Culture tout court, la voie était ouverte à l'apparition des maisons de la culture. Doré […] Lire la suite

LES DEUX RÉVOLUTIONS INDUSTRIELLES DU XXe SIÈCLE (F. Caron)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUGENOT
  •  • 1 074 mots

Au seuil de cet ouvrage (Albin Michel, Paris, 1997), qui nous mène de la machine à vapeur à l'âge du vidéodisque numérique enregistrable (DVD), François Caron commence par dégager les concepts qui doivent rester présents à l'esprit durant tout ce parcours, tels que la cohérence et l'instabilité permanente des systèmes techniques, sans parler évidemment de la notion de révolution industrielle. Cha […] Lire la suite

ÉDUCATION - Sociologie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François DUBET
  •  • 4 093 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les épreuves de l'école de masse »  : […] Aujourd'hui, l'école républicaine est devenue une école démocratique de masse. Presque 100 p. 100 des membres d'une classe d'âge se retrouvent au collège, un peu plus de 70 p. 100 d'une classe d'âge obtiennent un baccalauréat, contre 10 p. 100 à la fin des années 1950, et le nombre d'étudiants a été multiplié par cinq depuis 1968. Cette explosion de la démographie scolaire a bouleversé l'école, […] Lire la suite

LANGAGES DE MASSE

  • Écrit par 
  • Jean BAUDRILLARD
  •  • 3 001 mots
  •  • 2 médias

Les langages de la propagande et de la publicité sont des langages de masse, ils constituent le médium d'une socialisation massive des messages qui naît dans l'avènement simultané, au tournant du xix e siècle, d'une pratique politique de masse (sous le signe de la Révolution française et du suffrage universel) et d'une production massive (sous le signe de la révolution industrielle). Pourtant, l' […] Lire la suite

MÉDIAS - Sociologie des médias

  • Écrit par 
  • Jacques GERSTLÉ
  •  • 7 324 mots

En première approximation, les médias concernent à la fois un aspect technique (la presse, les ondes hertziennes, etc.) et un aspect institutionnel (T.F. 1, L'Express , Nice-Matin , etc.). Selon le Petit Larousse, ils englobent « tout support de diffusion de l'information (radio, télévision, presse imprimée, livre, ordinateur, vidéogramme, satellite de communication, etc.) constituant à la fois u […] Lire la suite

PENSER LA COMMUNICATION, Dominique Wolton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 185 mots

Dans le chapitre « Démocratie et communication : l'avènement de la société individualiste de masse »  : […] Penser la communication s'organise en six grandes parties : la première est consacrée à l'exposé du cadre général et des options théoriques retenues par l'auteur ; les cinq autres, à leur mise en application sur différents objets, la télévision, la politique, le journalisme, les nouvelles technologies et l'Europe. Dans la première partie, l'auteur s'attache à montrer que la structure anthropologi […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-31 décembre 2019 Algérie. Élection d'Abdelmadjid Tebboune à la présidence.

Le 28, Abdelmadjid Tebboune nomme Premier ministre l’universitaire Abdelaziz Djerad, qui appelle au « recouvrement de la confiance en notre société ». Celui-ci n’a pas de lien direct avec le clan de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika. Le 31, Issad Rebrab, dirigeant du premier groupe privé du pays, Cevital, qui avait été arrêté en avril, est condamné à dix-huit mois de prison, dont six mois ferme, peine assortie d’une amende de près de 1,4 milliard de dinars – environ 10 millions d’euros – pour des malversations financières. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BIRNBAUM, « SOCIÉTÉ DE MASSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/societe-de-masse/