SKIDMORE, OWINGS & MERRILL (S.O.M.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

S.O.M. à l'ère du postmodernisme

La contestation de l'architecture moderniste à partir de la fin des années 1970 et le retour en grâce de certaines formes d'historicisme contemporain ont provoqué une crise dans une agence qui avait incarné au plus haut point l'idéal, le savoir-faire et l'universalité de l'architecture de la modernité technologique. Avec l'ère postmoderne, S.O.M. s'est trouvée en décalage par rapport à la commande. Les années 1980 témoignent de difficiles adaptations aux nouvelles demandes des maîtres d'ouvrages plus soucieux qu'auparavant d'identité architecturale et de monumentalité plus ou moins historiciste. Cette perplexité s'est traduite dans les années 1980 par l'absence d'originalité de nombreux projets qui relèvent de ce que l'on a appelé le style moderne tardif et qui sacrifient à la mode des serres, c'est-à-dire qu'ils incluent de vastes espaces publics enveloppés de verre qui précèdent ou annoncent les espaces de bureaux proprement dits (par exemple, l'immeuble 33 West Monroe à Chicago en 1980).

Cependant, bon an mal an, S.O.M. s'est adaptée à la demande d'édifices qui ne soient plus l'image parfaite de l'optimisme et de la rigueur technologiques, mais qui sachent aussi faire leur place à des allusions historicistes plus ou moins subtiles. L'immeuble néo-Art déco de la tour NBC à Chicago (1989) est un exemple parmi d'autres de ces concessions stylistiques opérées par l'agence. On peut aussi constater cet historicisme de bon aloi dans le parti « néo-Beaux-Arts » du plan masse de Canary Wharf au cœur du projet des Docklands à l'est de Londres et dans les édifices construits par S.O.M. autour de Westferry Circus dans les années 1990.

Malgré les mutations qu'a connues l'architecture américaine depuis les années 1970, S.O.M. a su maintenir ses activités à l'étranger comme sur le territoire américain. Mais on peut remarquer qu'elle n'est plus aussi inventive qu'auparavant. L'apogée de l'agence a correspondu à la période dite des Trente Glorieuses ; grâce à ses compétences, à son pragmatisme et à sa fo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, directeur de l'École doctorale d'histoire de l'art

Classification


Autres références

«  SKIDMORE, OWINGS & MERRILL (S.O.M.)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 640 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le néo-productivisme »  : […] Le néo-productivisme, qu'il ne faut confondre ni avec le fonctionnalisme « blanc » du style international, ni avec le productivisme du mouvement constructiviste russe, est né, après la Seconde Guerre mondiale, essentiellement de l'œuvre de trois hommes : Ludwig Mies van der Rohe avec son culte ascétique du beinahe nichts , c'est-à-dire du « presque rien », R. Buckminster Ful […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-une-architecture-plurielle/#i_99763

BUNSHAFT GORDON (1909-1990)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 367 mots

Architecte américain, né le 9 mai 1909 à Buffalo, dans l'État de New York, mort le 6 août 1990 à New York. Après avoir étudié à l'Institut de technologie du Massachusetts, Gordon Bunshaft voyage et poursuit sa formation en Europe et en Afrique du Nord grâce à une bourse. En 1937, il commence à travailler à l'agence qui prendra le nom de Skidmore, Owings & Merrill (S.O.M.) en 1939 et y restera qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gordon-bunshaft/#i_99763

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 008 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Variations sur le style international »  : […] Nombreux ont été les épigones de Mies van der Rohe. Parmi les grandes agences inspirées peu ou prou par son exemple, en particulier par l'importance accordée aux structures, il faut citer l'agence Skidmore, Owings & Merrill (S.O.M.), véritable General Motors de l'architecture. Le Lever House à New York (1952) dû à Gordon Bunshaft de l'agence S.O.M. a fait figure, comme le Seagram Building, de mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-l-architecture/#i_99763

GRAHAM BRUCE JOHN (1925-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 455 mots

L' architecte américain, Bruce John Graham conçut certains des gratte-ciel les plus hauts et les plus emblématiques au monde. S'inspirant du style de Mies van der Rohe, il opta pour des constructions modernistes aux lignes pures, sans ornement, et utilisa des contreventements qu'il exhiba en façade afin de renforcer la solidité de ses bâtiments et d'agrandir l'espace intérieur consacré aux bureau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bruce-john-graham/#i_99763

KHAN FAZLUR (1929-1982)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 347 mots

Ingénieur américain d'origine indienne, né le 3 avril 1929 à Dacca, au Bengale oriental (Pakistan oriental en 1947 auj. Dhaka, Bangladesh), mort le 27 mars 1982 à Djeddah, en Arabie Saoudite. Après avoir obtenu son diplôme d'ingénieur à l'université de Dacca en 1950, Fazlur Rahman Khan entre aux ponts et chaussées indiens comme second de l'ingénieur en chef et enseigne à l'université. En 1952, gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fazlur-khan/#i_99763

Pour citer l’article

Claude MASSU, « SKIDMORE, OWINGS & MERRILL (S.O.M.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/skidmore-owings-et-merrill/