STERKFONTEIN SITE PRÉHISTORIQUE DE, Afrique du Sud

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les paléoenvironnements

Des données paléobotaniques des années 2000 nous révèlent que le système des grottes de Sterkfontein se trouvait, il y a environ 2,7 à 2,5 millions d'années, à proximité d'une forêt tropicale humide, le paysage actuel étant celui d'une savane clairsemée. Des morceaux fossilisés de lianes ont en effet été analysés en microscopie et attribués à deux espèces observées aujourd'hui en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale, c'est-à-dire uniquement en forêt tropicale humide. La faune de cette période est représentée également par des espèces aujourd'hui disparues, dépendantes de milieux forestiers, telles que des singes mangeurs de feuilles (colobes), par exemple. La présence d'autres espèces – antilopes, cochons, petits rongeurs – permet de penser que des milieux plus ouverts de prairies se trouvaient également à proximité. Dans l'ensemble, la faune et la flore des niveaux les plus anciens (2 à 4) indiquent que, pour une période comprise entre 3,5 et 2,5 millions d'années, la vallée de Sterkfontein était une forêt tropicale humide bordée de prairies. Les études paléoenvironnementales réalisées en Afrique orientale reconstituent des paysages très proches de celui-ci, pour la même période. L'apparition de Paranthropus robustus et d'Homo habilis dans le niveau 5, semble coïncider avec un changement climatique majeur, perceptible sur l'ensemble de la surface du globe et visible, à Sterkfontein, par des modifications importantes de la faune. Un milieu plus ouvert, plus aride, semble alors se mettre en place.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur ès sciences, maître de conférences à l'université de Bordeaux-I

Classification

Autres références

«  STERKFONTEIN SITE PRÉHISTORIQUE DE, Afrique du Sud  » est également traité dans :

HOMINIDÉS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 9 529 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « « Australopithecus afarensis » »  : […] L' Australopithecus afarensis , connu aujourd'hui (entre 4,4 et 2,6 Ma) en Éthiopie, en Tanzanie et peut-être au Kenya, est probablement l'espèce d'Australopithèque la plus célèbre depuis la découverte, en 1974, sur le site de Hadar, en Éthiopie, d'un squelette complet à 40 p. 100, baptisé Lucy . Ce dernier, mis au jour par une équipe franco-américaine co-dirigée par Yves Coppens, Donald Johanso […] Lire la suite

PALÉOLITHIQUE

  • Écrit par 
  • Denise de SONNEVILLE-BORDES
  •  • 10 674 mots

Dans le chapitre « Culture des galets taillés : rôle de l'Afrique »  : […] Le passage à l'humanité, le point de non-retour de l' hominisation ne se définit plus exclusivement par des critères anatomiques (station debout, capacité cérébrale), mais par un critère de comportement : la capacité à fabriquer un outil. L'utilisation de galets bruts ou naturellement brisés a sans doute précédé l'aménagement volontaire du galet, mais il n'en subsiste aucun témoignage, puisque ri […] Lire la suite

TOBIAS PHILLIP VALENTINE (1925-2012)

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 1 132 mots
  •  • 1 média

Paléontologue sud-africain reconnu pour ses travaux concernant les origines et l'évolution de l'homme. Phillip Valentine Tobias est né à Durban, dans la province du Natal de la République d'Afrique du Sud, le 14 octobre 1925, l'année de la publication de la description du premier australopithèque ( Australopithecus africanus ) par Raymond Dart. Il fait dans cette ville ses études primaires et sec […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

José BRAGA, « STERKFONTEIN SITE PRÉHISTORIQUE DE, Afrique du Sud », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/site-prehistorique-de-sterkfontein-afrique-du-sud/