STERKFONTEIN SITE PRÉHISTORIQUE DE, Afrique du Sud

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les dépôts sédimentaires et leur âge

Les différents niveaux sédimentaires des sites paléoanthropologiques d'Afrique australe sont datés à partir de l'analyse des très nombreuses espèces animales qu'ils livrent, de leur apparition à leur extinction. En effet, certaines espèces présentent des modifications anatomiques évoluant régulièrement et rapidement. Ces espèces sont comparées à celles qui ont été découvertes dans les sites d'Afrique orientale et pour lesquelles nous disposons de datations absolues obtenues grâce à des méthodes physico-chimiques se fondant, le plus souvent sur la désintégration radioactive d'éléments conservés dans des niveaux volcaniques. Ces niveaux sont absents dans les sites d'Afrique australe pour lesquels nous ne disposons donc que d'âges relatifs, ou estimés, par corrélation avec les faunes fossiles d'Afrique orientale.

À Sterkfontein, six niveaux sédimentaires, numérotés de 1 à 6, en partant du bas, sont identifiés. La profondeur totale des dépôts fossilifères oscille entre 30 et 42 mètres. Ne font l'objet de recherches systématiques que les 12 premiers mètres de ce remplissage, correspondant aux niveaux 6 à 3, et, depuis 1995, ceux du niveau 2.

Le niveau 4 est celui qui a livré, pour l'ensemble de l'Afrique, la quasi-totalité des fossiles aujourd'hui attribués à l'espèce Australopithecus africanus (dont de nombreux crânes complets ou partiels, des centaines de dents isolées ou d'éléments du reste du squelette), mais aussi de très nombreux restes d'animaux et de végétaux. Ce niveau, daté entre 2,7 et 2,5 millions d'années, se trouve dans la grotte supérieure dont la voûte a été érodée. Situé ainsi en plein air, le niveau 4 correspond à la plus grande aire fouillée aujourd'hui à Sterkfontein. Sa longueur maximale est de 70 mètres, sa largeur de 26 mètres. Dans une grotte inférieure nommée Jacovec, fut découvert, en 1995, un crâne partiel d'Australopithecus associé aux restes d'espèces éteintes de singes et d'hyènes. Ces fossiles et l'absence d'outils en p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : docteur ès sciences, maître de conférences à l'université de Bordeaux-I

Classification


Autres références

«  STERKFONTEIN SITE PRÉHISTORIQUE DE, Afrique du Sud  » est également traité dans :

HOMINIDÉS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 9 525 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « « Australopithecus afarensis » »  : […] L' Australopithecus afarensis , connu aujourd'hui (entre 4,4 et 2,6 Ma) en Éthiopie, en Tanzanie et peut-être au Kenya, est probablement l'espèce d'Australopithèque la plus célèbre depuis la découverte, en 1974, sur le site de Hadar, en Éthiopie, d'un squelette complet à 40 p. 100, baptisé Lucy . Ce dernier, mis au jour par une équipe franco-américaine co-dirigée par Yves Coppens, Donald Johanso […] Lire la suite

PALÉOLITHIQUE

  • Écrit par 
  • Denise de SONNEVILLE-BORDES
  •  • 10 674 mots

Dans le chapitre « Culture des galets taillés : rôle de l'Afrique »  : […] Le passage à l'humanité, le point de non-retour de l' hominisation ne se définit plus exclusivement par des critères anatomiques (station debout, capacité cérébrale), mais par un critère de comportement : la capacité à fabriquer un outil. L'utilisation de galets bruts ou naturellement brisés a sans doute précédé l'aménagement volontaire du galet, mais il n'en subsiste aucun témoignage, puisque ri […] Lire la suite

TOBIAS PHILLIP VALENTINE (1925-2012)

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 1 131 mots
  •  • 1 média

Paléontologue sud-africain reconnu pour ses travaux concernant les origines et l'évolution de l'homme. Phillip Valentine Tobias est né à Durban, dans la province du Natal de la République d'Afrique du Sud, le 14 octobre 1925, l'année de la publication de la description du premier australopithèque ( Australopithecus africanus ) par Raymond Dart. Il fait dans cette ville ses études primaires et sec […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

José BRAGA, « STERKFONTEIN SITE PRÉHISTORIQUE DE, Afrique du Sud », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/site-prehistorique-de-sterkfontein-afrique-du-sud/