SIPHONOPHORES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification

La division des Siphonophores en trois ordres repose sur la nature de l'appareil de flottaison de la colonie (flotteur et/ou cloches natatoires).

Les Cystonectes sont considérés comme les plus primitifs. Ils possèdent un énorme flotteur qui ne serait autre qu'un polype modifié auquel sont appendues des cormidies de structure assez simple. Les cloches natatoires manquent. La Physalie (cf. photo), ou galère portugaise, hante presque toutes les mers ; ses tentacules démesurés renferment un venin très toxique dont l'étude a permis de découvrir le phénomène d'anaphylaxie (Richet et Portier, 1902).

Charles Richet

Photographie : Charles Richet

Photographie

Le physiologiste français Charles Richet (1850-1935) découvre, avec Paul Portier (1866-1962), l'anaphylaxie, découverte qui lui vaut le prix Nobel de médecine en 1913. 

Crédits : US National Library of Medicine

Afficher

Les Physonectes ont un petit flotteur et des cloches natatoires. Suivant les genres, le stolon est plus ou moins développé et l'allure de la colonie varie beaucoup : Stephalia ressemble à une Physalie pourvue de cloches natatoires ; chez Nectalia, le stolon est court et les cormidies regroupées à son extrémité dilatée ; chez de nombreux genres, au contraire, les cormidies s'égrènent le long d'un stolon de taille parfois considérable (g. Stephanomia).

Les Calycophores sont dépourvus de flotteur. Les cloches natatoires, généralement renouvelables, sont de grande taille ; leur paroi évidée abrite la base du stolon et les premières cormidies. Lorsque les produits génitaux sont mûrs, les cormidies se détachent et mènent temporairement une vie pélagique autonome.

Considérés comme les plus évolués, les Calycophores ont atteint un degré exceptionnel de « condensation » de la colonie qui se comporte comme un superorganisme. Ils ne sont pas rares dans le plancton méditerranéen (g. Muggiaea, Diphyes, Abylopsis, etc.).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Larve

Larve
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Colonie

Colonie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Charles Richet

Charles Richet
Crédits : US National Library of Medicine

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de biologie marine à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  SIPHONOPHORES  » est également traité dans :

HYDROZOAIRES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER, 
  • Odette TUZET
  •  • 2 245 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Classe des Siphonophores »  : […] Les Siphonophores se séparent nettement des deux classes précédentes, c'est pourquoi ils sont traités dans un article séparé. […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 198 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Composition »  : […] Le plancton végétal, ou phytoplancton, est exclusivement constitué d'organismes unicellulaires. Les deux groupes les plus importants, tant par le nombre des espèces que par l'abondance des populations, sont les diatomées, dont les cellules sont protégées par une enveloppe siliceuse, et les dinoflagellés à enveloppe chitinoïde, enveloppe souvent pourvue de prolongements ou d'épines (cf.  dinophycée […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves TURQUIER, « SIPHONOPHORES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/siphonophores/