SIPHONAPTÈRES ou APHANIPTÈRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Ctenocephalides

Ctenocephalides
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pulex

Pulex
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Aphaniptères : pièces buccales

Aphaniptères : pièces buccales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ceratophyllus

Ceratophyllus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Les Siphonaptères vecteurs de maladies

Outre le désagrément et la gêne que les puces causent à l'homme et aux animaux par leurs piqûres, elles peuvent transmettre plusieurs maladies microbiennes (parmi lesquelles la peste bubonique est la plus redoutable) et servent d'hôte intermédiaire à plusieurs vers parasites.

La peste bubonique causée par le bacille de Yersin (Yersinia pestis) est connue depuis la plus haute antiquité. Elle a provoqué la mort d'un nombre considérable d'individus au cours des grandes épidémies. Malgré l'importance qu'elle présente, ce n'est qu'une maladie accidentelle de l'homme : c'est en réalité une maladie des rongeurs (rats, spermophiles, marmottes) qui représentent le réservoir de germes pesteux.

Le médecin français P.-L. Simond (1898) a découvert le rôle des puces dans la transmission de la maladie : pris sur un rat mort de peste, ces insectes pouvaient contaminer des animaux sains. Il a montré de plus que les bacilles pesteux se multipliaient dans le tube digestif de l'insecte. En effet, si toutes les puces sont susceptibles de rejeter des bacilles dans leurs déjections et de contaminer l'homme à l'occasion des lésions de grattage, ce qui est exceptionnel, un petit nombre d'insectes seulement transmet la maladie par piqûre, ce qui est le mécanisme habituel de transmission. Chez certaines puces, en effet, le bacille prolifère tellement que la culture bactérienne oblitère le proventricule de l'insecte qui ne peut plus s'alimenter, car le sang aspiré est arrêté à ce niveau (fig. 7). Ce sang se souille de bacilles et est régurgité dans la plaie avec les germes virulents. Le principal vecteur de la peste est Xenopsylla cheopis, espèce cosmopolite vivant aux dépens de plusieurs rongeurs et insectivores, le plus souvent le rat noir (Rattus rattus). Les autres espèces de puces n'ont qu'un rôle secondaire dans la dissémination de la maladie.

Transmission de la peste

Transmission de la peste

Dessin

Mécanisme de transmission de la peste par les puces 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les puces peuvent également transmettre d'autre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GAUMONT, « SIPHONAPTÈRES ou APHANIPTÈRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/siphonapteres-aphanipteres/