SIMULACRE

ÉPICURE (341-270 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Graziano ARRIGHETTI
  •  • 6 205 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théorie de la connaissance : fidélité aux sensations »  : […] Si le bonheur doit être un état de sécurité sereine, cette sécurité s'obtiendra d'abord par la connaissance, qui est le préalable et le fondement de toutes les autres activités humaines en ce qu'elle rétablit un contact confiant avec la réalité dont tout un courant de la pensée grecque semblait avoir compromis pour toujours la possibilité. Le premier intermédiaire de ce contact est la sensation, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epicure/#i_84477

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une pratique mal comprise et discréditée »  : […] Malgré cette expérience quotidienne de la parodie au sens précis du terme, l'usage courant continue à donner au mot « parodie » la signification péjorative de simulacre ou de mauvaise imitation : on parle ainsi de « parodie de justice » ou, en politique, de « parodie de programme ». Souvent, on assimile la parodie à des pratiques qui reposent sur la tromperie, telles que le plagiat (qui est l'app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-litterature/#i_84477

PHALLUS

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Maurice OLENDER, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 5 741 mots

Dans le chapitre « Objets magiques et simulacres »  : […] Si l'Aphrodite de la Théogonie d'Hésiode, issue de la blanche écume divine, est née du membre sectionné d'Ouranos, les représentations du phallus, détaché du corps viril, se multiplient bien au-delà des frontières vénérables des mythes et des rituels antiques. Ainsi, dans les pratiques quotidiennes, le phallus est réputé efficace pour éloigner le mauvais œil, pour protéger l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phallus/#i_84477

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 741 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'être et le non-être »  : […] Il lui faut donc penser différemment la différence, ce que va faire Le Sophiste en posant la question de l'être et du non-être. Parménide a rompu avec les anciennes cosmogonies qui prétendaient engendrer tout ce qui est à partir de principes comme l'eau, l'air ou le feu. Il n'a pu le faire qu'en appliquant un principe de non-contradiction fort : l'être, nécessairement, est  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_84477