SIMA QIAN [SSEU-MA TS'IEN] (env. 145-env. 87 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour l'honneur d'écrire

Sima Qian est né dans un village du Shǎnxi, d'une famille qui se flattait d'avoir détenu depuis une époque reculée la fonction héréditaire de grand astrologue de la cour. Cette tradition, interrompue pendant plusieurs générations, fut restaurée au profit de Sima Tan, le père de Qian, par la grâce de l'empereur Wudi. La charge de grand astrologue (englobant à la fois l'astronomie, le calendrier, la divination, les sacrifices, mais aussi la garde des archives et la chronique des événements de la cour), à l'époque où le pouvoir revêtait un caractère religieux et magique, avait présenté une importance considérable ; mais, dans l'Empire bureaucratique des Han, cette fonction avait beaucoup perdu de son ancien prestige. Sima Tan se trouvait en fait traité sur le même pied que les devins, acteurs et chanteuses qu'entretenait la cour. Pour inférieure que fût sa position, elle lui donnait toutefois un accès privilégié aux archives de l'Empire, et cela amena Sima Tan à concevoir le projet grandiose d'une synthèse historique universelle qui, jugeant impartialement les âges et les hommes, viendrait en quelque sorte remettre ordre dans l'univers et prendrait ainsi le relais de la mission philosophique, morale et politique des saints de l'Antiquité.

Quand Sima Tan mourut (110 av. J.-C.), Sima Qian lui succéda dans ses fonctions officielles à la cour et, surtout, reprit à son compte l'exécution du grand dessein dont son père lui avait laissé l'ébauche. Il était admirablement équipé pour cette tâche, et par la préparation que lui avait donnée son père, et par les lectures et voyages extensifs qu'il avait effectués dans sa jeunesse (Sima Qian fut l'un des grands voyageurs de l'époque). Mais, en 98, un événement aux conséquences dramatiques l'arracha brusquement à ses travaux : ayant eu l'audace de plaider devant l'empereur (et contre le sentiment de celui-ci) en faveur de Li Ling, un général qui à l'issue d'une campagne malheureuse s'était rendu aux [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification


Autres références

«  SIMA QIAN [ SSEU-MA TS'IEN ] (env. 145-env. 87 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'art noble du forgeron »  : […] Une tradition remarquable, citée par Granet, illustre le double pouvoir du forgeron qui est capable ou bien d'armer le seigneur ou bien de le désarmer soudain. Voulant donner une puissance invincible aux deux sabres du défenseur du domaine, un forgeron les baptisa du sang de ses propres fils. Désormais, le seigneur triomphait dans tous les combats, mais quand le forgeron proférait le nom ( ming ) […] Lire la suite

BAN GU [PAN KOU] (32-92)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 303 mots

Des trois enfants du lettré Ban Biao, l'un, Ban Chao, fut un valeureux capitaine, les deux autres, Ban Gu et leur sœur Ban Zhao, de grands historiens. Pour réaliser le projet de son père, Ban Gu entreprit de donner une suite aux Mémoires historiques ( Shiji ) de Sima Qian. D'abord mis en prison pour avoir pris l'initiative d'écrire l'histoire de l'État, il reçut finalement l'ordre de poursuivre s […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'histoire »  : […] Les Mémoires historiques ( Shi ji ) de Sima Qian (env. 145-87 av. J.-C.) sont une histoire générale de la Chine depuis les origines jusque vers l'an 90 avant J.-C. Cet ouvrage a servi de modèle, ou tout au moins de prototype, à toutes les histoires dynastiques ultérieures, dont la première, intitulée Livre des Han ( Han shu ), retrace l'histoire de la première partie de la dynastie des Han, dite […] Lire la suite

QU YUAN [K'IU YUAN] (IVe-IIIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • David HAWKES
  •  • 1 124 mots

Dans le chapitre « Aussi mythique qu'Homère »  : […] Une biographie de Qu Yuan dans les Mémoires historiques de Sima Qian, écrites au début du i er  siècle avant J.-C., constate qu'il était noble du royaume de Chu, grand pays partiellement sinisé de l'époque des « Royaumes Combattants » dont la capitale était située dans la vallée centrale du fleuve Bleu, et qu'il servait à la cour du roi Huai de Chu (328-299 av. J.-C.). Selon la relation de Sima Qu […] Lire la suite

SHAANXI FOUILLES DU

  • Écrit par 
  • Ching-lang HOU
  •  • 965 mots
  •  • 2 médias

Situé au pied du versant nord du mont Li dans le district de Lintong, province du Shaanxi, le mausolée de l'empereur Shihuang (~ 259-~ 210) des Qin compte parmi les sites historiques les plus connus en Chine. Il n'en reste aujourd'hui qu'un tumulus de quelque 40 mètres de hauteur. Cependant, le célèbre historien Sima Qian (~ 145-env. ~ 86) a consacré un passage exceptionnellement long aux travaux […] Lire la suite

SHANG [CHANG] ou YIN LES (env. 1450-env. 1050 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 761 mots
  •  • 1 média

Grâce aux très nombreuses découvertes archéologiques faites dans la région des cours moyen et inférieur du fleuve Jaune (Huanghe), la dynastie Shang apparaît, en l’état de nos connaissances, comme la première grande puissance politique à s’être développée en Asie orientale. La période couverte (env. xvi e  siècle-1050 av. J.-C.) correspond aux phases initiale et moyenne de l’Âge du bronze en Chine […] Lire la suite

SIMA XIANGRU [SSEU-MA SIANG-JOU] (env. 179-117 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 1 198 mots

Dans le chapitre « Poète et courtisan »  : […] Les œuvres attribuées à Sima Xiangru que l'on peut considérer comme authentiques, qu'elles soient en prose ou dans cette forme mi-prosaïque mi-versifiée qu'on appelle le fu , sont tout entières contenues dans le Shi ji de Sima Qian, composé quelques dizaines d'années après la mort du poète. Il est certain cependant qu'on se trouve devant un choix de textes, de ceux qui ont paru à son premier biog […] Lire la suite

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Huangdi et Laozi »  : […] Le Daode jing ne fut pas attribué au seul Vieux Maître Laozi. Un bon nombre de références anciennes désignent l'ouvrage comme le Livre de Huangdi , Huangdi, ou l'Empereur jaune, est un grand fondateur à l'instar de Yu le Grand. Créateur mythique de la civilisation, il inventa les vêtements, les noms de famille, les rites. Tel est le héros des confucéens. Mais Zhuangzi dit qu'après avoir régné lon […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « SIMA QIAN [SSEU-MA TS'IEN] (env. 145-env. 87 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sima-qian-sseu-ma-ts-ien/