SILS MARIA (O. Assayas)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Trois femmes

La disparition d’un être mystérieux, sans doute grandi par l’imaginaire ou le souvenir, plane sur plusieurs films d’Olivier Assayas. C’est Adrien (François Cluzet), l’écrivain de Fin août, début septembre (1998), ou le peintre Paul Berthier de L’Heure d’été (2007), relayé par Hélène (Édith Scob), la mère de la famille recomposée. On pourrait également mentionner la figure de Feuillade dans Irma Vep (1996), voire celle du héros de Carlos (2010)... Dans Sils Maria, c’est la mort soudaine du dramaturge et metteur en scène Wilhelm Melchior qui déclenche le récit. Voici deux décennies, il fut à l’origine de la carrière de celle qui est aujourd’hui la grande Maria Anders en confiant à cette débutante d’à peine vingt ans le rôle de Sigrid, la jeune assistante qui déstabilise Helena. Celle-ci, fragilisée comme chef d’entreprise par la crise économique et comme femme par l’angoisse de la quarantaine, bousculée et humiliée par le cynisme de la jeune arriviste qui se moque de la passion charnelle qu’elle éprouve pour elle, est poussée au suicide. Vingt ans après la réussite de Maria dans Le Serpent de Maloja, après la disparition de Melchior, Klaus Diesterweg, brillant metteur en scène, propose à Maria Anders de jouer à nouveau dans la pièce, mais cette fois en interprétant le rôle de la femme mûre, Helena, alors qu’elle se sent indissolublement attachée au personnage de Sigrid. Ce jeu de miroir entre les deux mises en scène se double d’une série de mises en abyme. Olivier Assayas a indirectement révélé une Juliette Binoche de vingt ans avec le film de Téchiné et il lui fait aujourd’hui jouer la vulnérabilité de la quarantaine, tandis que lui-même approche de la soixantaine. Le choix des deux « jeunes » actrices, stars d’un cinéma numérique et médiatique, fait également pénétrer dans le film leur personnage et leurs vies à la fois privées et publiques. Kristen Stewart, star adolescente de la série Twilight et de divers thrillers, connue pour ses liaisons et ses « excuses » publiques aux médias, est utilisée à contre-emploi dans le rôle de Valentine, la très série [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « SILS MARIA (O. Assayas) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sils-maria/