SIGNE ET SENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire du problème

L'Antiquité et le Moyen Âge

Une longue histoire du problème du signe et du sens a plutôt enseigné à ne pas relier les deux sphères de la pensée et du langage et même à les séparer. Dans le Cratyle, Platon s'interroge longuement sur la « justesse » des mots ; il renvoie dos à dos les deux protagonistes dont l'un veut que les mots naissent de la « convention » et l'autre qu'ils tiennent leur signification du lien qu'ils ont conservé avec la « nature » ; refusant l'alternative, il conclut qu'il faut aller aux choses mêmes « sans les mots » ; or, aller aux choses sans les mots, c'est méditer sur les idées, c'est-à-dire sur les modèles intelligibles des choses empiriques, qui seuls sont véritablement. Socrate avait déjà enseigné à « définir » les Idées (idées mathématiques, idées morales, idées de choses, etc.) : ces définitions constituent notre premier concept du sens ; le sens d'une notion, c'est le définissant que nous pouvons lui substituer. Mais, si Socrate avait « défini » les Idées, Platon les a « séparées », selon le mot fameux d'Aristote ; entendons qu'il les a séparées de la réalité sensible. La dialectique est alors la science de ces idées séparées et de leurs combinaisons. Ainsi avons-nous hérité de Platon une problématique du sens où le sens est l'Idée, ou l'essence, c'est-à-dire le principe intelligible aussi bien de la réalité que de la pensée.

Mais l'Antiquité nous a transmis d'autres manières de poser le problème du sens qui sont moins éloignées de notre manière d'interroger sur signe et sens. Aristote, rejetant la transcendance des Idées platoniciennes, et lui substituant une notion de « forme » inhérente aux individus concrets, ouvre une autre tradition qui l'emporte au Moyen Âge, la tradition du concept. Le concept n'est pas quelque chose que nous contemplons par l'esprit, mais que nous tirons par [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X, professeur à l'université de Chicago

Classification

Autres références

«  SIGNE ET SENS  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction et formalisme »  : […] Il va de soi que ce que dit la peinture ou la sculpture ne peut pas être communiqué par le langage verbal. S'il en était autrement, il serait inutile de peindre ou de sculpter. Abstrait ou non, l' art, quand il aspire à devenir cosa mentale , ne cherche pas à transcrire ou à illustrer une pensée préexistante ; il est pensée en acte, incarnée dans un médium spécifique. C'est pourquoi il ne saurait […] Lire la suite

ACOUSMATIQUE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • François BAYLE
  •  • 7 826 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Matériau et image »  : […] « Le matériau de la musique concrète est le son à l'état natif, tel que le fournit la nature, le fixent les machines, le transforment leurs manipulations. » Ces lignes, dues à Serge Moreux, constituaient la préface inaugurale du Premier Concert de Bruits, en mars 1950. D'emblée et d'instinct, tout y était dit, pressenti, des trois stades caractéristiques : celui du matériau-son « à l'état natif », […] Lire la suite

ANAGRAMME, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 346 mots

Les avatars de l'anagramme fournissent le paradigme des changements de fonction de nombreux artifices linguistiques : désacralisée par les auteurs antiques, elle devient plus tard un jeu littéraire, recouvre sa nature ésotérique, puis recommence une nouvelle carrière littéraire. La transposition des éléments constitutifs d'un segment de la langue doué de sens en vue de la production d'un autre seg […] Lire la suite

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les modèles linguistiques dans l'analyse musicale »  : […] À l'époque du structuralisme triomphant, la sémiologie musicale rencontre les modèles d'analyse linguistique pour des raisons à la fois épistémologiques et esthétiques. Le structuralisme conçoit le signe moins comme l'union d'un signifiant et d'un signifié que comme un élément intégré à un système, entretenant avec ses voisins des rapports « oppositifs et négatifs ». Paul Ricœur l'énonce très cla […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Sémiologie de l'art

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 3 561 mots

Dans le chapitre « La lecture du tableau »  : […] On prendra comme exemple privilégié l'objet pictural : le tableau est un texte figuratif et un système de lecture. Il se voit globalement, comme une totalité qui implique non seulement un point de vue qu'éventuellement un code perspectif peut déterminer, mais aussi le retranchement de l'espace du tableau, de l'espace existentiel, comme un espace autre qui se constitue en un lieu « utopique ». C […] Lire la suite

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 400 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  L'art en quête de sens ? »  : […] Si on prend maintenant du recul pour analyser cette situation, deux dernières questions se posent. L'une porte sur le contenu de cet art contemporain ; l'autre sur son avenir. L'abandon de la logique du développement formel, même si celle-ci était en réalité surtout une fiction pieuse, ou bien qui transformait le modernisme en académisme, replace l'art contemporain face au contenu et à la signific […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Poésie et linguistique »  : […] Le fait de redécouvrir le Moyen Âge implique une renaissance de la culture, qui est passée notamment par E. R. Curtius. En se rapprochant de la science, la poétique se fait historique et descriptive. Elle conteste les normes mais reconnaît leur présence et leur diversité. On aboutit alors aux recherches de J. Roubaud, qui a commenté dans La Vieillesse d'Alexandre l'évolution de l'alexandrin, et d […] Lire la suite

BARTHES ROLAND (1915-1980)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 4 712 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le champ de la signification »  : […] Que ce soit avec Mythologies – suite d'analyses sarcastiques de quelques représentations de l'idéologie petite-bourgeoise (faits divers, photos, articles de presse...) – ou avec Le Degré zéro de l'écriture , « histoire du langage littéraire qui ne [serait] ni l'histoire de la langue, ni celle des styles, mais seulement l'histoire des Signes de la Littérature », l'œuvre de Barthes se propose d'emb […] Lire la suite

BENVENISTE ÉMILE (1902-1976)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 2 993 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers le structuralisme »  : […] Conformément à la tradition saussurienne, la grammaire comparée se relie ainsi constamment à des hypothèses et des conclusions de portée générale. C'est par là d'abord que Benveniste prend sa place dans la révolution scientifique qu'a connue la linguistique au xx e  siècle et qui a reçu le nom de « structuralisme ». Du reste, le structuralisme européen consistait essentiellement à expliciter avec […] Lire la suite

CARNAP RUDOLF (1891-1970)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 2 042 mots

Dans le chapitre « La construction logique du monde et les travaux issus du Cercle »  : […] Après ses études de mathématique, de physique et de philosophie à Fribourg et à Iéna – il fut l'un des très rares auditeurs de Frege –, Carnap obtint le titre de docteur avec une thèse intitulée L'Espace : une contribution à la théorie de la science (1921). Sur l'initiative de H. Hahn et M. Schlick, il devint, en 1926, Privatdozent à l'université de Vienne et participa aux discussions du Cercle d […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Polémique au sujet de l’interdiction du burkini sur les plages. 4-26 août 2016

secteurs de Marseille et candidats aux élections législatives de juin 2017. Le 5, le député-maire de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) Lionnel Luca (LR) signe un arrêté interdisant « l’accès à la baignade […] à toute personne ne disposant pas d’une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs […] Lire la suite

France. Assouplissement des trente-cinq heures chez Bosch. 19 juillet 2004

Les salariés de l'usine Bosch de Vénissieux (Rhône) acceptent à une quasi-unanimité une modification de leur contrat de travail qui aboutit à les faire travailler trente-six heures payées trente-cinq. Un accord avait été signé en ce sens en mai entre la direction, la C.F.D.T. et la C.F.E.-C.G.C […] Lire la suite

France. Débat sur l'opportunité d'une loi sur les signes religieux à l'école. 12-28 novembre 2003

socialiste se déclare favorable au dépôt d'une proposition de loi allant dans le sens préconisé par la mission parlementaire, mais englobant également les établissements privés sous contrat. Le 28, le conseil national de l'U.M.P. approuve le principe de l'élaboration d'un « code de la laïcité » complété « au besoin » par une loi « prohibant explicitement le port ostentatoire de tout signe politique ou religieux dans [...] l'enseignement public ». […] Lire la suite

Chypre. Ouverture de la « ligne verte ». 16 avril - 1er mai 2003

Le 16, le gouvernement grec de l'île signe, à Athènes, le traité d'adhésion de Chypre à l'Union européenne. Les efforts de l'O.N.U. pour parvenir à un règlement de la question chypriote, avant la signature de l'adhésion de son secteur grec à l'Union, ont échoué en mars. Une grande partie […] Lire la suite

France. La date anniversaire de la rafle du Vel' d'Hiv' décrétée journée nationale commémorative. 3 février 1993

Le président Mitterrand signe le décret qui institue une journée nationale commémorative des persécutions racistes et antisémites commises sous l'autorité de fait du gouvernement de l'État français de 1940 à 1944. Cette journée est fixée au 16 juillet, date anniversaire de la rafle du Vel' d'Hiv […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul RICŒUR, « SIGNE ET SENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-et-sens/