SIERRA LEONE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique de Sierra Leone (SL)
Chef de l'État et du gouvernementJulius Maada Bio (depuis le 4 avril 2018)
CapitaleFreetown
Langue officielleanglais
Unité monétaireleone (SLL)
Population8 494 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)71 740

Une histoire marquée par la conquête, la traite et l'esclavage

Avant l'arrivée des Portugais, les Temné édifièrent un royaume qui résista aux attaques mendé. Leurs rois avaient soumis nombre de chefs locaux, tenus de leur payer tribut en or et en ivoire, et s'adonnaient au commerce des esclaves. Parallèlement à la conquête temné, les Portugais implantent des établissements commerciaux sur la côte. Car, du xvie au xviiie siècle, le vaste estuaire du Rokel de la rivière Seli est fréquenté avec assiduité par les trafiquants d'esclaves européens qui seront en permanence en conflit avec les autres négriers mouillant dans le golfe de Guinée.

C'est dès le milieu du xvie siècle que les Anglais commencent à prêter intérêt à la Sierra Leone. En 1592, la reine Élisabeth Ire délivre des patentes à des négociants anglais pour commercer le long du golfe de Guinée, du río Nunez à la Sierra Leone. Ensuite, Jacques Ier concède une charte exclusive de commerce « guinéen » à la Company of Royal Adventurers of London Trading to Africa. En outre, en 1662, Charles II délivre une nouvelle franchise à cette dernière dont la faillite entraînera la création d'une nouvelle compagnie en 1672, la Royal African Company. Celle-ci reçoit le privilège de fournir annuellement trois mille nègres aux Indes occidentales britanniques (Antilles). Mais, en 1697, le gouvernement britannique abolit ce privilège, ce qui libéralise entièrement le commerce « guinéen » et entraîne une aggravation des horreurs de la traite liée à la concurrence entre trafiquants et aux rivalités entre fournisseurs.

À partir de la seconde moitié du xviiie siècle, des mouvements philanthropiques, qui s'étaient développés autour de fortes personnalités comme Granville Sharp et en raison de la mobilisation de l'opinion, s'indignèrent en Angleterre et en Amérique de la traite négrière et de l'esclavage ; ce qui conduisit à leur interdiction et à la création de la Sierra Leone en colonie pour servir de terre d'accueil aux esclaves noirs libérés. En 1772, le ministre de la Justice de la Couronne proclame que sera libre tout esclave réfugié en Angleterre. La conséquence immédiate de cette mesure a été que de nombreux esclaves ont fui les plantations des colonies anglaises d'Amérique pour aller s'établir en Grande-Bretagne. Au lendemain de la guerre d'indépendance américaine où les Anglais ont été défaits en 1783, un grand nombre d'esclaves qui avaient combattu pour Londres se réfugièrent en Angleterre. Pour ces esclaves pauvres, dépourvus de ressources, Granville Sharp et les mouvements philanthropiques imaginèrent la création d'une terre d'accueil sur leur continent d'origine et constituèrent la Compagnie de Saint George chargée d'organiser leur retour.

C'est dans ce contexte que débarqua le 9 mai 1787 en Sierra Leone une colonie de trois cent cinquante esclaves affranchis et une soixantaine de prostituées blanches destinées à leur servir d'épouses. Mais la fièvre décima une grande partie de ces colons installés près de Kru Bay, dans la presqu'île de Freetown. Le Parlement britannique décida alors d'aider l'entreprise en fondant, en 1791, la Sierra Leone Company pour succéder dans cette tâche à la Compagnie de Saint George. En février 1792, elle débarqua à Kru Bay plus d'un millier d'esclaves affranchis, venus pour la plupart de Nouvelle-Écosse via la Grande-Bretagne. En accord avec le roi temné Naimbanna, la Compagnie de Saint George fonda, la même année, Freetown dont la population s'accroîtra rapidement à partir de 1800 avec l'arrivée d'autres « nègres marrons », venus de Jamaïque.

Cette croissance démographique connaîtra un essor plus important encore à partir de 1815, quand la marine de guerre britannique se lancera, dans le golfe de Guinée, à la poursuite des navires négriers et procédera à la saisie des cargaisons de captifs qui seront libérés et conduits à Freetown. Ces nouveaux arrivants, natifs pour la plupart du golfe du Bénin, spécialement du Nigeria, vont être installés dans des villages édifiés près de Freetown et former à la fois la majeure partie de la main-d'œuvre agricole de la colonie et la majorité de la population de Freetown. Une grande diversité de langues caractérise cette population dont le facteur unificateur reste le krio.

À partir de 1875, la Sierra Leone voit délimiter ses frontières avec la Guinée-Conakry et l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Sierra Leone : carte physique

Sierra Leone : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Sierra Leone : drapeau

Sierra Leone : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Mine de diamant, Sierra Leone

Mine de diamant, Sierra Leone
Crédits : Chris Hondros/ Getty Images News/ AFP

photographie

Sierra Leone, 1997 : le commandant Johnny Paul Koroma

Sierra Leone, 1997 : le commandant Johnny Paul Koroma
Crédits : Issouf Sanogo/ AFP

photographie

Afficher les 6 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SIERRA LEONE  » est également traité dans :

SIERRA LEONE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire anglophone »  : […] La Grande-Bretagne s'engagea la première dans la voie de la décolonisation en Afrique de l'Ouest, où la situation était plus « mûre » qu'ailleurs, et sur les marges du monde noir. Au Soudan, le problème était étroitement lié à l'avenir des relations anglo-égyptiennes. Le processus de transfert de souveraineté y fut très précoce. S'appuyant sur le statut juridique de condominium anglo-égyptien dep […] Lire la suite

ENFANTS SOLDATS

  • Écrit par 
  • Rosalie AZAR
  •  • 3 410 mots

Dans le chapitre « Instruments juridiques »  : […] Le droit international n'est pas resté silencieux sur la question des enfants soldats. Des efforts ont été entrepris pour relever l'âge minimal de recrutement et de participation directe aux hostilités, fixé à quinze ans par les protocoles additionnels de 1977 aux Conventions de Genève de 1949, puis par la Convention des droits de l'enfant du 20 novembre 1989. On peut citer la Charte africaine de […] Lire la suite

FREETOWN

  • Écrit par 
  • Pierre VENNETIER
  •  • 366 mots
  •  • 1 média

Capitale de la Sierra Leone, Freetown fut fondée une première fois en 1787, puis, après sa destruction, une seconde fois en 1792, sous le nom de Nova Scottian Town ; elle devint alors rapidement le point de ralliement de milliers d'esclaves noirs américains libérés et sa population se grossit également d'éléments autochtones. De 35 000 habitants en 1901, elle passe à 130 000 en 1964, à 470 000 en […] Lire la suite

GUINÉE

  • Écrit par 
  • Monique BERTRAND, 
  • Bernard CHARLES, 
  • Agnès LAINÉ
  • , Universalis
  •  • 19 485 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Nouvelle crise du régime Lansana Conté »  : […] Peu légitime, contesté par une partie de l'armée, le régime à la tête du pays appauvri doit, par ailleurs, faire face à des incursions des mouvements de rébellion au Liberia et en Sierra Leone. Ainsi, les Libériens unis pour la réconciliation et la démocratie (L.U.R.D.), un groupe armé rebelle soutenu d'abord par la Guinée, s'opposant aux forces du président libérien Charles Taylor, occupent une […] Lire la suite

KABBAH AHMAD TEJAN (1932-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 389 mots

Ahmad Tejan Kabbah fut président de la République de Sierra Leone (1996-1997 et 1998-2007). Il fut contraint de faire appel à l’aide militaire internationale pour mettre un terme à plus de dix ans de guerre civile (1991-2002) et ramener la paix dans son pays. Ahmad Tejan Kabbah naît le 16 février 1932 à Pendembu, dans le district de Kailahun (protectorat britannique du Sierra Leone) au sein d’une […] Lire la suite

LIBERIA

  • Écrit par 
  • René OTAYEK
  • , Universalis
  •  • 5 448 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] La naissance du Liberia contemporain est indissociable de la fondation de Monrovia par les premiers colons ( settlers ) américains. Mais l'histoire des sociétés autochtones est bien antérieure à cet événement. Dès le xv e  siècle, les Portugais jetaient l'ancre au large de cap Mesurado sur lequel, trois siècles et demi plus tard, les settlers américains allaient édifier Monrovia. Ce sont les Portu […] Lire la suite

SOUSSOU ou SUSU

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 203 mots

Habitant au xiii e  siècle le haut Sénégal, les Soussou (on écrit aussi Susu) se dirigent par la suite vers le Fouta-Djalon, le haut Niger, la région de Diguiraye et du Sankaran, d'où ils seront chassés au xv e et au xvi e  siècle. Au début du xviii e  siècle, les Peul s'établissent pacifiquement dans le Fouta-Djalon, payant tribut aux Soussou, mais, vers 1725, les Peul, convertis à l'islam, entr […] Lire la suite

STEVENS SIAKA (1905-1988)

  • Écrit par 
  • René OTAYEK
  •  • 755 mots

Né le 24 août 1905 dans le district de Moyamba, issu d'une ethnie minoritaire, Siaka Stevens présida au destin de la Sierra Leone d'avril 1968 à octobre 1985. Contrairement à bon nombre d'États africains, la Sierra Leone peut se prévaloir d'une certaine stabilité politique, à laquelle l'action de Siaka Stevens n'est pas étrangère. Pourtant, lui-même fut porté au pouvoir par un coup d'État militair […] Lire la suite

TAYLOR CHARLES GHANKAY (1948- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 730 mots
  •  • 1 média

Homme politique et chef de guerre, Charles Taylor fut le président du Liberia de 1997 à 2003. Exilé, il fut finalement rattrapé par la justice internationale pour sa responsabilité dans la guerre civile qui a dévasté le pays durant les années 1990 et pour les crimes commis durant la guerre civile qui faisait rage dans la Sierra Leone voisine. Né le 27 janvier 1948 au Liberia, Charles Ghankay Taylo […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8 octobre 2021 Sierra Leone. Abolition de la peine de mort.

Le président Julius Maada Bio promulgue la loi abolissant la peine de mort, adoptée en juillet. Les dernières exécutions effectuées dans le pays dataient de 1998 mais de telles condamnations continuaient d’être prononcées.  […] Lire la suite

7-31 mars 2018 Sierra Leone. Élection de Julius Maada Bio à la présidence.

Le chef de l’opposition et ancien militaire Julius Maada Bio, candidat du Parti du peuple de Sierra Leone (SLPP) à l’élection présidentielle, arrive en tête avec 43,3 p. 100 des suffrages, contre 42,7 p. 100 pour le ministre des Affaires étrangères Samura Kamara, candidat du Congrès de tout le peuple (APC). Le président sortant Ernest Bai Koroma (APC) ne pouvait se représenter. […] Lire la suite

29 décembre 2015 Guinée - Santé. Fin de l’épidémie d’Ebola.

La fin de l’épidémie a été annoncée en novembre en Sierra Leone. Au Liberia, l’épidémie persiste à un niveau très faible en dépit de l’annonce de sa disparition, en mai, puis de nouveau en septembre.  […] Lire la suite

9 mai 2015 Liberia - Santé. Annonce de la fin de l'épidémie d'Ebola.

L’épidémie est encore active en Guinée et en Sierra Leone.  […] Lire la suite

2-25 septembre 2014 Afrique de l'Ouest. Mobilisation internationale contre le virus Ebola

Le 19 entre en vigueur l'ordre de confinement de soixante-douze heures de la population de Freetown édicté par les autorités du Sierra Leone pour faciliter les opérations d'information et de surveillance. Le 25, l'O.N.U. présente la Mission des Nations unies pour la réponse d'urgence à Ebola, dotée de deux cent cinquante agents et de matériel. L'O. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Comi M. TOULABOR, « SIERRA LEONE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sierra-leone/