SIBÉRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Géologie

La Sibérie s'organise autour de la plate-forme sibérienne, flanquée au sud et au nord par des zones de plissements calédoniens et hercyniens et à l'est par des plis mésozoïques et cénozoïques. Cette disposition résulte d'une longue évolution, amorcée dès la fin du Précambrien, à partir d'un continent que l'on a appelé le bouclier de l'Angara (du nom d'un affluent de l'Ienisseï), un des principaux noyaux du continent eurasiatique (cf. asie - Géologie).

Plate-forme sibérienne

Le tréfonds de la plate-forme sibérienne est constitué par de l'Antécambrien plissé. Les Archéides affleurent au centre, dans le bouclier de l'Anabar, avec une direction nord-ouest – sud-est, ainsi que sur la bordure méridionale, près du Baïkal, où elles dessinent un V dont les branches sont nord-ouest – sud-est et nord-est – sud-ouest, et dans le bouclier de l'Aldan, dont les plis sont ouest-nord-ouest – est-sud-est. Les plissements protérozoïques ont les mêmes directions. Ceux des Baïkalides, mis en place à la limite entre Riphéen (Infracambrien inférieur) et Cambrien, sont situés plus au sud et se moulent sur les précédents. Au point de vue pétrographique, l'Archéen comporte des roches ultramétamorphiques non magmatiques granitisées ; au Protérozoïque, l'activité volcanique a été grande : émission de spilites-kératophyres, suivie d'intrusions d'anorthosites, de labradorites, puis de granitoïdes. Au Riphéen, il faut citer les porphyres du Baïkal, puis des intrusions de gabbros-diorites précédant un magmatisme ultrabasique.

La plate-forme présente une série d'ondulations. Au centre se trouve la synéclise de la Toungouska, remplie par un ensemble terrigéno-carbonaté (Riphéen, 3 à 4 km ; Cambrien, 2 à 3 ; Ordovicien-Silurien, 0,5) recouvert par 600 m de Dévonien argileux rouge ou calcaire et par une série volcanogène triasique épaisse de 2 200 m. Elle est flanquée des soulèvements de Touroukhansk à l'ouest, de l'Ienisseï au sud-ouest, où les sédiments ne dépassent pas 2 km, et du bouclier de l'Anabar au nord-est. Au sud-ouest de celui-ci, la synéclise du Viloui, formée au Crétacé, comporte 3 km de Cambro-Silurien terrigène, évaporitique ou carbonaté, une série rouge volcanogène dévono-carbonifère, des molasses à charbon du Jurassique et du Crétacé, marines ou continentales, atteignant 4 km. Des dépressions plus étroites d'âge jurassique se situent au nord du Saïan oriental et près du bouclier de l'Aldan, remplies de Jurassique à charbon. D'autres, plus profondes (Baïkal, Angara supérieur...), ont vu de grandes émissions basaltiques. La Sibérie occidentale est recouverte par une épaisse couverture de sédiments terrigènes, continentaux ou marins, du Mésozoïque et du Cénozoïque reposant sur un socle plissé, paléozoïque ou plus ancien, s'enfonçant parfois à 3 ou 4 km. Les dépressions en sont les suivantes : fosse de Khatanga au sud du Taymir, synéclise de l'Ob-Tazov, fosse de Tourgaï, puis dalle de Touran en Asie centrale, subdivisée en fosse d'Oustiourt-nord, dépression de Tchouik et synéclise de Kyzilkoun-nord.

Plissements calédoniens du sud de la Sibérie

Les plissements calédoniens du sud de la Sibérie s'étendent sur les régions suivantes : partie sud-ouest du Saïan oriental, Sangilen, Touva, Saïan occidental, Alatau (ou Ala-Taou) de Kouznetsk et Salaïr. Les Calédonides sont séparées du bord sud-ouest de la plate-forme par l'anticlinal du Saïan oriental et par une faille qui court du Baïkal à Krasnoïark. Un grand nombre de failles profondes existe entre le Saïan occidental et le Touva, au nord du Saïan occidental, le long de l'Alatau de Kouznetsk, ainsi qu'entre le Tannou-Ola oriental et le Sangilen. Ces failles ont joué depuis très longtemps.

Les Calédonides du Saïan oriental, du Touva et de l'Alatau de Kouznetsk sont les plus anciennes. Le stade géosynclinal a duré du Protérozoïque au Cambrien inférieur. Le Riphéen, encadré de discordances, est quartzitique ; le Cambrien, schisto-calcaire, est volcanogène. Le plissement s'est produit après le Cambrien. Dans les Calédonides du Saïan occidental-Salaïr, le stade géosynclinal s'est étendu du Précambrien métamorphique à l'Ordovicien. Le Cambrien inférieur comporte des spilites-kératophyres et des calcaires, le Cambrien moyen est schisteux et eff [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

-2000 à -1000. Les empires du Bronze
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

-600 à -200. Philosophes et conquérants

-600 à -200. Philosophes et conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

700 à 800. De 'Abd al-Malik à Charlemagne

700 à 800. De 'Abd al-Malik à Charlemagne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Afficher les 7 médias de l'article

Écrit par :

  • : conservateur en chef du musée Guimet, directeur d'études à l'École pratique des hautes études en sciences sociales
  • : professeur à l'université de Lyon-II, chercheur au Centre Magellan, Université de Lyon-III
  • : professeur titulaire de la faculté des sciences de l'université de Picardie

Classification

Autres références

«  SIBÉRIE  » est également traité dans :

ALTAÏ

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 382 mots

La république fédérée de l'Altaï occupe, au sud de la Sibérie occidentale, une région essentiellement montagnarde de 92 600 kilomètres carrés où, en 2002, étaient recensés 202 900 habitants. Ce territoire est peuplé par les Oïrotes qui appartiennent à la famille ethnolinguistique altaïque . L'Altaï est formé par un soubassement paléozoïque pénéplané et violemment soulevé à la fin du Tertiaire et a […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'environnement arctique au Pléistocène. Les voies de migration »  : […] Dans la mesure où la plupart des préhistoriens s'accordent aujourd'hui pour faire venir du nord-ouest, c'est-à-dire de Sibérie, les premiers occupants de l'Amérique, il est alors essentiel de pouvoir reconstituer l'environnement nordique américain et de connaître l'importance et le moment des transformations ayant, depuis une centaine de milliers d'années, affecté la région. C'est en effet de cet […] Lire la suite

AMOUR, fleuve

  • Écrit par 
  • Laurent TOUCHART
  •  • 2 311 mots

Pour les Russes, l'Extrême-Orient se distingue de la Sibérie par le fait que le premier voit ses fleuves se jeter dans le Pacifique, la seconde, dans l'océan glacial Arctique. Alors que les cours d'eau sibériens, coulant du sud au nord, nécessitaient pour la colonisation russe des transbordements pour avancer d'ouest en est, les fleuves d'Extrême-Orient allaient dans le même sens que la conquête […] Lire la suite

ANGARA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 381 mots

Émissaire unique du lac Baïkal, l'Angara, après avoir traversé le lac du même nom, change d'appellation et devient la Toungouzka supérieure ; cet organisme fluvial draine un bassin de 1 045 000 kilomètres carrés et se jette, au terme d'un cours de 1 826 kilomètres, dans l'Ienisseï dont il est l'affluent le mieux alimenté avec un débit moyen à la confluence de 4 380 mètres cubes par seconde, ce qui […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

L'Asie représente l'ensemble continental le plus important à la surface du globe ; l'Europe en constitue l'extrémité occidentale On emploie d'ailleurs communément le terme Eurasie pour nommer géologiquement ce vaste ensemble continental. Sa connaissance apparaît donc fondamentale du point de vue géologique, mais demeure malheureusement fragmentaire, certaines régions restant encore relativement p […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La plaine de Sibérie occidentale »  : […] La plaine de Sibérie occidentale s'étend sur 2 500 km, du littoral arctique au rebord des montagnes d'Asie centrale, et sur 1 500 km d'ouest en est, depuis l'Oural jusqu'au cours de l'Ienisseï. Sur ses 3 millions de kilomètres carrés règne un paysage monotone de plaine forestière marécageuse, se transformant vers le nord en une toundra plane désolée. Du point de vue structural, cette région appart […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mots, limites et chevauchements  »  : […] Asie désigne habituellement un ensemble de terres situées à l'est de l'Europe. Sa délimitation varie selon les auteurs, les critères scientifiques et les surdéterminations géopolitiques. Elle est marquée par son origine européenne qui ne correspond pas aux conceptions locales traditionnelles. Ce problème géographique crucial implique l'appartenance des individus, des sociétés et des pays à une rég […] Lire la suite

BAÏKAL LAC

  • Écrit par 
  • Laure ARJAKOVSKY, 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 4 058 mots
  •  • 2 médias

Le lac Baïkal , situé au sud de la région géographique de Sibérie orientale, est l'un des plus vastes lacs du monde : il se place au septième rang pour sa surface (31 500 km 2 ), au deuxième pour le volume des eaux (23 000 km 3 ), qui est égal à celui de la mer Baltique. Le lac, qui s'étend, du sud-ouest au nord-est, sur 634 km de longueur, avec une largeur moyenne de 48 km, variant de 25 à 79,5 […] Lire la suite

BARTAS SHARUNAS (1964- )

  • Écrit par 
  • Nicole GABRIEL
  •  • 1 233 mots

Cinéaste lituanien, Sharunas Bartas est né le 16 août 1964 à Siauliai. Adolescent, il s’intéresse à la photographie et au cinéma, qu’il pratique en amateur. Lors d’une expédition en Sibérie, il découvre le peuple des Tofolars, chasseurs-cueilleurs sédentarisés de force, dont la langue et le mode d’existence sont menacés. Ils donneront son thème au film Tofolaria (1986). Admis au VGIK, l’institut […] Lire la suite

BÉRINGIENNE (TRADITION)

  • Écrit par 
  • Patrick PLUMET
  •  • 118 mots

Terme proposé et utilisé par H. West pour regrouper différentes formations archéologiques alaskiennes et sibériennes, issues du Paléolithique supérieur sibérien, retrouvées sur le territoire de l'ancienne Béringie. Elles sont chronologiquement situées entre le milieu de la glaciation würmienne (wisconsinienne en Amérique) et le début de l'Holocène, soit de 33 000 à 6 000 ou 7 000 avant J.-C., selo […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9 août 2021 Climat. Rapport du GIEC.

Les catastrophes naturelles qui se produisent au cours de l’été illustrent les conclusions du rapport : précipitations records en Inde, en Chine et au Japon, pics de chaleur exceptionnels au Canada, dans l’Ouest américain, en Espagne et au Maroc, inondations meurtrières en Allemagne et en Belgique, « mégafeux » en Sibérie, en Californie, en Grèce, en Turquie, en Algérie, en Tunisie, en Italie et sur la côte nord-est de l’Adriatique. […] Lire la suite

14-21 décembre 2020 Russie. Révélations sur l'empoisonnement d'Alexeï Navalny.

Celle-ci révèle les noms et photos des membres d’une unité secrète du FSB accusés d’avoir participé à l’opération et livre l’historique de la surveillance régulière de l’opposant depuis 2017 jusqu’à Tomsk, en Sibérie, lieu de son empoisonnement. Le 17, lors de sa traditionnelle conférence de presse de fin d’année, le président Vladimir Poutine qualifie cette enquête de « légitimation de contenus venus des services spéciaux américains ». […] Lire la suite

15 octobre 2020 Union européenne – Russie. Adoption de sanctions à l'encontre de la Russie dans l'affaire Navalny.

Le Conseil européen met en cause le Kremlin dans la tentative d’empoisonnement de l’opposant Alexeï Navalny, en Sibérie, en août, estimant qu’il est « raisonnable de conclure que [celle-ci] a été possible uniquement avec l’accord du bureau exécutif présidentiel ». Sur l’initiative de Paris et Berlin, il adopte des sanctions – gel des avoirs et interdiction de voyager en Europe – à l’encontre de six personnalités et d’une entité russes. […] Lire la suite

2-23 septembre 2020 Allemagne – Russie. Sortie de l'hôpital d'Alexeï Navalny.

Le 13, des candidats aux élections locales russes présentés par Alexeï Navalny sont élus, notamment à Tomsk et Novossibirsk, en Sibérie, villes que l’opposant venait de visiter quand il a été empoisonné. Le 23, Alexeï Navalny sort de l’hôpital berlinois. Il exprimera sa volonté de rentrer en Russie. […] Lire la suite

20-27 août 2020 Russie – Allemagne. Empoisonnement de l'opposant Alexeï Navalny.

Le 20, Alexeï Navalny, principal opposant au président Vladimir Poutine, est hospitalisé dans un état grave à Omsk, en Sibérie, alors qu’il se rendait de Tomsk à Moscou en avion. Ses proches dénoncent un empoisonnement. En juillet 2019, Alexeï Navalny avait déjà affirmé avoir été empoisonné, alors qu’il se trouvait en prison. De nombreux opposants au Kremlin ont été victimes d’empoisonnement, en Russie et à l’étranger, au cours des dernières années. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vadime ELISSEEFF, Pascal MARCHAND, Guy MENNESSIER, « SIBÉRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/siberie/