SI PAR UNE NUIT D'HIVER UN VOYAGEUR, Italo CalvinoFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un livre infini

L'ouvrage commence par une invocation au « Lecteur », qui n'est pas sans rappeler, malgré les différences de ton, tantôt les « appels à la bienveillance » de certaines dédicaces du xviiie siècle, tantôt Les Chants de Maldoror « Tu vas commencer le nouveau roman d'Italo Calvino, Si par une nuit d'hiver un voyageur. Détends-toi. Concentre-toi. Écarte de toi toute autre pensée. Laisse le monde qui t'entoure s'estomper dans le vague. » Mais cette invocation, ici, commande toute la mise en place : onze débuts de romans sont introduits par autant de chapitres où le lecteur se voit averti, conseillé, morigéné, fouillé dans sa « physiologie » et sa psychologie et, à mi-course, d'autant plus impliqué dans le « Livre » introuvable, que Calvino décide qu'il est amoureux (d'une Lectrice, bien entendu) : leurs corps seront par eux-mêmes, le cas échéant, des objets favoris (mais non exclusifs) de lecture. La littérature, déjà tellement abondante, sur l'« écriture » se voit amenée à son exhaustion : la littérature sur la lecture – ou, mieux, dévorée par la lecture – en une opération prévisible mais aux méandres imprévus, et rendue « visible » par la structure même du livre.

Chaque début de chapitre représente en effet l'amorce d'un livre impossible à continuer. C'est aussi à chaque fois un pastiche de catégorie romanesque : roman d'espionnage dans le brouillard, roman russe « sordide », journal d'exilé politique, roman scabreux sur fond de guerre civile, thriller d'une vulgarité outrée, dissertation sur le jogging et le téléphone dans un campus américain, roman érotique japonais, drame mexicain, et derechef roman russe (mais à dominante onirique). Sans oublier la confession d'un milliardaire passionné de catoptrique, qui joue sur les deux sens du mot spéculation et propose au passage une théorie du capitalisme comme machinerie de miroirs. Tous ces récits, à partir du deuxième, sont rédigés à la première personne, agrémentés de violence et parfois [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « SI PAR UNE NUIT D'HIVER UN VOYAGEUR, Italo Calvino - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/si-par-une-nuit-d-hiver-un-voyageur/