SHUI HU ZHUAN [CHOUEI HOU TCHOUAN]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Noyau historique et développement légendaire

Song Jiang, le chef de la Bande, a réellement existé. Un rapport officiel envoyé à la Cour au début de l'an 1121 fait état des déprédations commises par « Song Jiang et ses trente-six compagnons » et de l'impuissance d'armées gouvernementales comptant plusieurs dizaines de milliers de soldats à réduire ces trente-sept hommes et leurs troupes. Les chroniques du temps donnent quelques détails sur les brigandages de Song Jiang et des siens, sur leur reddition, et sur la part prise par eux dans la campagne de 1121 contre Fang La, qui s'était proclamé empereur dans la province du Zhejiang en 1120 ; leur reddition, négociée par eux avec un fonctionnaire impérial, avait précisément stipulé leur enrôlement dans cette campagne en échange d'une amnistie : manière traditionnelle en Chine de « récupérer » des hors-la-loi en les utilisant contre d'autres hors-la-loi, et qui a été pratiquée en France également, témoin Du Guesclin et ses Grandes Compagnies.

Au moment où le mystérieux Shi Naian est dit avoir composé son roman, Song Jiang et ses compagnons sont morts depuis plus de deux cents ans, mais une exubérante tradition artistique et littéraire a gardé et idéalisé leur souvenir dans l'intervalle. Des « portraits » d'eux sont peints au xiiie siècle, accompagnés de légendes en vers conservées jusqu'à nos jours. Un conte oral énumère leurs trente-sept noms, précédés chacun d'un nom de guerre : « Tête de léopard », « Tourbillon noir », « Uppercut », « Belle Barbe », « Moine tatoué », etc. ; il raconte aussi leur coup des cadeaux d'anniversaire, envoyés par le vice-roi de la Chine du Nord au Premier ministre et volés en route, à un col de montagne, par huit bandits déguisés en marchands de vin, mais qui ont mêlé à leur vin un narcotique puissant : les porteurs boivent sans méfiance et se réveillent dépouillés.

Des éléments nouveaux apparaissent dans des opéras du xiiie siècle, où l'effectif de la Bande a passé de trente-sept à cent huit et où ses membres sont devenus en quelque sorte des bandits d'ho [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, professeur de chinois à l'Institut national des langues et civilisations orientales, université de Paris-III

Classification

Autres références

«  SHUI HU ZHUAN [ CHOUEI HOU TCHOUAN ]  » est également traité dans :

AU BORD DE L'EAU (SHUI HU ZHUAN)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 794 mots

Le Shui hu zhuan (littéralement Récit des bords de l'eau) s'inspire de toute une tradition orale riche et diversifiée, mais aussi de faits historiques puisque Song Jiang, héros du roman, fut en Chine un brigand qui sévit avec ses complices vers 1120. Au bord de l'eau, roman en quatre-vingt-douze chapitres, qui se distingue des versions an […] Lire la suite

JIN PING MEI [KIN P'ING MEI] (fin XVIe s.), roman

  • Écrit par 
  • André LEVY
  •  • 1 745 mots

Dans le chapitre « La vie privée d'un homme d'affaires polygame »  : […] Le Jin Ping Mei se greffe sur un épisode du Shui hu zhuan ( Au bord de l'eau ), le fameux roman populaire qui chante les exploits d'une bande de hors-la-loi. Wu Song, qui vient de tuer à poings nus un tigre, rejoint son frère, avorton incapable de satisfaire sa jeune et jolie épouse, Lotus d'Or. Repoussée par son loyal beau-frère, elle se donne à Ximen Qing, apothicaire amateur de femmes, tyrannea […] Lire la suite

ROMAN - Genèse du roman

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 5 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genèse des romans de l'Asie »  : […] Pour peu qu'on étudie les romans de l'Asie, la situation se complique à merveille. Outre le kathâ , narration suivie, faite par le héros, et obligatoirement rétrospective, la littérature sanskrite connaissait le grand récit, bṛhatkathâ , qui mêle aux thèmes épiques des aventures amoureuses ; matériau qui se traite aussi selon les normes lyrique du kâvya . Vers les vi e - vii e  siècles, Daṇḍin, p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert RUHLMANN, « SHUI HU ZHUAN [CHOUEI HOU TCHOUAN] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/shui-hu-zhuan-chouei-hou-tchouan/