SHANG [CHANG] ou YIN LES (env. 1450-env. 1050 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grâce aux très nombreuses découvertes archéologiques faites dans la région des cours moyen et inférieur du fleuve Jaune (Huanghe), la dynastie Shang apparaît, en l’état de nos connaissances, comme la première grande puissance politique à s’être développée en Asie orientale. La période couverte (env. xvie siècle-1050 av. J.-C.) correspond aux phases initiale et moyenne de l’Âge du bronze en Chine et à l’avènement d’une civilisation dont l’influence s’est exercée jusque dans le bassin du fleuve Bleu (Yangzijiang) et jusqu’au nord de la région de Pékin. Réservé à une toute petite élite, le bronze est dans les différents usages qu’on en fit alors l'indicateur par excellence d'une société très stratifiée.

D’après le Shiji (« Mémoires historiques ») de Sima Qian (140-87 av. J.-C.), la dynastie Shang compta trente rois à partir de son fondateur, Tang, dit le « Victorieux » (dates inconnues, xvie siècle av. J.-C.). Elle aurait succédé à la dynastie Xia dont le nom est cependant mentionné dans des textes trop postérieurs pour certifier son existence. Deux écoles s’affrontent sur ce point : les savants chinois considèrent que la première dynastie est celle des Xia, mais sans pour autant être d’accord sur la localisation de leur territoire, tandis que pour la majorité des savants occidentaux l’existence des Xia reste légendaire en l’absence de preuves matérielles et de sources écrites apportées par l’archéologie.

La préface du Shangshu ou Shujing (« Les documents ») et le Shiji, entre autres textes, mentionnent plusieurs changements de capitale et livrent huit noms de villes avant la fondation dynastique jusqu’au règne de Tang, puis sept, le dernier nom étant celui de Yin (Yinxu, « les ruines de Yin », est le nom du site donné par les lettrés et repris par les archéologues. Yin a fini par désigner la dynastie Shang même), près d’Anyang dans le nord du Henan. Ces informations sont médiocres en regard des connaissances qu’ont apportées les fouilles des sites Shang dispersés dans toute la Chine centrale, et des sites contemporains répartis dans [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études, section des sciences historiques et philologiques, correspondant de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  SHANG [ CHANG ] ou YIN LES (env. 1450-env. 1050 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ANYANG, CAPITALE DES SHANG

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 222 mots
  •  • 1 média

Située dans le nord de la province du Henan en Chine, la dernière capitale des Shang (env. —  xvi e  s.-— 1050) fut créée au cours de la seconde moitié du xiii e  siècle avant notre ère. Près d'Anyang se trouvent disséminés de très nombreux vestiges, essentiellement funéraires, en particulier les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anyang-capitale-des-shang/#i_21922

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les Shang (ou Yin) »  : […] Ce que nous savons de la civilisation du Bronze nous est connu dans la seconde moitié du II e  millénaire par des traditions écrites postérieures (fragments de légendes et de scénarios de danses rituelles, liste des souverains, etc.) et surtout par les fouilles de sites Shang commencées en 1927 et reprises en 1950. Le site principal, celui de la dernière capitale, occupé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_21922

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 067 mots
  •  • 2 médias

Les fondements de la pensée chinoise traditionnelle nous sont connus essentiellement par des textes qui furent rédigés pour la plupart à l'époque dite des philosophes (en histoire : l'époque des Royaumes combattants, v e - iii e  s. av. J.-C.). Il est cependant certain que nombre de concepts remon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-symbolisme-traditionnel-et-religions-populaires/#i_21922

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Poteries et grès des premières dynasties »  : […] La céramique fait son apparition en Chine à la fin de l'époque néolithique, entre 5000 et 2000 environ avant J.-C. Outre une poterie grise d'usage, on y distingue : – a ) dans le bassin moyen du Huanghe et s'étendant ensuite au Gansu, la poterie rouge à ample décor peint de la culture de Yangshao – plusieurs villages, dont Banpo découvert en 1953 près de Xi'an au Shaanxi, fon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_21922

Pour citer l’article

Alain THOTE, « SHANG [CHANG] ou YIN LES (env. 1450-env. 1050 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/shang-yin/