SERVICE DU TRAVAIL OBLIGATOIRE (S.T.O.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est en 1942-1943 que le Service du travail obligatoire (S.T.O.) a été organisé par une série de lois promulguées par le gouvernement de Vichy, à la demande des autorités allemandes. Dès 1941, la propagande allemande s'est efforcée d'attirer en Allemagne les travailleurs français, dont beaucoup étaient privés d'emploi. Au début de 1942, environ 60 000 volontaires français y travaillent ; la stabilisation du front germano-soviétique accroît sensiblement les besoins de main-d'œuvre du Reich : aussi, le 20 mars 1942, Fritz Sauckel est-il nommé « plénipotentiaire au recrutement et à l'emploi de la main-d'œuvre ». Lorsque Pierre Laval revient à la tête du gouvernement, le 18 avril 1942, il est aussitôt confronté à l'exigence de Sauckel qui réclame 350 000 ouvriers. Le 6 juin 1942 intervient un compromis : la France fournira 150 000 ouvriers en échange de 50 000 prisonniers de guerre, rendus à leur foyer. C'est la « Relève ». Une grande pompe entoure, le 11 août, à Compiègne, l'arrivée du premier train de prisonniers : environ 1 200 agriculteurs qui resteront les seuls bénéficiaires de la Relève car, en dépit de la propagande et des avantages accordés aux volontaires (salaires élevés, prime de séparation), fin 1942, il n'est parti que 240 000 ouvriers, parmi lesquels 135 000 spécialistes ; Sauckel refuse d'appliquer l'accord du 6 juin. Par une loi du 16 février 1943, Laval doit accepter de créer le Service du travail obligatoire pour les jeunes gens nés en 1920, en 1921 et en 1922. Des sanctions sont prévues pour les réfractaires. Beaucoup d'entre eux préféreront rejoindre les maquis plutôt que de partir pour l'Allemagne. Les exigences allemandes se font plus sévères : Sauckel réclame un million de travailleurs et la loi du 1er février 1944 stipule que toutes les femmes sans enfants de dix-huit à quarante-cinq ans et tous les hommes de seize à soixante ans peuvent être envoyés en Allemagne si le maintien dans leur emploi n'est pas indispensable [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences politiques, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  SERVICE DU TRAVAIL OBLIGATOIRE (S.T.O.)  » est également traité dans :

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 042 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  L'engrenage de la guerre »  : […] Les bombardements qui frappent les villes à partir du printemps de 1942, les raids alliés sur Saint-Nazaire et Dieppe (avril et août) signalent le retour de la guerre sur le sol de France. Au même moment, les jeunes Alsaciens, déjà soumis au travail « volontaire », sont incorporés de force dans la Wehrmacht (les « malgré nous »). Dans le reste du p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_43052

OCCUPATION ALLEMANDE

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 738 mots
  •  • 4 médias

Les Allemands qui occupèrent les trois quarts de l'Europe, avant et pendant la Seconde Guerre mondiale , se comportèrent de manière très différente selon les cas. C'est ainsi que l'Autriche, les Sudètes, certaines parties de la Pologne, les territoires d'Alsace et de Moselle furent purement et simplement annexés. La Bohême et la Moravie devinrent u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-allemande/#i_43052

TROISIÈME REICH (1933-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert BADIA
  •  • 9 940 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Munich »  : […] Encouragé par ce succès, Hitler ne tarda pas à s'en prendre à la Tchécoslovaquie. Le 30 mai 1938, une instruction secrète à la Wehrmacht prévoyait « le démembrement de ce pays dans un proche avenir par une action militaire ». Le prétexte fut fourni par l'agitation de la minorité sudète. L'Angleterre ayant conseillé à Prague de faire droit aux reve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-reich/#i_43052

VICHY RÉGIME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AZÉMA
  •  • 6 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La coupure de novembre 1942 et les pièges de la collaboration d'État »  : […] Bon gré mal gré, le régime de Vichy se vit contraint de cohabiter, vivre, négocier avec un occupant. Tout en bénéficiant d'un statut quasi unique dans l'Europe occupée, puisque la souveraineté française était maintenue sur une fraction du pays alors que celui-ci avait été vaincu, le régime de Vichy allait se retrouver, pour le grand malheur des Fra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regime-de-vichy/#i_43052

Pour citer l’article

Guy ROSSI-LANDI, « SERVICE DU TRAVAIL OBLIGATOIRE (S.T.O.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/service-du-travail-obligatoire/