EISENSTEIN SERGE MIKHAÏLOVITCH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théâtre de l'histoire

Son premier film sort en février 1925 : c'est La Grève, dont le héros est le peuple, les personnages, les ouvriers et leurs oppresseurs, mouchards et bourreaux. Il exprime la violence de l'éruption révolutionnaire et celle de la répression. La dominante sadique, présente dans toute son œuvre, ne l'est jamais plus qu'ici, en particulier dans le final, avec ses enfants tués et ses victimes massacrées, que le montage compare à des bœufs à l'abattoir. Elle indique peut-être que son intérêt, plus qu'à la politique, va au théâtre de l'histoire. Ce désir ne sera que trop comblé dans les années à venir, où la politique deviendra rituel. La Grève lui vaut en effet la commande d'une œuvre commémorant la révolution de 1905. C'est Le Cuirassé Potemkine, qui sort à la fin de la même année. Réalisé rapidement et dans l'improvisation pour respecter les délais de l'anniversaire, le film exprime ce sentiment d'urgence. Sa conception plastique porte la marque d'une culture picturale très sûre, ainsi qu'un sens de la lumière naturelle : Eisenstein a trouvé en l'opérateur Edouard Tissé un collaborateur indispensable. Par la mise en scène comme par le montage, il crée un mouvement constant entre les individus – nettement dessinés comme des « types », et non des entités psychologiques – et les masses, foule ou entité répressive des soldats. Il construit le drame en actes nettement distincts. La progression dramatique emporte l'adhésion émotionnelle : le film connaît un immense succès dans le monde entier et bouleverse bien des vies.

Eisenstein tourne ensuite un film sur la collectivisation des terres, La Ligne générale, dont il lui faut suspendre la réalisation pour une autre œuvrecommémorative : Octobre, qui sort en mars 1928. La lecture de l'Ulysse de Joyce le pousse à développer ses idées théoriques sur un cinéma intellectuel capable de porter à l'écran les concepts. Il envisage sérieusement un film tiré du Capital de Marx. Mais après l'achèvement de La Ligne générale, bouleversée par le changement de la politique agricole au moment du premier plan quinquennal et rebaptisée L'Ancien et le nouveau à sa sortie (1929), Staline l'envoie à l'étranger pour étudier les possibilités du cinéma sonore. Eisenstein passe plus de deux ans en Allemagne et en France, puis aux États-Unis, où ses projets hollywoodiens échouent. Il tourne pour un producteur privé Que viva Mexico, qui reste inachevé et dont le montage lui sera refusé jusqu'à sa mort.

À son retour en U.R.S.S., en 1932, Eisenstein trouve le pays complètement changé par le pouvoir stalinien. Isolé, abandonné et trahi par son coréalisateur Grigori Alexandrov, ses amis dispersés, ses divers projets rejetés, il s'investit dans l'enseignement. C'est sous la pression officielle qu'il est amené à se remettre à la réalisation. En 1935, il commence la réalisation du Pré de Béjine, dont le tournage est interrompu, repris avec un autre scénariste (Isaac Babel) et une autre distribution, puis définitivement interrompu en mars 1937. Eisenstein se livre à une autocritique publique, et échappe de peu à l'arrestation. Il entreprend alors un film officiel, la biographie d'une grande figure de l'histoire russe : Alexandre Nevsky (1938). C'est sa réhabilitation de cinéaste. Après le pacte germano-soviétique, il met en scène La Walkyrie au Bolchoi, retrouvant dans Wagner, au-delà des accents germaniques, son projet d'une œuvre d'art totale. En 1941, lors de l'invasion allemande, les studios de Moscou sont transférés à Alma-Ata, au Kazakhstan. C'est là qu'il travaille pendant trois ans à Ivan le terrible, « film somme », réflexion sur l'histoire, le pouvoir et le rituel. Il ne peut tourner que deux des trois parties prévues. La première (sortie au début de 1945) remporte le même succès officiel qu'Alexandre Nevsky. Terminée après la guerre, lorsque s'affirme le durcissement du régime, avec les premiers signes de la campagne contre le cosmopolitisme et de la politique culturelle jdanovienne, la seconde partie (terminée en 1946) est interdite et ne pourra sortir qu'en 1958. Frappé d'une crise cardiaque, Eisenstein passe les deux dernières années de sa vie à déployer une énorme activité d'écriture. Il meurt en février 1948.

Ivan le Terrible, S. M. Eisenstein

Photographie : Ivan le Terrible, S. M. Eisenstein

Comme beaucoup d’œuvres de S. M. Eisenstein, Ivan le terrible (1943-1946) connaîtra une existence contrariée. La première partie du film sort en 1945, la seconde, dont les ultimes séquences sont en couleur, n’est diffusée qu’en 1958. Dans cette grandiose réflexion sur le pouvoir,... 

Crédits : Sovfoto/ Universal Images Group/ Getty Images

Afficher

Sa filmographie compte six films achevés et deux fragments. Les projets de films disparaissent avec lui, mais il laisse de nombreux dessins et surtout une masse d'écrits, de notes et matériaux, de plans de livres : La Non-Indifférente Nature, La Mise en scène, Méthode... [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Eisenstein

Eisenstein
Crédits : Hulton Getty

photographie

Ivan le Terrible, S. M. Eisenstein

Ivan le Terrible, S. M. Eisenstein
Crédits : Sovfoto/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  EISENSTEIN SERGE MIKHAÏLOVITCH (1898-1948)  » est également traité dans :

EISENSTEIN SERGE MIKHAÏLOVITCH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 243 mots

23 janvier 1898 Serge Mikhaïlovitch Eisenstein naît à Riga en Lettonie, d'un père d'origine juive, ingénieur-architecte de la ville, et d'une mère slave.1906 Eisenstein découvre à Paris le cinéma et le musée Grévin.1915-1917 Après d'excellentes études secondaire […] Lire la suite

LE CUIRASSÉ POTEMKINE (S. M. Eisenstein), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 192 mots
  •  • 1 média

Second film d'un jeune cinéaste de vingt-sept ans, S. M. Eisenstein (1898-1948) Le Cuirassé Potemkine a été classé à de nombreuses reprises « meilleur film du monde » par des jurys de cinéastes, historiens et critiques. En 1925, il vient surtout confirmer qu'un art nouveau est né, dans le droit fil de la révolution d'Octobre, qui ne doit rien à la subjectivité romanesque, à la […] Lire la suite

LE CUIRASSÉ "POTEMKINE", film de Serge Mikhailovitch Eisenstein

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 913 mots
  •  • 1 média

Conscients de la force du cinéma comme instrument de propagande, les premiers dirigeants soviétiques avaient favorisé l'accès à la réalisation de jeunes réalisateurs acquis à la révolution, et formellement innovants. C'est en mars 1925 que la firme d'État Goskino lança la production d'une série de films pour célébrer l'anniversaire de la révolution de 1905, et la confia au réalisateur d'un film co […] Lire la suite

ALEXANDROV GRIGORI VASSILIEVITCH (1903-1986)

  • Écrit par 
  • Victor BACHY
  •  • 442 mots

Scénariste et réalisateur soviétique, Alexandrov exerça d'abord divers métiers secondaires au théâtre, avant de suivre quelques cours et de débuter comme acteur au théâtre du Proletkult de Moscou où il rencontre S. M. Eisenstein dont il devient le collaborateur (1923-1933). Acteur dans Le Journal de Gloumov (1923), corédacteur du scénario, assistant du metteur en scène et acteur (le contremaître) […] Lire la suite

CARASCO RAYMONDE (1939-2009)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 987 mots

Née en 1939 à Carcassonne, la cinéaste Raymonde Carasco entreprend, au milieu des années 1970, une recherche sur la pensée-cinéma, « concept » hérité d'Eisenstein et que l'on retrouve, entre autres, dans les écrits de Gilles Deleuze et les œuvres de Jean-Luc Godard. Le tronc central de sa filmographie est constitué d'une quinzaine de films sur la culture des Indiens Tarahumaras (1978-2003), mise e […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Les grands Soviétiques après 1930 »  : […] À l'avènement du parlant, comment allaient réagir les grands cinéastes soviétiques, eux qui avaient fait du cinéma muet un authentique moyen d'expression ? Il est frappant de voir que leur attitude fut à la fois réactionnaire, lucide et constructive. Dès 1930, Eisenstein, Poudovkine et Alexandrov publient un manifeste devenu célèbre, où ils prennent position : « Le film sonore, écrivent-ils, est […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

  • Écrit par 
  • Youssef ISHAGHPOUR
  •  • 5 375 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Puissances du montage (l'école soviétique) »  : […] « Béla oublie les ciseaux », reproche Eisenstein à Balázs. Cette phrase définit assez l'orientation des théoriciens-cinéastes soviétiques, qui tiennent le montage pour l'essence du cinéma et lui donnent chacun un sens selon leur pratique, liée à la recherche et à l'enseignement. Lev Koulechev (1899-1970) va démontrer, expérimentalement, la puissance du montage en collant le même gros plan d'un […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Montage

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 666 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'avant-garde soviétique »  : […] Les cinéastes soviétiques des années 1920 vont également faire du montage le centre de leurs préoccupations. En montant un même gros plan d'acteur face à des images différentes, Lev Koulechov démontre que le spectateur produit lui-même les liaisons entre les images et les sentiments qui en découlent. Une série de plans empruntés à des lieux ou à des corps différents montés ensemble donnent l'illu […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 076 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme expérimentation »  : […] Liée à un sujet, l'expérience fait d'abord problème parce que la subjectivité qui est censée l'éprouver risque d'être labile, de se dérober et de faire défaut. C'est ce que révèle déjà l'étymologie allemande : Erfährung contient le verbe fahren , « voyager ». Ainsi que l'a formulé le musicologue Carl Dahlhaus, s'il est normal que l'interprète désireux d'émouvoir son public soit lui-même ému (ce […] Lire la suite

FLASH-BACK, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 236 mots

Figure narrative permettant, dans le cours d'un récit cinématographique, de traduire le retour en arrière ou le rappel d'un événement passé. Le terme français maintenant recommandé est « retour en arrière ». Les moyens utilisés dans ce but sont assez variés. Le cinéma muet se contentait d'un intertitre indiquant, par exemple, « Six mois avant » ; le procédé le plus classique est le fondu, ou l'une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard EISENSCHITZ, « EISENSTEIN SERGE MIKHAÏLOVITCH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-mikhailovitch-eisenstein/