GOLOVINE SERGE (1924-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Danseur étoile des Ballets du marquis de Cuevas, célèbre pour son élévation, sa légèreté d'elfe et sa distinction naturelle.

Né en 1924 à Monte-Carlo, d'une mère bretonne et d'un père russe descendant du peintre Alexandre Golovine (décorateur des Ballets russes de Serge de Diaghilev), Golovine se destine dès son enfance à la danse. Il travaille d'abord avec Julia Sedova, ancienne étoile du théâtre Marinski de Saint-Pétersbourg émigrée à Nice, puis avec Gustave Ricaux, professeur à l'École de danse de l'Opéra de Paris, mais aussi avec Carlotta Zambelli, Olga Preobrajenska et Alexandre Volinine, de prestigieux professeurs installés à Paris.

En 1941, il entre dans les rangs du Ballet de l'Opéra de Monte-Carlo où sa sœur, Solange, est déjà engagée. Il a tout juste dix-sept ans : cinq ans plus tard, il sera étoile. Pourtant, Golovine n'a qu'un rêve en tête : l'Opéra de Paris. Il accepte d'y entrer en 1947 comme second quadrille, le plus modeste rang de la hiérarchie. Trois ans plus tard, il est grand sujet, mais il lui répugne d'attendre plus longtemps un titre d'étoile qu'il estime mériter amplement. Le marquis de Cuevas l'engage alors avec le titre d'étoile. Une journaliste n'hésite pas à parler à l'époque d'un certain Golovine, « jeune frère jumeau de Nijinski ». En 1951, il crée Tarasiana avec Rosella Hightower sur une musique de John Taras et devient la coqueluche du public. En 1953 a lieu la première de Piège de lumière, toujours de Taras et toujours avec Hightower. Golovine s'illustre aussi dans Le Spectre de la rose et Petrouchka, deux des rôles qui contribuèrent à la gloire de Nijinski et qu'il marque d'une empreinte toute personnelle. Golovine restera fidèle à la compagnie jusqu'à sa dissolution en 1962, après la mort du mécène. En 1961, Rudolf Noureev, passé à l'Ouest après sa tumultueuse évasion au Bourget, signe son premier contrat avec les Balle [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Claude DIÉNIS, « GOLOVINE SERGE - (1924-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-golovine/