GAINSBOURG SERGE (1928-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Aux armes et cætera »

Au cours des années 1980, Gainsbourg devint son propre mythographe, sous le nom de « Gainsbarre ». Ce sont alors les films publicitaires ou de fiction comme Équateur (1983), Charlotte for ever (1986), Stan the Flasher (1989) qu'annonçait déjà Je t'aime, moi non plus (1975), et un « look » savamment inspiré d'artistes ou d'intellectuels américains comme Tom Waits ou Bukowski : silhouette d'aristocrate-clochard – barbe de huit jours, lunettes noires, fumée de gitanes –, qui dissimule, pour qu'on les imagine mieux, un visage et une âme tourmentés par le mal de vivre, le tabac et les litres de pastis. De façon plus appuyée, les chansons proclament un pansexualisme obsédant et brutal (Love on the Beat), où se croisent les fantasmes et les simulacres de l'inceste, de la sodomie, du sadomasochisme. L'humour et la dérision, tout comme le génie de l'adaptation, n'ont rien perdu de leur vivacité : La Marseillaise dans sa version « jamaïcaine » (Aux armes et cætera), Vieille Canaille (You Rascal you), Mon Légionnaire sont des chefs-d'œuvre de la chanson, où des textes anciens sont détournés de leur sens dès qu'on les traduit dans les sonorités cosmopolites de notre temps.

Serge Gainsbourg et Jane Birkin

Photographie : Serge Gainsbourg et Jane Birkin

Le Français Serge Gainsbourg (1928-1991), auteur-compositeur-interprète, et l'actrice et chanteuse britannique Jane Birkin, en 1969. 

Crédits : Reg Lancaster/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Il y a eu chez Serge Gainsbourg une authentique rencontre avec un public, le paradoxe étant qu'il ait été idolâtré – dans les années 1980, surtout – par des gens qui avaient vingt ou trente ans de moins que lui. Par son désintérêt pour toutes les formes de l'engagement, son dandysme et son goût de la bohème hérités du xixe siècle – qui l'éloignent également du salarié abruti et de l'épais philistin –, par son individualisme mégalomaniaque de don Juan dont la seule éthique est d'obéir aux battements de son sexe et de défier la mort, sa seule maîtresse, Serge Gainsbourg a su bel et bien devenir un personnage emblématique. Mais emblématique de quoi ?

Au milieu des années 1970 s'est produit dans la société française un séisme d'une gravité dont les historiens des mentalités diront plus tard l'amplitude : abandon des idéologies syncrétiques de 1968 (contestataires, utopiques, festives), repli sur les valeurs de l'argent et du divertissement, dégoût marqué pour la référence au politique bavard. Serge Gainsbourg a pu incarner, à travers un personnage excessif et caricatural que le ridicule a parfois failli rattraper, une attitude dans un monde désenchanté, en écho à l'adjuration baudelairienne : « Je dois créer un poncif. » Comme si le spleen et l'inclination pour la transgression, traduits dans les termes de la modernité de la seconde moitié du xxe siècle (rock, musique africaine, reggae, verbe éclaté de la publicité et des médias contemporains...) étaient la réponse désespérée mais digne, parce qu'esthétique, à un monde terrifiant et terrifié qui a perdu ses valeurs. À la fois chanteur et figure médiatique, Gainsbourg réalise alors une forme moderne de la solitude urbaine, celle où l'égo, coupé de tout et peut-être aussi de lui-même (réécoutons L'Homme à tête de chou, le plus beau de ses concepts-albums, qui raconte un amour fou, tragique et dérisoire), s'abîme dans le culte superlatif du désir sexuel et s'abandonne au flirt avec la mort. Luxe, calme et volupté, pour tuer l'ennui qui ronge le monde, quand les médiocres s'agitent autour de soi. Puisqu'on est seul et lucide, que changer le monde serait le rendre pire ou se montrer naïf, mieux vaut chercher au fond du gouffre du nouveau, dans l'érotomanie éthylique et tabagique ou la provocation amplifiée par les salles de concert et l'écran de télévision. Mais le génie de ce faux prince dostoïevskien est d'avoir incarné l'ambiguïté en tout : l'exhibitionnisme de son autodestruction n'a pas empêché qu'il en meure, la mise en garde adressée aux « enfants de la chance » contre les drogues est aussi le constat désespéré qu'elles sont peut-être la seule image possible du bonheur, les bras d'honneur inachevés et les poses de mâle pervers accompagnent le plus terrible des aveux : « L'amour physique est sans issue. »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GAINSBOURG SERGE (1928-1991)  » est également traité dans :

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années 1960 : la « nouvelle vague » des chefs d’orchestre-arrangeurs »  : […] Durant cette décennie et la suivante, les chefs d’orchestre-arrangeurs ont le loisir de diriger de grandes formations, les moyens alloués par les labels de disques n’étant alors que rarement limités. Les musiciens des séances d’enregistrement sont recrutés parmi les meilleurs de leurs disciplines respectives, notamment pour la rythmique, et sont les garants de la qualité musicale des accompagneme […] Lire la suite

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 012 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'essor des « marginaux » »  : […] Claude Nougaro (1929-2004) sort du lot, qui doit composer avec les yéyés pour faire passer sa différence : faire de la poésie avec un accent toulousain, c'était courageux ! Et c'est après Mai-68 que vont apparaître, très mal vus au début, des marginaux qui finiront par prendre le pouvoir : Bernard Lavilliers (né en 1946), Jacques Higelin (1940-2018), Brigitte Fontaine (née en 1940) – qui se doute […] Lire la suite

GALL FRANCE (1947-2018)

  • Écrit par 
  • Véronique MORTAIGNE
  •  • 1 085 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « poupée des yé-yé » »  : […] Née le 9 octobre 1947 à Paris, Isabelle Gall – son prénom France sera choisi par le producteur de sa maison de disques en 1963 – a grandi dans une famille de musiciens. Son père, Robert, chante dans des cabarets, écrit pour d'autres – Luis Mariano, Tino Rossi, André Claveau, Édith Piaf, Charles Aznavour (notamment « La Mamma »). Sa mère est la fille de Paul Berthier, cofondateur des Petits Chanteu […] Lire la suite

JEANMAIRE RENÉE dite ZIZI (1924-2020)

  • Écrit par 
  • Ariane DOLLFUS
  •  • 1 304 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps des revues  »  : […] Sa première grande revue, où elle danse et chante au Théâtre de Paris en 1956, marque aussi les débuts discographiques de Zizi Jeanmaire, dans une production de Jacques Canetti. Ce dernier supervise les concerts et les revues qu’elle donne dès 1957 à l'Alhambra, grande salle de music-hall parisienne. Avec une tessiture vocale et un esprit proches de Mistinguett, Zizi Jeanmaire fait appel à de jeu […] Lire la suite

KARINA ANNA (1940-2019)

  • Écrit par 
  • Jacques KERMABON
  •  • 751 mots
  •  • 2 médias

Icône de la nouvelle vague, Hanne Karin Bayer est née à Solbjerg, au Danemark, le 22 septembre 1940. Elle a souvent raconté ses parents séparés dès son plus jeune âge, son enfance auprès de ses grands-parents, le retour chez sa mère à la mort de sa grand-mère, les relations difficiles avec son deuxième beau-père, sa passion pour le cinéma, son rêve de devenir comédienne, enfin ses fugues à l’adol […] Lire la suite

MARSEILLAISE LA

  • Écrit par 
  • Guillaume MAZEAU
  •  • 2 973 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un chant à la fois rassembleur et clivant »  : […] Pourtant, derrière le consensus de façade, les divisions persistent. La polysémie de La   Marseillaise permet à beaucoup de s’y reconnaître, mais elle masque de profondes différences d’interprétation et de cultures politiques. Dans la seconde moitié du xx e  siècle, ces différences se creusent et se complexifient, en particulier en raison des crises coloniales et postcoloniales. Séduite par les ac […] Lire la suite

POP ET ROCK

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 258 mots

Dans le chapitre « Avatars de la pop music »  : […] Michel Polnareff ( Âme Câline ) et Serge Gainsbourg ( L'Histoire de Melody Nelson , 1971) arriveront ponctuellement à transcender le genre en français. En Grande-Bretagne, la tendance glam* rock s'impose avec des groupes comme T. Rex ou Roxy Music et avec le chanteur Gary Glitter. L'exemple d'Elton John est typique d'un artiste doué pour les mélodies ( Rocket Man ) et les arrangements travaillés […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « GAINSBOURG SERGE - (1928-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-gainsbourg/