SERER ET WOLOF

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Droit foncier

Chez un peuple aussi absorbé par le souci de la terre que l'étaient les Serer, les droits fonciers étaient bien définis. En dépit de son caractère laïc et à cause de son caractère royal, le bur attribuait des « lamanats » à de riches paysans qui devenaient ainsi ses alliés et lui devaient une redevance en têtes de bétail. En général, l'investiture se faisait selon le droit du feu : on allumait un feu de brousse et toute la surface brûlée constituait le domaine du nouveau lamane. Dans quelques cas rares, on avait recours au droit du sabot qui était supérieur à celui du feu : ce privilège était accordé à un proche parent du roi ou à un favori particulièrement bien en cour. À ce privilégié revenait la surface de terre qu'il avait pu circonscrire à cheval en un temps donné.

Le lamanat se transmettait matrilinéairement : à l'aîné des neveux maternels du lamane. Considéré comme un bien collectif et non individuel, le domaine n'était jamais partagé. Sur son domaine, le lamane concédait à d'autres paysans libres, le plus souvent chefs de famille, le droit de défricher, ou droit de la hache. Le bénéficiaire de ce droit, ou maître de la hache, pouvait prêter un terrain à des paysans sans terres. À ces différents niveaux d'octroi de droits fonciers, la parenté jouait un rôle essentiel : on prêtait de préférence à des proches parents en qui on avait confiance.

Dans le régime foncier, un rôle essentiel était joué par le kaïnak. Fonctionnaire à charge héréditaire, le kaïnak était à la fois généalogiste, notaire et gardien d'un cadastre oral. Ayant la confiance du lamane, il intervenait dans tous les litiges, aussi bien entre lamane et maîtres de la hache qu'entre maîtres de la hache et paysans bénéficiaires d'un prêt foncier. Sachant qui avait reçu les terres et de qui, il était à même de trancher les éventuels différends entre les descendants des deux parties. Il portait à la connaissance de tous les limites de chaque champ ; il pouvait être consulté à tout moment sur les droits fonciers de chaque individu.

Bien collectif, la terre était inaliénable. Le lamane, le ma [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SERER ET WOLOF  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Milieux et sociétés rurales »  : […] Les milieux de savanes de la zone soudanienne correspondent à l'Afrique des mils : la « boule » constitue la base des repas enrichis de « sauces » à la viande ou au poisson, le sorgho est en partie destiné à la fabrication de la bière ou dolo . Cette partie du continent peut se définir comme « l'Afrique des greniers » : dans les villages, les nombreux greniers se signalent par leur construction […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le groupe atlantique occidental »  : […] Il rassemble toutes les langues de l'extrême Ouest africain : au Sénégal, le wolof, les parlers sérer, le diola et toutes les langues des minorités de Guinée-Bissau, de Guinée et Sierra Leone . Tous les auteurs sont d'accord pour y joindre le peul. À vrai dire, ce groupe est plutôt géographique que génétique. Aucune étude d'ensemble n'a été entreprise ; seuls le badiaranké, le bedik, le diola, le […] Lire la suite

NAISSANCE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 652 mots

Dans le chapitre « L'accouchement et les rituels consécutifs à la naissance »  : […] Les difficultés accompagnant l'accouchement constituent un thème fréquent dans les discours relatifs à la naissance. Elles sont à la fois évoquées comme une hantise et envisagées comme la sanction de conduites prohibées par l'organisation sociale. Interprétées rétrospectivement, par l'intermédiaire d'un devin par exemple, elles sont le plus souvent imputées à des conduites antérieures de la mère […] Lire la suite

OUOLOF ou WOLOF ROYAUME

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 348 mots

Fondé au xiii e siècle, le royaume ouolof se subdivise en quatre régions : Oualo, Cayor, Baol et Dyolof, unies sous la domination de la dernière d'entre elles du xiv e au xvi e siècle. Durant cette période, l'État dyolof aurait même exercé son autorité sur le Sine, le Saloum et une partie du Bambouk. Les Ouolof occupent la région située entre la presqu'île du Cap-Vert et le fleuve Sénégal. Isla […] Lire la suite

SÉNÉGAL

  • Écrit par 
  • François BOST, 
  • Vincent FOUCHER
  •  • 10 065 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une population en croissance rapide »  : […] Fort de plus de 14 millions d'habitants en 2010, le Sénégal enregistre une augmentation rapide de sa population (2,6 p. 100 par an en moyenne). Son taux de fécondité demeure l'un des plus élevés d'Afrique subsaharienne (4,8 enfants/femme), ce qui explique la grande jeunesse de sa population (42 p. 100 des habitants ont moins de quinze ans, contre 3 p. 100 de plus de soixante-cinq ans en 2010) et […] Lire la suite

TOUCOULEUR

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 335 mots

Le mot « Tekrour » utilisé par les écrivains arabes est sans doute à l'origine du nom de Toucouleur. Il semble que l'on puisse dater du ix e siècle l'apparition de la première dynastie toucouleur. La société toucouleur a été très tôt caractérisée par une stricte orthodoxie islamique et par une stratification sociale rigide. On distingue notamment : les Torobé, « hommes de la prière », constituant […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « SERER ET WOLOF », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/serer-et-wolof/