SERER ET WOLOF

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Organisation sociale et politique

La société traditionnelle wolof comprenait trois strates hiérarchisées. La classe supérieure est celle des hommes libres (diambour). Elle englobe la noblesse (garmi), les paysans libres (badolo), les marabouts (sérigne). La noblesse est composée des lignages royaux, des familles de dignitaires (chefs de province et cadres militaires). La seconde strate est celle des artisans à spécialisation héréditaire : griots (gewel), tambourineurs, forgerons et orfèvres, cordonniers, tisserands, travailleurs du bois à la vie itinérante. Les esclaves constituent le troisième niveau de la société wolof. Ils sont soit esclaves domestiques (ou captifs de « case »), soit esclaves de la couronne. Les premiers mènent une vie semblable à celle de leurs maîtres, les seconds sont des guerriers (tiedo) qui vivent de butin et de pillage et se confondent, aux yeux des paysans, avec l'aristocratie dont ils servent les intérêts. Ils avaient un chef, à la fois dignitaire et esclave. La croyance dans le fait que la trahison de ce chef devait entraîner la perte du royaume est un indice de l'importance de ces esclaves guerriers.

Ces strates sociales peuvent être dites castes, car elles étaient endogames et fermées. De l'une à l'autre il n'y avait pas de passage possible. Le roi lui-même ne pouvait anoblir un homme né à un niveau social inférieur. Le statut de descendant d'esclave s'est maintenu jusqu'à nos jours et l'endogamie des castes (qui ont toutefois tendance à disparaître) a été renforcée par l'islam.

Pendant longtemps les marabouts ont constitué le seul groupe social lettré. Savoir lire et écrire leur conférait grand prestige auprès de l'aristocratie animiste. Des terres leur étaient octroyées par celle-ci. Ils défendaient habituellement les paysans contre les exactions des guerriers-esclaves. Cette attitude protectrice prépara la voie à l'islamisation de toute la population.

En pays serer, une stratification analogue existait au Sine et au Saloum. La noblesse ne comprenait [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  SERER ET WOLOF  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Milieux et sociétés rurales »  : […] Les milieux de savanes de la zone soudanienne correspondent à l'Afrique des mils : la « boule » constitue la base des repas enrichis de « sauces » à la viande ou au poisson, le sorgho est en partie destiné à la fabrication de la bière ou dolo . Cette partie du continent peut se définir comme « l'Afrique des greniers » : dans les villages, les nombreux greniers se signalent par leur construction […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le groupe atlantique occidental »  : […] Il rassemble toutes les langues de l'extrême Ouest africain : au Sénégal, le wolof, les parlers sérer, le diola et toutes les langues des minorités de Guinée-Bissau, de Guinée et Sierra Leone . Tous les auteurs sont d'accord pour y joindre le peul. À vrai dire, ce groupe est plutôt géographique que génétique. Aucune étude d'ensemble n'a été entreprise ; seuls le badiaranké, le bedik, le diola, le […] Lire la suite

NAISSANCE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 652 mots

Dans le chapitre « L'accouchement et les rituels consécutifs à la naissance »  : […] Les difficultés accompagnant l'accouchement constituent un thème fréquent dans les discours relatifs à la naissance. Elles sont à la fois évoquées comme une hantise et envisagées comme la sanction de conduites prohibées par l'organisation sociale. Interprétées rétrospectivement, par l'intermédiaire d'un devin par exemple, elles sont le plus souvent imputées à des conduites antérieures de la mère […] Lire la suite

OUOLOF ou WOLOF ROYAUME

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 348 mots

Fondé au xiii e siècle, le royaume ouolof se subdivise en quatre régions : Oualo, Cayor, Baol et Dyolof, unies sous la domination de la dernière d'entre elles du xiv e au xvi e siècle. Durant cette période, l'État dyolof aurait même exercé son autorité sur le Sine, le Saloum et une partie du Bambouk. Les Ouolof occupent la région située entre la presqu'île du Cap-Vert et le fleuve Sénégal. Isla […] Lire la suite

SÉNÉGAL

  • Écrit par 
  • François BOST, 
  • Vincent FOUCHER
  •  • 10 065 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une population en croissance rapide »  : […] Fort de plus de 14 millions d'habitants en 2010, le Sénégal enregistre une augmentation rapide de sa population (2,6 p. 100 par an en moyenne). Son taux de fécondité demeure l'un des plus élevés d'Afrique subsaharienne (4,8 enfants/femme), ce qui explique la grande jeunesse de sa population (42 p. 100 des habitants ont moins de quinze ans, contre 3 p. 100 de plus de soixante-cinq ans en 2010) et […] Lire la suite

TOUCOULEUR

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 335 mots

Le mot « Tekrour » utilisé par les écrivains arabes est sans doute à l'origine du nom de Toucouleur. Il semble que l'on puisse dater du ix e siècle l'apparition de la première dynastie toucouleur. La société toucouleur a été très tôt caractérisée par une stricte orthodoxie islamique et par une stratification sociale rigide. On distingue notamment : les Torobé, « hommes de la prière », constituant […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « SERER ET WOLOF », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/serer-et-wolof/