SENS (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un monde sans finalités

Friedrich Nietzsche est sans doute le premier à avoir compris pourquoi les sciences – et les techniques qui en découlent – conduisent inéluctablement au nihilisme. « Que signifie le nihilisme ? Que les valeurs supérieures se déprécient. Les fins manquent ; il n’y a pas de réponse à cette question : “À quoi bon ?” » (Fragments posthumes, 1887). L’homme moderne s’est avéré capable, contrairement à ses prédécesseurs, d’exclure les fins de son approche de la nature. Mais il n’a pas perçu pour autant l’immensité des bouleversements qui allaient en découler. L’être humain, ignorant de son fonctionnement, a longtemps cru identifier en lui-même les intentions qui précédaient ses actes. Il a alors projeté dans la nature ce système intentionnel, repérant partout des buts à l’œuvre qui éclairaient les mystères de la nature. Cette conception du monde, qu’on peut qualifier d’« animiste », n’était pas aussi inquiétante qu’on pourrait le penser. S’il semble redoutable a priori que des esprits invisibles, animés par des intentions cachées, soient à l’origine de tout ce qui nous arrive, il est cependant possible, grâce aux rituels de la prière ou de la magie, de les amener à être bienveillants à notre égard. Les religions monothéistes, même si elles s’éloignent de cet animisme « naïf », ont conservé l’idée d’un Esprit qu’on peut invoquer.

Quand l’homme est devenu capable de porter un regard objectif sur la réalité, il s’est débarrassé de toutes les finalités qui lui rendaient auparavant le monde compréhensible. Or exclure les fins, c’est prendre le risque de ce que Nietzsche appelle la « mort de Dieu », puisque c’est en Dieu que reposait, dans nos visions monothéistes, la totalité des finalités que les hommes croyaient percevoir dans la nature. La capacité de l’homme à exclure les fins se retourne donc contre lui. Orphelin des buts, il erre désormais dans le monde comme dans un paysage glacial que n’éc [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

6-28 septembre 2006 États-Unis. Nouvelle législation concernant les prisonniers suspects de terrorisme

sens et l'application». Les confessions obtenues par la force seront recevables dans certains cas. Le programme de détentions parallèles par la C.I.A. de certains suspects est maintenu.  […] Lire la suite

12-19 septembre 1997 Chine. Annonce de la libéralisation des entreprises d'État à l'occasion du XVe congrès du parti

sens, élaboré en octobre 1993, avait été rapidement abandonné. La politique de réformes se trouve ainsi spectaculairement relancée, ce dont le Fonds monétaire international et la Banque mondiale félicitent Pékin. Jiang Zemin annonce également de timides réformes politiques qui doivent favoriser l'établissement d'un État de droit dans le pays par le […] Lire la suite

14-26 octobre 1985 U.R.S.S. Nouvelles nominations et plan de modernisation économique

sens plus technique et plus scientifique la planification d'État. Le 15, Mikhaïl Gorbatchev présente, devant le plénum du comité central, trois importants documents qui serviront de base à la préparation du XXVIIe congrès, prévu pour février 1986. Il s'agit d'une nouvelle version des statuts du parti qui ne les modifie pas en profondeur, d'un nouveau […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « SENS (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sens-notions-de-base/