SÉMITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Sémites dans l'histoire

La Mésopotamie

Les seules traces certaines des plus anciens Sémites sont des documents rédigés en un idiome sémitique ou des noms propres explicables par cette langue. C'est la Mésopotamie, où l'écriture cunéiforme inventée par les Sumériens apparaît dès le milieu du IVe millénaire, qui fournit les premiers témoignages. À partir de 2600, des tablettes cunéiformes présentent des anthroponymes sémitiques, puis de courts textes qui constituent les vestiges de l'« ancien accadien », dialecte archaïque du rameau oriental ou « accadien » des langues sémitiques. À cette époque, les éléments sémitiques paraissent plus nombreux au nord de la future Babylone, dans le pays d'Accad et au-delà, que dans la basse Mésopotamie, qui reste la terre des Sumériens. C'est dans le pays d'Accad que le Sémite Sargon l'Ancien fonde vers 2370 le premier empire mésopotamien, et sa dynastie soumet pour un temps les cités sumériennes. Cependant, on ne peut parler d'un conflit permanent entre Sémites et Sumériens : la présence dans une même famille de gens portant des noms sémitiques et d'autres portant des noms sumériens indique une compénétration des deux ethnies. En outre, les Sémites de Mésopotamie doivent aux Sumériens les traits essentiels de leur culture, à commencer par l'écriture cunéiforme, si mal adaptée fût-elle à la transcription d'un idiome sémitique. Tout au long de son histoire, la littérature d'expression accadienne est restée dépendante des modèles sumériens. Les Sémites de Mésopotamie doivent au substrat culturel sumérien et à la permanence de son prestige d'avoir conservé une physionomie les distinguant nettement de leurs congénères. La supériorité de leur culture, la relative solidité de leurs institutions, procédant de celles des cités-États de Sumer, expliquent leur capacité d'assimiler constamment les conquérants venus de l'est aussi bien que les éléments sémitiques qui n'ont pas cessé de faire pression du côté de l'Occident.

Dès la seconde moitié du IIIe millénaire a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SÉMITES  » est également traité dans :

AKKAD

  • Écrit par 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 2 881 mots
  •  • 3 médias

Akkad (du sémitique Akkadû, forme à laquelle le scribe préférait Agadé) désigne à la fois une « ville de royauté » du III e  millénaire avant J.-C. et la partie nord de la Babylonie. Du nom de la cité dérive le terme akkadien , qui sert à qualifier la dynastie royale d'Akkad, la population sémitique établie à cette époque en Babylonie et son langage. La dynastie d'Akkad, qui a joué un rôle essenti […] Lire la suite

AMORRITES ou AMORRHÉENS

  • Écrit par 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 729 mots

Amorrites, ou Amorrhéen, est un nom de peuple que les orientalistes ont tiré du mot akkadien Amourrou , par lequel les Mésopotamiens désignaient la région située à l'ouest de leur pays et aussi ses habitants. Comme les Amorrites n'ont pas écrit leur langue, nous ne les connaissons que par les scribes mésopotamiens, qui ont laissé, à ce sujet, des écrits de deux genres : d'une part, des éléments de […] Lire la suite

ARAMÉENS

  • Écrit par 
  • R.D. BARNETT
  •  • 1 903 mots
  •  • 1 média

On groupe, sous le nom d'Araméens, une confédération de tribus qui parlaient un langage nord-sémitique et qui, entre le xi e et le viii e  siècle avant J.-C., occupèrent le pays d'Aram, région englobant des territoires assez étendus au nord de la Syrie. À la même époque, certaines de ces tribus, émigrant vers l'est et le sud-est, s'emparèrent de vastes territoires qui appartenaient à la Mésopota […] Lire la suite

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 702 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Débuts de la ville-État (jusque vers 2002) »  : […] Pendant longtemps, l'Assyrie se réduit aux campagnes dépendant d'une cité qui porte le nom de son roi divin, le dieu Assour. Les grands travaux des II e et I er  millénaires avant J.-C. ayant fait disparaître les couches les plus anciennes du site, on ignore à peu près tout des origines de cette ville, qui ne se manifeste à l'archéologue qu'à partir du premier niveau du temple local d' Ishtar (d […] Lire la suite

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 315 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La Ire dynastie de Babylone (1894-1595) »  : […] La I re  dynastie de Babylone est aussi appelée la dynastie amorrite, car elle est fondée par un de ces Sémites qui parcourent la steppe pastorale de l'Amourrou (l'Ouest en langue sémitique). La basse Mésopotamie a subi, vers la fin du xx e  siècle, une nouvelle invasion de ces groupes nomades, et un de leurs chefs, Sou-aboum (1894-1881), s'installe à Babylone où il prend le titre royal. Sa famill […] Lire la suite

DAGAN ou DAGON

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 336 mots
  •  • 1 média

D'origine inconnue et resté étranger à la culture sumérienne, le dieu Dagan appartient surtout à la religion des anciens sémites. Son nom, qui pourrait signifier « grain », donne une idée médiocre de son importance : il est en réalité à la Syrie ce qu'est Enlil à la Mésopotamie : la divinité suprême, maîtresse du cosmos. En Babylonie, il apparaît surtout dans les noms propres à partir de la dynas […] Lire la suite

EXODE, histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Marie GUILLET
  •  • 541 mots
  •  • 1 média

L'exode des fils d'Israël de l'Égypte, où ils étaient tenus en esclavage, jusqu'au pays de Canaan, en passant par le désert du Sinaï, a une telle portée dans les théologies juive et chrétienne que l'événement historique lui-même retient habituellement moins l'attention que son interprétation. À partir de sources extra-bibliques et de certaines données ethnologiques, il est possible de mettre en r […] Lire la suite

HYKSÔS

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 1 968 mots

Hyksôs est le nom donné par l'historien égyptien Manéthon ( iii e  s. av. J.-C.) aux envahisseurs asiatiques qui dominèrent l' Égypte de 1730 environ à 1560 avant J.-C. Flavius Josèphe, historien juif du i er  siècle de notre ère, nous a conservé les passages où Manéthon mentionne l'invasion des Hyksôs. « À l'improviste, des hommes d'une race inconnue venue de l'Orient eurent l'audace d'envahir no […] Lire la suite

JUDAÏSME - La religion juive

  • Écrit par 
  • Georges VAJDA
  •  • 6 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Israël et les origines de la foi juive »  : […] La naissance du judaïsme a suivi un processus profondément original, caractérisé, à ses débuts, par une longue série d'expériences spirituelles – ou de « révélations » pour le croyant –, dont les bénéficiaires furent les Hébreux (ou Israélites). Ces derniers étaient un groupement de tribus sémites, dont certaines avaient séjourné en Égypte et dans la péninsule sinaïtique, et qui se fixèrent sur l […] Lire la suite

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 458 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Peu de régions au monde ont une histoire aussi riche et complexe que la côte et la montagne libanaises. Au IV e  millénaire avant J.-C., les citadins de l'antique Byblos, ceux de Beyrouth, de Saïda et de Tyr, parlaient un dialecte sémitique et utilisaient déjà l'ancêtre de notre alphabet. Navigateurs et commerçants, ils colonisèrent le pourtour du Bassin méditerranéen, inaugurant ainsi une traditi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André CAQUOT, « SÉMITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/semites/