SÈME, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'identification des traits minimaux

Cette même technique, certains structuralistes ont ensuite tenté de l'appliquer à l'analyse sémantique des morphèmes – en particulier des morphèmes lexicaux appelés lexèmes. De même que les phonèmes, caractérisables en termes de traits distinctifs (aperture, nasalité, etc.), permettent d'opposer deux morphèmes différents constituant une paire minimale (comme tu /du ou tu /ta), de même il devrait être possible d'identifier des traits sémantiques oppositifs en opérant des commutations entre lexèmes sur le plan du sens. On travaille ainsi sur des paires minimales de mots dont la différence de sens est réputée tenir à l'opposition entre deux traits sémantiques. Par exemple en français, « aboyer » et « miauler » constituent une paire minimale : ils partagent un trait commun, ils sont une « manifestation sonore buccale » correspondant à « crier », et s'opposent par les traits « émise par le chien » /« émise par le chat » ; mais « aboyer » s'oppose également à « mordre », ce qui permet de dégager un trait commun, « animal », et deux traits différentiels, « activité de la bouche consistant à produire un son » /« activité de la bouche consistant à saisir et serrer avec les dents ».

Ces traits minimaux, sorte d'atomes sémantiques, ont été appelés « sèmes » par des linguistes français comme Bernard Pottier ou Algirdas-Julien Greimas, qui ont ainsi établi les principes de l'analyse sémique, dite aussi analyse componentielle. Dans cette perspective, le sème se définit comme l'unité minimale de signification non susceptible de réalisation indépendante, contrairement au morphème, qui constitue un signe linguistique autonome. Le sème ne se réalise jamais qu'au sein d'une configuration sémantique, c'est-à-dire d'un faisceau de sèmes qui caractérise le sens du morphème et que l'on appelle sémème. Considérons, par exemple, deux morphèmes lexicaux parmi ceux qui participent du champ sémantique des « sièges ». À chacun correspond un sémème constitué par une somme [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SÈME, linguistique  » est également traité dans :

GREIMAS ALJIRDAS-JULIEN (1917-1992)

  • Écrit par 
  • François RASTIER
  •  • 681 mots

Né en 1917 à Tula de parents lituaniens, Algirdas-Julien Greimas fit des études de linguistique et de philologie à Grenoble (1936-1939). L'annexion de la Lituanie par l'U.R.S.S., en 1944, et la déportation de ses parents le contraignirent à l'émigration. À la Sorbonne, il commence, en 1945, sous la direction de Charles Bruneau, une thèse de lexicologie sur le vocabulaire de la mode en 1830. Dès sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aljirdas-julien-greimas/#i_26212

HJELMSLEV LOUIS TROLLE (1899-1965)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 694 mots
  •  • 1 média

Linguiste danois, animateur du cercle linguistique de Copenhague, Louis Hjelmslev se situe dans la perspective structurale issue de l'enseignement de Ferdinand de Saussure. Sa théorie « glossématique » constitue un approfondissement et une tentative de formalisation de la plupart des concepts de ce dernier. Il retient, en effet, du Cours de linguistique générale les deux po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-trolle-hjelmslev/#i_26212

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 5 093 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La lexicologie »  : […] La lexicologie est l'étude de la signification des unités qui constituent le lexique d'une langue. À ce titre, elle participe de la sémantique : on peut la dénommer sémantique lexicale, par opposition à la sémantique grammaticale, qui s'occupe d'une part de la signification des mots morphologiquement complexes, et d'autre part de la signification des structures syntaxiques. La lexicologie doit êt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-domaines/#i_26212

RASTIER FRANÇOIS (1945- )

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 936 mots

François Rastier s'est montré l'un des esprits les plus inventifs dans le domaine des sciences du langage. Né à Toulouse en 1945, docteur en linguistique, directeur de recherche au C.N.R.S., son œuvre est aujourd'hui reconnue internationalement. Elle est fondée sur une audace et une originalité. L'audace est sans doute d'avoir choisi comme champ de recherche la sémantique, discipline ardue et peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-rastier/#i_26212

RÉCIT

  • Écrit par 
  • Louis MARIN, 
  • Jean VERRIER
  •  • 8 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le personnage »  : […] Au cœur de tout récit, et relevant cependant d'une analyse qui n'est pas toujours purement narrative, le « personnage » occupe une position stratégique. Il est le carrefour projectionnel des lecteurs, des auteurs, des critiques. La question reste posée de savoir en quels termes il sera analysé, de définir un métalangage adéquat. Peut-il exister un récit sans personnage ? L'énoncé : « Il pleut », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit/#i_26212

SÉMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Catherine KERBRAT-ORECCHIONI
  •  • 10 322 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Évaluation »  : […] Mais l'analyse sémique pose bien d'autres problèmes, que nous allons envisager, après toutefois avoir dit que personne aujourd'hui ne conteste la pertinence de l'hypothèse des traits de sens, ni la validité théorique et descriptive du modèle componentiel, qui a permis l'importation tardive dans le domaine lexical du principe structural (énonçant la primauté du rapport sur l'élément, et de la forme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semantique/#i_26212

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Le champ de la stylistique »  : […] Il est ainsi loisible, à ce point de l'exposé, de présenter sommairement le champ de travail stylistique, à la manière d'un champ de fouilles avec ses multiples filons. Ce champ représente un inventaire de tous les postes possibles d'observation stylistique. A priori, sous réserve des manipulations rythmo-versifiées spécifiques et des jeux microstructuraux plus déliés, on pose que l'unité stylisti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stylistique/#i_26212

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine FUCHS, « SÈME, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/seme-linguistique/